Inflation : la barre des 2 % est franchie

Patrimoine - Depuis plus de cinq ans, l’objectif de la Banque centrale européenne était de replacer l’inflation annuelle à 2 %.

Pour le moment, son atteinte n’est possible qu’en période de tension sur les prix pétroliers. L’inflation sous-jacente calculée sans prendre en compte les produits et services connaissant une forte volatilité, reste en-deçà des 2 %. La remontée des prix n’est néanmoins pas sans incidence sur la conjoncture. Elle provoque une réduction du pouvoir d’achat des ménages, ce qui pèse sur la consommation et donc la croissance.

Cette dernière au sein des pays avancés, et tout particulièrement en Europe, reste très sensible aux variations du prix du pétrole. La reprise intervenue fin 2016 et son épanouissement en 2017 se sont construits sur la base d’un pétrole bon marché. Le doublement du prix du baril en quelques mois pourrait peser plus lourdement que prévu sur la croissance de 2018.

Inflation : les prix à la consommation en hausse

En France, selon l’INSEE, les prix à la consommation auraient ainsi augmenté de 2,0 % sur un an après +1,6 % en avril. Sans surprise, le rebond d’inflation est imputable à l’augmentation des prix de l’énergie. Les prix des produits alimentaires ont, par ailleurs, contribué à l’accélération constatée en mai. Les prix des produits manufacturés reculeraient un peu moins que le mois précédent.

Sur un an, l’indice des prix à la consommation harmonisé serait en hausse à +2,3 % après +1,8 % en avril. Avec un taux d’inflation à plus de 2 %, le rendement réel du Livret A est en chute libre. Cette situation devrait se poursuivre en raison du gel du taux jusqu’en 2019 et de l’instauration d’une nouvelle formule qui minore la composante inflation (le taux sera égal à la moyenne des taux des marchés monétaires et de l’inflation avec un plancher à 0,5 %).

Pour la zone euro, la hausse des prix aurait été de 1,9 % en mai 2018, contre 1,2 % en avril selon une estimation rapide publiée par Eurostat. Comme pour la France,  l’énergie est responsable de ce passage au-dessus des 2 %. Le prix de l’énergie a augmenté de 6,1 % en mai comparé à 2,6 % en avril. Les prix de l’alimentation, alcool et tabac ont, de leur côté, progressé de 2,6 % (comparé à 2,4 % en avril), ceux des services de 1,6 % (comparé à 1,0 % en avril) et ceux des biens industriels non énergétiques de 0,2 % (comparé à 0,3 % en avril).

Philippe Crevel

Directeur du Cercle de l'Épargne

Voir tous les articles de Philippe