LIVRE / Finances : « Manuel de survie dans le milieu hostile de l’épargne »

Patrimoine - Comment intéresser les Français au sujet de l'épargne ? Faut-il favoriser l'éducation financière ou plutôt la compréhension générale du système ? En avril dernier, Casa Express Editions a publié un « Manuel de survie dans le milieu hostile de l'épargne » pour particuliers. Le Courrier Financier vous a préparé une fiche de lecture.

« L’épargne, ça emmerde ! » Guillaume-Olivier Doré adopte un ton provocateur pour traduire l’ambivalence du rapport des Français à l’argent. Son Manuel de survie dans le monde hostile de l’épargne (9,99€) publié en avril 2019 chez Casa Express Editions s’enrichit d’ailleurs d’un sous-titre évocateur : « offrez-vous une meilleure vie ». Certes, les Français épargnent, mais souvent sans savoir pourquoi. Guillaume-Olivier Doré prône une approche pragmatique du problème. « Cela ne sert à rien d’éduquer tous les Français à la finance. Ils doivent seulement comprendre pour rester maîtres de la situation », prévient-il dès la préface. En d’autres termes, il faut remettre l’épargnant au centre du système.

Autonomiser l’épargnant

Gérer son budget, protéger ses proches, acquérir un logement… « L’épargne nous concerne tous sur des sujets très concrets », écrit Guillaume-Olivier Doré. Les six chapitres s’articulent chacun autour d’un thème : « épargner pas à pas », « anticiper la retraite, « préparer l’avenir », « transmettre », « défiscaliser » et « faire fructifier » son argent. Ce sont autant d’objectifs d’épargne qui correspondent à une situation personnelle. L’auteur les aborde à travers des cas pratiques détaillés, qui permettent d’analyser les mauvais réflexes face à l’épargne. Guillaume-Olivier Doré les confronte à la conjoncture réelle, avant de suggérer différentes stratégies. « Compréhension et autonomie, voilà mon seul objectif », résume-t-il.

Le premier chapitre s’ouvre ainsi sur le cas de Laura (25 ans), une jeune diplômée qui a opté pour le statut d’auto-entrepreneuse. Son cas « nous aide à épargner avec des revenus aléatoires », explique Guillaume-Olivier Doré. L’occasion d’aborder la liquidité de l’épargne, les contrats de prévoyance et le portage salarial. L’auteur complète avec des chiffres-clés sur l’auto-entrepreneuriat en France, et cite quelques outils numériques pour gérer budget (applications mobiles) et carrière (assistant administratif). Ce portrait contraste avec celui de Maxime (28 ans), qui cherche à « profiter de l’épargne salariale », ou encore celui de Christelle (38 ans), fonctionnaire de catégorie B, qui voudrait « placer son argent avec un revenu modeste »

Transmettre et préserver

L’épargne permet aussi de constituer un patrimoine, que le particulier peut souhaiter transmettre. Le Courrier Financier s’est arrêté sur cette problématique. Guillaume-Olivier Doré aborde le sujet sous un angle résolument moderne, avec le cas de Sandrine (35 ans) et Marc (39 ans) à la tête d’une famille recomposée de quatre enfants. Le couple souhaite transmettre son épargne commune à ses deux derniers enfants, qu’ils ont eu ensemble . La question de la transmission « se complexifie pour une partie de la population française et notamment les 9 % des familles recomposées qui vivent avec des mineurs ». L’occasion de parler réserve héréditaire et d’évoquer les placements les plus judicieux.

Autre cas de transmission susceptible de parler aux Français amoureux de la pierre, Adèle (69 ans) souhaite vendre son patrimoine immobilier afin de distribuer les bénéfices à ses enfants et petits-enfants, auxquels elle veut épargner des frais de succession trop importants. Trois grandes alternatives répondent à son profil : SCI, SCPI ou assurance vie. L’investissement immobilier apparaît à nouveau plus loin dans l’ouvrage, avec le cas de Marie (51 ans) qui dispose de plusieurs biens qu’elle loue en meublé. Au départ, il s’agissait de financer les études de ses enfants. A présent, elle hésite entre un abattement forfaitaire et la revente, afin de réinvestir les bénéfices dans une SCPI fiscale (Pinel, Malraux ou déficit foncier).

Et le PER dans tout ça ?

Le Manuel de survie de Guillaume-Olivier Doré contient encore de nombreux exemples dignes d’intérêt. Le lecteur appréciera l’annexe « Focus sur les produits d’épargne » ou encore les définitions très utiles du glossaire. Seul grand absent dans cette liste, le nouveau Plan d’Epargne Retraite (PER) lancé par le gouvernement le 1er octobre 2019, dans le cadre de la loi PACTE. Nous aurons l’occasion d’y revenir.

Mathilde Hodouin - Le Courrier Financier

Rédactrice en chef

Voir tous les articles de Mathilde