Largo Winch, prof de finance

Responsabilité sociale - Cette semaine, le Club Frédéric Bastiat organisait une conférence sur le thème « Finance et BD, le cas Largo Winch ». Le Courrier Financier était au rendez-vous dans les locaux de la Maison de l'Epargne, à Paris.

« Largo Winch, c’est le James Bond de la finance ! » En quelques mots sur l’estrade, Philippe Francq fait rire toute la salle. Nous sommes à la Maison de l’Epargne, rue Cujas dans le Ve arrondissement de Paris. Ce mardi 18 juin, une cinquantaine de personnes assistent à la conférence « Finance et BD, le cas Largo Winch » organisée par le Club Frédéric Bastiat. Le dessinateur de la série Largo Winch répond aux questions du journaliste Didier Pasamonik, en compagnie d’Eric Giacometti, le scénariste qui a pris la relève de Jean Van Hamme depuis le tome 21. Derrière eux, des images extraites de ce dernier album — L’étoile du matin publié en 2017 — défilent sur grand écran. Dans cet opus, le célèbre playboy milliardaire affronte la finance de l’ombre.

Un support pédagogique pour expliquer la finance

A l’image de Tintin, Largo Winch appartient à cette catégorie de héros qui ne vieillissent pas. « Le monde économique est en perpétuelle mutation. Parce qu’il évolue dans cet univers, Largo Winch doit s’adapter en permanence. Cette évolution le rend intemporel », explique Eric Giacometti. Hier, le personnage principal recevait des fax. Aujourd’hui, il se confronte au trading algorithmique et à haute-fréquence. « Dans une salle de marché aujourd’hui, 50 % des ordres sont donnés par des robots. C’est une évolution majeure, une clé pour comprendre ce qui se passe en bourse », assure Philippe Francq. Depuis ses débuts les années 1990, la série mélange les scènes d’action et les séquences pédagogiques.

Objectif, expliquer le fonctionnement du capitalisme. « Quand vous arrêtez le récit pour expliquer le mécanisme d’une OPA par exemple, le rythme de lecture change. Mais les lecteurs en redemandent ! La BD est un support idéal pour instruire le grand public », affirme Philippe Francq. Pour parler d’ingénierie financière de manière rigoureuse, Jean Van Hamme s’était renseigné dès les années 1970 auprès de la société d’avocats Linklaters & Alliance. Son personnage d’orphelin yougoslave, devenu l’héritier du Groupe W — conglomérat planétaire, non coté en bourse et présent dans 54 pays — doit une bonne part de son succès à cette documentation pointilleuse.

Eric Giacometti (gauche), Didier Pasamonik (centre) et Philippe Francq (droite)

Largo Winch, précurseur de la tendance ISR ?

Le personnage principal possède une psychologie complexe, qui lui confère une certaine ambivalence. Largo Winch évolue dans un monde violent et sans pitié. Rebelle, il cultive un goût certain pour la liberté et n’hésite pas à se faire justice lui-même. « Largo n’est ni un ami ni un ennemi de la finance. Il s’efforce d’être équitable, en se fiant à son instinct. C’est un capitaliste avec de l’éthique, il veille sur le bien-être de 500 000 employés. Il est parfois confronté à des cas de conscience. Il prend des décisions de businessman, mais c’est aussi un type bien », analyse Eric Giacometti. Largo Winch accorde une grande importance aux critères Economiques, Sociaux et de Gouvernance (ESG).

Seul maître à bord, il impose au groupe W une politique RSE exigeante. Cette tendance fait de lui un précurseur dans le secteur de l’ISR. Dans ce contexte, Largo se positionne naturellement sur le créneau de la philanthropie. La Winch Foundation for War Children — qui porte secours aux enfants victimes de conflits armés — se retrouve au cœur de l’intrigue du dernier album. Dans un parfait mélange entre fiction et réalité, le groupe W reverse aussi une partie de ses bénéfices à l’ONG internationale CARE, qui lutte contre les pénuries alimentaires et les désastres écologiques. Bouleverser les codes établis, décortiquer les mécanismes économiques… La série Largo Winch dessine en creux le portrait d’un financier idéal.

De la lecture pour approfondir

Pourtant, les défis ne manquent pas dans l’univers de la finance en 2019. Produits dérivés, science des données… Tous ces éléments agissent comme des facteurs de disruption des marchés financiers. Dans ce contexte, Largo Winch arrive à point nommé pour expliquer les arcanes de la finance 2.0. Après L’étoile du matin, le diptyque va se poursuivre avec le tome 22 Les voiles écarlates qui sortira en librairie le 15 novembre 2019. L’occasion pour le lecteur de plonger dans les arcanes de la finance moderne, et des différents mécanismes sous-jacents aux aventures du jeune milliardaire.

Pour ceux qui désireraient aller plus loin en attendant le prochain album, les éditions Dupuis publieront dès le 6 septembre 2019 Largo Winch – Introduction à la finance. Vendu 25 euros, l’ouvrage sera rédigé par Olivier Bossard, Directeur Exécutif du Master Finance d’HEC Paris, et illustré par Philippe Francq. Il s’articulera en 42 sujets, regroupés en 6 chapitres. Cet ouvrage de vulgarisation financière permettra de mieux comprendre le fonctionnement de la bourse et des marchés financiers. En attendant, la conférence s’achève sur une séance de dédicaces avec Philippe Francq. « Je poste quelques photos de l’avancée de mon travail sur Instagram (philippe_francq NDLR) », nous glisse-t-il. De quoi faire patienter les fans !

Mathilde Hodouin - Le Courrier Financier

Rédactrice en chef (depuis janvier 2019)

Voir tous les articles de Mathilde