ISR Way : Sycomore AM fait le bilan 2008-2018 et dévoile ses perspectives à long terme

Responsabilité sociale - Quel bilan pouvons-nous tirer de la dernière décennie ? Quelles perspectives s’annoncent pour la prochaine ? Sycomore AM est revenu sur ces thématiques au cours de sa dernière conférence annuelle. Malgré une année 2018 décevante, marquée par les sous-perfomances des small caps et middle caps, la sélection de valeurs avec des critères ISR forts s'avère rentable à long terme.

Ce vendredi 15 février, Sycomore Asset Management (AM) a profité de sa conférence annuelle qui se tenait à Paris, entre les murs de l’Hôtel Salomon Rothschild (VIIIe arrondissement), pour revenir sur la crise économique de 2008 et ses conséquences. Sycomore AM a ensuite exposé ses perspectives générales pour les dix ans à venir, en termes de création de valeurs et d’engagement pour la finance responsable, dans le cadre de la 10e édition de son programme ISR Way.

Depuis l’an 2000, le rythme des transformations de l’écosystème financier n’a cessé de s’accélérer sur trois volets : industrialisation, mondialisation et digitalisation. Dans ce contexte, les entreprises et les acteurs du secteur financier cherchent à associer rentabilité et responsabilité, nourrissant ainsi la montée en puissance de la finance responsable (critères ISR). Sycomore AM estime que le développement durable repose sur trois piliers : l’efficacité économique, l’équité sociale et une dynamique soutenable sur le plan écologique.

Les performances remarquables s’inscrivent dans la durée

Sycomore AM a choisi d’investir le segment ISR dès 2015, avec le lancement son fonds Sycomore Happy@Work. Cette structure investit en actions dans des sociétés européennes qui valorisent le bien-être au travail. Pour les identifier, Sycomore AM les soumet à une analyse fondamentale doublée d’une analyse ESG, avec une dimension sociale prépondérante. L’avis d’experts, de responsables du capital humain, de salariés et des visites de sites alimentent l’analyse, indique Sycomore AM dans son reporting mensuel du mois de janvier 2019. Le fonds vise une performance à 5 ans supérieure à celle de l’indice Euro Stoxx TR.

ISR Way : Sycomore AM dévoile ses perspectives en 2019 et à long terme

L’année 2018 s’est révélée décevante avec une sous-performance des petites et moyennes valeurs. Le mois de janvier 2019 marque une reprise des marchés boursiers après un dernier trimestre 2018 désastreux. Sycomore AM souligne néanmoins que les performances remarquables s’inscrivent dans la durée. La sélection de valeurs (stock picking) crée de la rentabilité à long terme. Autre exemple, le fonds entreprises Sycomore Shared Growth, qui privilégie les sociétés à « impact positif » (c’est-à-dire rentable et durable) dans leur stratégie de croissance, affiche ainsi une performance relative forte en 2018.

ISR Way : Sycomore AM dévoile ses perspectives en 2019 et à long terme

L’engagement ESG-C du partenaire Schneider Electric

Dans sa stratégie ISR, Sycomore AM intègre les enjeux ESG de toutes les entreprises dans leur prime de risque. Son modèle d’évaluation interne inclut 80 critères, afin de délivrer une note de performance allant de 1 à 5. L’empreinte ESG-Carbone (ESG-C) ainsi exprimée permet de comparer, pour 1 million d’euros investis, l’empreinte carbone d’un fonds par rapport à son indice de référence (en tonnes équivalent CO2/an). Le partenaire stratégique de Sycomore AM, Schneider Electric, se hisse à la première place des dix meilleurs notes en portefeuille, ex æquo avec le finlandais UPM-Kymmene Corporation.

Jean-Pascal Tricoire, Président Directeur Général du Groupe Schneider Electric, est revenu pendant la conférence sur l’internationalisation tardive mais réussie de son entreprise. Schneider Electric inscrit son modèle de direction d’entreprise dans un monde multipolaire, avec 30% de son Chiffres d’Affaires (CA) en Asie, 28% en Amérique du Nord et 26% en Europe. Dans un monde où la panne d’infrastructures coûte beaucoup plus cher que l’installation et l’entretien, Schneider Electric mise sur la sécurité digitale. Sa stratégie lancée il y a dix ans lui permet aujourd’hui de miser sur une énergie décarbonée, notamment au travers de son Comité numérique pour l’environnement.

ISR Way : Sycomore AM dévoile ses perspectives en 2019 et à long terme
Jean Pascal Tricoire, PDG de Schneider Electric (gauche), et Cyril Charlot (droite), Associé Fondateur de Sycomore AM

D’une décennie à l’autre, vers plus de transparence

Depuis la crise de 2008, la dernière décennie s’est caractérisée par le recul de la dette des banques au détriment de celle des Etats, avec une période de taux très bas des banques centrales. Cette période s’est aussi caractérisée par l’hypercroissance de la Chine, qui a multiplié son PIB par quatre et sa capitalisation boursière par trois, tandis que l’Europe faisait du sur-place et laissait passer le train de la révolution digitale. Il est intéressant de noter que des 10 plus grosses capitalisations boursières en 2008, une seule se maintient dans le palmarès en 2018. En conséquence, si les entreprises chinoises Alibaba et Tencent s’imposent aujourd’hui dans ce classement, difficile d’affirmer qu’elles y figureront encore dans 10 ans.

La dernière décennie a vu exploser les ETFS et les investissements responsables. Les encours ESG ont bondi de 5 000 mds$ en 2008 à 23 000 mds$ en 2018, soit un quart des encours dans le monde. Devant la masse de données ESG, le rôle des investisseurs tend vers plus de transparence dans l’accompagnement des épargnants. C’est pourquoi Sycomore AM ne veut pas se limiter à la lutte contre le changement climatique, mais aussi tenir compte des enjeux de diversité, notamment de la parité hommes/femmes dans les effectifs et les comités exécutifs, et enfin mieux informer ses investisseurs sur les rémunérations des dirigeants des entreprises où ses fonds investissent. De quoi rassurer les investisseurs pour les dix ans à venir !

Mathilde Hodouin - Le Courrier Financier

Rédactrice en chef (janvier 2019 - poste actuel)

Voir tous les articles de Mathilde