Marcelina Stark – Angelys Group : La loi Denormandie « plus lisible que le Pinel »

Rénover les centre-villes pour dynamiser les territoires, c’est l’objectif principal de la loi Denormandie. Quelles sont les caractéristiques de ce dispositif ? Quelles différences avec la loi Pinel ? Marcelina Stark, Directrice Associée chez Angelys Group, répond en exclusivité aux questions du Courrier Financier.
Lire (6 min.)

Ce que dit Jules Verne de l’immobilier, la Bourse et la pierre papier

Guy Marty
Jules Verne a imaginé notre époque avec l’argent roi, l’anglais comme langue dominante, des communications instantanées à l’échelle de la Planète, et il a même pressenti la Tour Eiffel et la Pyramide du Louvre. D’après lui, les villes devront être adaptées aux nouvelles conditions : pour cela, des sociétés faisant appel à l’épargne des particuliers vont transformer toutes les villes de France et être « le » grand propriétaire immobilier. L’aventure de la pierre papier n’en serait-elle qu’à ses débuts ?
Lire (1 min.)

La Blockchain : une révolution pour les fonds immobiliers

Matthieu Bouchaud
La Blockchain entre petit à petit dans l'univers de l'investissement financier. Comment fonctionne la tokenisation des actifs immobiliers ? Quels avantages cette technologie apporte-elle aux sociétés de gestion ? Matthieu Bouchaud, Consultant et Responsable du Business Development chez ConsenSys, partage son analyse.
Lire (5 min.)

Olivier Chatelin-Malherbe - Vinci Immobilier : « Nous voulons devenir le promoteur référent »

En 2019, Vinci Immobilier développe son activité dans l'immobilier résidentiel. La marque privilégie l'immobilier locatif, en tant que promoteur exploitant. Quels sont ses leviers de croissance, internes et externes ? Quels secteurs va-t-elle privilégier d'ici 2022 ?
Voir (<3 min.)

La SCPI Pierval Santé acquiert 2 EHPADs en Irlande

Euryale Asset Management (AM) — filiale du Groupe Elience, spécialisée dans la gestion des SCPI — a confirmé le 11 juillet dernier l’ancrage européen de sa stratégie d’investissement. Sa SCPI Pierval Santé — déjà présente en France et en Allemagne — annonce l’acquisition de 2 nouveaux EHPADs situés à Dublin, en Irlande. Cette opération porte à 14 le nombre de ces établissements dans le patrimoine de Pierval Santé en Irlande.

Une stratégie européenne

Dernières acquisitions en dates, ces deux nouveaux établissements sont exploités par le Groupe Virtue selon un bail d’une durée ferme de 25 ans. Ils proposent des prestations haut de gamme — tant en qualité de l’exploitation qu’en qualité du bâti — et ont été acquis pour un prix de revient global de 66,6 M€. L’un des deux actifs ne sera livré qu’après la fin des travaux, d’ici novembre prochain.

Le volet irlandais de la stratégie d’acquisition de la SCPI Pierval Santé a permis — depuis son lancement en mai 2018 — d’investir un montant global frais inclus de près de 151 M€. Au 30 juin 2019, le patrimoine de Pierval Santé est détenu à près de 41 % en France, 34 % en Allemagne et 25 % en Irlande. La Société de Gestion démontre ainsi sa capacité à générer un deal flow qualitatif au niveau européen.

Immobilier neuf de santé

Euryale AM mise sur des baux sécurisés à très long terme avec ses locataires-exploitants d’établissements de santé, dans la perspective d’aligner le plus possible les intérêts du bailleur et des preneurs. Cette stratégie d’accompagnement des exploitants — par le portage de l’immobilier de santé — permet à la fois des perspectives de croissance du patrimoine sous gestion à la SCPI, mais également une plus grande maîtrise de la qualité de son parc immobilier.

Euryale AM renforce cette stratégie avec des opérations de construction d’établissement neufs, qui garantissent une meilleure adéquation des actifs aux pratiques des utilisateurs de cet immobilier spécifique. Euryale AM gère pour la compte de Pierval Santé 32 EHPADs en Europe. La société compte aujourd'hui un total de 79 actifs sous gestion. Les EHPADs représentent pour elle un axe majeur de développement.

Lire (2 min.)

Immobilier résidentiel : Nexity déploie son concept Studéa à Strasbourg

Nexity — spécialiste de la promotion immobilière et de la gestion locative —a inauguré ce jeudi 4 juillet à Strasbourg sa première résidence services étudiants Nexity Studéa, en présence de Roland Ries, Maire de la ville. Cet actif immobilier a été conçu dans une démarche éco-responsable. Il se situe au cœur du quartier des universités de la métropole européenne étudiante.

Nexity Studéa revendique la position de premier exploitant privé de résidences services étudiants, avec 120 résidences en France et en Suisse, soit plus de 15 000 logements. Depuis 2018, Nexity Studéa développe un nouveau concept de résidences éco-responsables afin de mieux répondre aux nouveaux usages des étudiants et jeunes actifs.

Améliorer le bien-être des étudiants

La résidence inclut des espaces de coliving. Elle fournit également des services, des animations et des partenariats avec des acteurs locaux. Ce modèle s'appliquera à l'ensemble du parc Studéa, qui bénéficie d’un projet de rénovation des espaces communs et des logements anciens. « Nous n’avons pas adopté une démarche simplement immobilière. Nous avons fait bien plus que cela (...) parce que nous avons la conviction que loger des étudiants n’est pas qu’une question d’habitat », explique Frédéric Verdavaine, Directeur général délégué de Nexity.

Lancé fin 2018, le programme Nexity Studéa pérennise ainsi sa présence sur le campus de l'Esplanade à Strasbourg. « Nous veillons à ce que l’accueil des étudiants soit fait dans des conditions optimales, notamment grâce au dispositif « Strasbourg aime ses étudiants » (...) La résidence Nexity Studéa Winston, désormais rénovée, propose un cadre de vie propice à l’épanouissement des étudiants strasbourgeois et s’inscrit dans la démarche globale de la ville », conclut Roland Ries, Maire de Strasbourg.

Lire (2 min.)

REIT : une intéressante classe d’actifs « émergente » en Asie

Daniel Fitzgerald
Phénomène jusqu’à présent majoritairement centré sur les marchés développés, la prochaine phase de croissance pour les REIT devrait être portée par les marchés émergents asiatiques. Quelles perspectives s'ouvrent pour les investisseurs ? Daniel Fitzgerald, gérant de portefeuille chez Martin Currie — filiale de Legg Mason, partage son analyse.
Lire (6 min.)

Wendy Latchimy - iSelection : « Nous avons créé une filiale dédiée aux CGP »

Sélection de programmes immobiliers, équipes régionales dédiées, formations validantes... Depuis 4 ans, iSelection travaille avec des CGP sur toute la France. Quel accompagnement l'entreprise propose-t-elle aux conseillers en gestion de patrimoine sur le segment de l'immobilier neuf ?
Voir (<4 min.)

Danielle François-Brazier - Foncia Pierre Gestion : « Nos trois SCPI seront en capital variable »

Comment maîtriser la collecte sur une année ? Comment anticiper les investissements ? Foncia Pierre Gestion ambitionne de passer en capital variable sur ses trois SCPI courant 2019. La société souhaite ainsi se prémunir contre l'interruption de la collecte et étendre son réseau.
Voir (<4 min.)

Jean Luc Bel - SoGenial : « Cœur de Régions vient d'acquérir des actifs d'excellente qualité »

Actifs de bureaux, murs de commerce, locaux d'activité professionnelle... En décembre 2018, SoGenial lançait en France sa SCPI Cœur de Régions pour miser sur le dynamisme des villes de province. Quel bilan pour SoGenial au premier semestre 2019 ? Quelles perspectives de développement pour Cœur de Régions ?
Voir (<3 min.)

France Valley Champagne : le GFV obtient sa carte de récoltant

France Valley — société de gestion indépendante agréée par l'AMF — annonce ce vendredi 5 juillet l'obtention de la carte de récoltant pour son groupement foncier viticole (GFV) France Valley Champagne, lancé en avril 2019. Ce document obligatoire est attribué par le Comité Interprofessionnel du Vin de Champagne (CIVC).

Le GFV se situe sur les coteaux sud d’Épernay, au cœur de l’appellation Champagne. Le vignoble compte plusieurs parcelles dans un périmètre restreint de 2 kilomètres, pour une surface totale de 3,07 hectares. Cette concentration est plutôt rare dans la région. Le vignoble se répartit entre les communes de Moussy, Vinay, Chavot-Courcourt et Pierry. Elles comportent 59 % de Pinot Meunier, 36 % de Chardonnay et 5 % de Pinot Noir.

Fonctionnement du GFV

Le GFV loue ses vignes à un récoltant manipulant — ou vigneron élaborateur — qui n’offre à la vente que le produit de son propre vignoble. Ce bail à métayage — ou bail d’exploitant — court sur une durée théorique de 25 ans. L'exploitant a prévu de prendre sa retraite au plus tard après la vendange 2029. N'ayant pas de successeur, il renoncera alors au bénéfice de ce bail. Les vignes seront libres de toute occupation.

Le bail est rémunéré par attribution du tiers de la récolte de raison au GFV, qui la revend aussitôt. Investir dans un GFV comporte des risques d'exploitation, notamment liés aux phénomènes naturels — tempêtes, sécheresse, gelées, grêle, etc. — qui peuvent compromettre la qualité de la récolte. En ce qui concerne France Valley Champagne, l'année 2018 a donné des vendanges de grande qualité.

Réduction d’Impôt sur le Revenu

Le GFV France Valley Champagne — propriétaire du vignoble — en est aussi exploitant pour avoir concédé un bail dit à « métayage au tiers nature ». Ses revenus agricoles potentiels et son activité opérationnelle le rendent éligible à la réduction d’Impôt sur le Revenu de 18 % dans le cadre de la loi IR-PME, en contrepartie d’un risque de perte en capital, et du blocage de vos parts pendant au moins 5 ans et demi.

Il sera donc proposé aux Associés, en termes de dividendes, un catalogue assez varié constitué notamment des marques de Grandes Maisons de Champagne et du Champagne de l’exploitant. Le GFV France Valley Champagne est aujourd’hui fermé aux souscriptions. En revanche, la collecte de la Foncière France Valley Champagne se poursuit, cette dernière est fondée sur le même mécanisme.

Lire (2 min.)

Gestion privée : Honotel lance son offre Honotel Monitoring des Opérations

Le groupe Honotel — spécialiste en investissement et gestion d’actifs hôteliers — lance ce jeudi 4 juin son offre Honotel Monitoring des Opérations (Honotel MDO). Ce service vise à décharger les investisseurs privés de l’ensemble des problématiques liées à leurs investissements. Les équipes de Honotel MDO proposent un service de terrain : gestion des baux, suivis des obligations contractuelles des tiers, définition des programmes de capex avec l’opérateur, copropriété.

Honotel MDO propose également une gestion pilotée des programmes d’investissement. Dans le cadre de l’enveloppe budgétaire, Honotel MDO valide la bonne allocation des travaux d’entretien essentiels à la performance à long terme des actifs. Par ailleurs, elle maximise le rendement et la valorisation lors d'opérations de repositionnement stratégique d’actifs hôteliers.

Valoriser les murs et les fonds de commerce

Honotel MDO assiste le bénéficiaire dans la valorisation des actifs lors d’acquisition ou de réévaluations trimestrielles ou biannuelles de la valeur. Elle accompagne également des investisseurs immobiliers lorsque la valeur des murs est intrinsèquement liée à celle du fonds de commerce. Dans ce cadre, Honotel peut travailler en amont d’une opération d’acquisition puis pendant toute la durée de l’investissement sur la validation de la pérennité de ces fonds de commerce, garant de la valeur de l’actif.

« Les investisseurs sont de plus en plus recherche de relais de croissance en devenant exploi­tants de fonds de commerce, mais ils n’ont pas la connaissance des problématiques opérationnelles et de mesures de la performance propres à cette classe d'actifs. Avec Honotel MDO, nous leur proposons une expertise qui leur assure une maximisation de leurs investissements, qui passe par une étroite collaboration avec les opérateurs hôteliers et un monitoring précis de la gestion effectuée », explique  Yann Odile, Directeur de Honotel MDO.

Lire (2 min.)

Location immobilière : le bail numérique, c’est pour bientôt

David El Nouchi
D’ici au plus tard avril 2020, un décret de la loi ELAN va changer la donne du marché locatif. Développement du bail dématérialisé, intégration de la signature électronique et échanges simplifiés entre le bailleur et le locataire... Quels seront les effets de cette étape importante dans la digitalisation du marché de l’immobilier ? David El Nouchi, cofondateur de ClubFunding, partage son analyse.
Lire (3 min.)