ECOFI

Ecofi Investissements est une société de gestion à taille humaine, filiale à 100% du Crédit Coopératif, membre du Groupe BPCE.

Chez Ecofi Investissements, depuis plus de 45 ans, nous proposons à nos clients une gamme complète de solutions d’investissement collectives ou dédiées intégrant une gestion rigoureuse du risque.

Notre gamme de fonds ouverts − 100 % ISR* − couvre l’ensemble des grandes classes d’actifs.

ACTIFS POUR LE FUTUR, ce sont des placements et des convictions qui vous accompagnent dès aujourd’hui dans le monde de demain.

*Hormis certains fonds indexés et fonds à gestion déléguée.

Les dernières infos de ECOFI

LE MARCHÉ DU LUNDI

ECOFI

Karamo KABA, Directeur de la recherche économique

Répit (de courte durée) sur l’inflation

A peine le temps de se remettre de la bonne surprise sur l’inflation américaine que les investisseurs se sont focalisés cette semaine sur la réunion de la Réserve fédérale (Fed). Après les dernières sorties de plusieurs membres de la Fed, il semble que l’institution américaine soit en passe d’annoncer le chronogramme de la réduction de son programme d’achats d’actifs (« Tapering ») qui n’interviendrait au mieux que plus tard cette année, en novembre ou décembre. La Banque centrale américaine devrait également annoncer ses nouvelles projections économiques et insister sur le caractère temporaire de l’inflation. En effet, l’indice des prix à la consommation n’a progressé que de 0,3 % en août contre +0,4 % attendu par le consensus. Même l’inflation sous-jacente, qui exclut les aliments et l’énergie, est ressortie en deçà des attentes, avec un gain d’à peine 0,1% sur le mois. Désormais, sur une année glissante, la progression des prix s’est établie à 5,3 % contre 5,4 % le mois précédent, ce qui reste tout de même élevé.

Ce ralentissement de l’inflation est-il durable ? Pas sûr quand on analyse le rapport d’inflation avec attention. En effet…

LIRE LA SUITE

 


LE MARCHÉ DU LUNDI

ecofi

Karamo KABA, Directeur de la recherche économique

Moment de faiblesse…

S’il fallait encore se convaincre du pourquoi de la prudence de la Réserve fédérale (Fed), il suffit de jeter un coup d’œil sur le dernier rapport de l’emploi aux Etats-Unis. En effet, selon les statistiques du ministère du Travail, les effectifs salariés non agricoles n’ont progressé que de 235 000 postes supplémentaires en août, très en-deçà d’une attente consensuelle de 750 000.

Comme on pouvait le craindre, avec la montée en puissance des nouvelles contaminations de Covid 19, l’essentiel de cette déception du marché est expliqué par la nette décélération de l’activité. Dans le secteur des services, par exemple, à peine 203 000 emplois ont été créés en août, ce qui est bien loin des 734 000 postes enregistrés le mois précédent. Même si le taux de chômage a reflué, passant de 5,4 % en juillet à 5,2 %, la première économie mondiale semble connaître un passage à vide. D’où un recours accru à la main d’œuvre à temps partiel (+423 000) au détriment des postes à temps plein (-30 000). D’où également un écroulement du moral des consommateurs mesuré par le Conference Board, passé de 129,1 en juillet à 113,9 points en août.

En dépit de cette désillusion du marché du travail, les indices boursiers sont restés dans le vert (+0,6% sur la semaine pour le S&P 500). Ainsi, dans une logique de « Bad News is Good News », les investisseurs se rassurent sur…

LIRE LA SUITE


LE NOUVEAU MENSUEL SEPTEMBRE 2021

Ecofi

 

C’est la rentrée et le retour du Mensuel !

Au programme

  • « La Fed restera prudente » L’édito donne la tendance pour les banques centrales
  • Dans le tour d’horizon des classes d’actifs, « Eté au soleil pour les marchés actions », alors que, côté taux, on est plus perplexes : « Une rentrée délicate »
  • Côté solidaire, « L’ESS fait sa rentrée » alors que côté ISR, l’analyse des enjeux Environnementaux, Sociaux et de Gouvernance porte ce mois-ci sur Nidec, entreprise japonaise de composants et équipements électroniques. Et comme chaque mois nos entrées/sorties et nos engagements.
  • Enfin, focus sur Choix Responsable, un fonds multi-actifs qui donne du sens à vos placements

 

LA FED RESTERA PRUDENTE

La propagation rapide du variant Delta laissait craindre un débordement des services sanitaires qui n’a pas eu lieu, pour le moment. Malgré cette quatrième vague, l’activité économique ne semble pas trop souffrir, à en juger par le maintien à un niveau très élevé en zone Euro et aux EtatsUnis. Ce n’est donc pas une surprise si la Réserve fédérale (Fed), rassurée il est vrai par les fortes créations de postes, a commencé à préparer les esprits à une réduction de ses achats de titres dès cette année. Cette clarification de la Fed, largement anticipée par les marchés obligataires, a facilité le retour d’un sentiment positif sur les marchés actions.

Avec un variant Delta deux fois plus transmissible que la souche originelle du Sars-CoV-2, le risque était grand de voir rapidement un débordement des services d’urgences médicales. Cette situation aurait conduit les autorités à réimposer des mesures de confinement plus strictes.

Cependant…

LIRE LA SUITE DU MENSUEL

 


LE MARCHÉ DU LUNDI

ecofi

Karamo KABA, Directeur de la recherche économique

Une rentrée sous le signe du Delta

Comme chaque fin de mois d’août depuis 1982, les banquiers centraux ont pris pour habitude de se réunir dans l’Etat américain du Wyoming afin de plancher sur les grands enjeux économiques et financiers. Et, comme il fallait s’y attendre, les regards des investisseurs étaient entièrement focalisés sur cet Economic Policy Symposium, notamment sur l’intervention du président de la Réserve fédérale (Fed). Le moins qu’on puisse dire, c’est que la montagne a accouché d’une souris car nous n’avons rien appris de nouveau !

Jerome Powell a ainsi répété ce que lui ou d’autres membres de son institution avaient déjà dit auparavant : il ne s’inquiète par de la récente poussée inflationniste qu’il continue de considérer comme transitoire. Le ton s’est voulu particulièrement optimiste sur l’emploi, rassurés il est vrai par les 938 000 et 943 000 postes supplémentaires créés respectivement en juin et en juillet. Si les créations de poste ne déçoivent pas en août, il est fort probable que la Fed…

LIRE LA SUITE

 


LE MARCHÉ DU LUNDI

ECOFI

Karamo KABA, Directeur de la recherche économique

Les marchés dans une forme olympique

A l’aube d’une semaine cruciale où sera publié le PIB du deuxième trimestre dans de nombreux pays (Etats-Unis, zone Euro, Suède, Mexique, Corée du Sud, Taiwan et Hong Kong) et les résultats du quatrième trimestre de plusieurs poids lourds (Apple, Facebook, Microsoft, Alphabet et Amazon), les places boursières ont renoué avec les records. Oubliée donc la semaine précédente où les craintes sur l’évolution de la croissance suite au regain en intensité de la pandémie de Covid-19 avaient obligé les investisseurs à prendre leurs profits. Et, une fois de plus, ce retour du sentiment positif est à mettre au crédit des banquiers centraux. Nous avons ainsi eu la confirmation, même si on le savait déjà, que la Banque centrale européenne (BCE) s’abstiendrait de tout resserrement prématuré qui nuirait à l’économie. Ainsi, en dépit des vives protestations de Jens Weidmann (Bundesbank) et de Pierre Wunsch (Banque nationale de Belgique), l’institution monétaire européenne s’engage à maintenir de manière durable le biais ultra-accommodant de sa politique monétaire. Dans ce contexte, il n’a pas été étonnant de voir la BCE maintenir un rythme soutenu à son programme d’achat d’urgence face à la pandémie (PEPP). Même si l’enveloppe globale est restée à 1 850 milliards d’euros et que l’échéance est programmé à fin mars 2022, il semble que l’on ne soit plus loin du moment où la BCE annoncera de nouvelles initiatives.

En effet,…

LIRE LA SUITE

 

 


LE MARCHÉ DU LUNDI

ECOFI

Karamo KABA, Directeur de la recherche économique

L’OAT 10 ans revient en territoire négatif

A force de se focaliser sur la pandémie de Covid-19 depuis maintenant 1 an et demi, on en vient à oublier certaines réalités. L’une d’elle est l’accroissement monstrueux (+118 millions) du nombre de personnes souffrant de la faim dans le monde en 2020. Désormais, selon l’Organisation pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), 768 millions d’individus, soit environ 10 % de la population mondiale, sont confrontés à la famine. Cela commence à peser sur la situation socio-politique de plusieurs pays, à l’image des récentes émeutes en Afrique du Sud ou de la déstabilisation de Haïti voire de Cuba. Et en considérant l’allure à laquelle se propage le variant Delta, rien ne plaide pour une inversion de cette tendance à court terme. Il faut dire que la forte reprise économique qui a pris place depuis maintenant quelques trimestres s’est accompagnée d’une très forte accélération des prix. Ainsi, les prix à la consommation aux Etats-Unis, en enregistrant leur plus forte progression mensuelle depuis 2008, sont une nouvelle fois ressortis très au-dessus des attentes du consensus (+0,9% sur le mois de juin contre +0,6% attendu). Alors que la Réserve fédérale (Fed) continue de communiquer sur le caractère temporaire de cette inflation, de plus en plus d’investisseurs commencent à en douter. En effet,…

LIRE LA SUITE

 


Podcasts [ AGIR POUR LE FUTUR ] Episode #3 [ Le Covid a-t-il accéléré la demande de bien-être ? ]

podcast ecofi

La crise sanitaire que nous traversons semble (un peu) s’éloigner avec l’accélération de la vaccination, alors qu’elle a chamboulé nos vies pendant un an et demi…
Que ce soit au travail, à la maison ou dans les loisirs, nos repères ont été bousculés, dans un monde en transition.

Alors, que restera-t-il de cette période ? Que veut-on garder, que veut-on jeter ? Existe-t-il une « vie normale » ou un « monde d’après » ? Le besoin de bien-être s’est-il vraiment accéléré ? Et si oui, est-ce au profit de soi ou du collectif ?

Le bien-être, un sujet universel qui nous concerne tous, une façon de prendre de la hauteur sur nos vies et les enjeux de demain à l’aube de l’été.

Un podcast animé par Fabrice Cousté, journaliste, avec Claudia Senik, professeur d’économie à la Sorbonne et directrice de l’Observatoire du Bien-Être
et Karen Georges, gérante actions chez Ecofi.

ECOUTER LE PODCAST

 


LE NOUVEAU MENSUEL JUILLET 2021

ECOFI

Tous les mois retrouvez Le Mensuel d’Ecofi Investissement

Au programme

  • « Polyphonies à la Fed » L’édito donne les vibratos des banques centrales
  • Dans le tour d’horizon des classes d’actifs, « les marchés actions atteignent des sommets », alors que, côté taux, on s’interroge : « Fed : un tournant ? »
  • Côté ISR, on constate « des investisseurs de plus en plus actifs lors des assemblées générales ». L’analyse des enjeux Environnementaux, Sociaux et de Gouvernance porte ce mois-ci sur Ceres Power, une entreprise du Royaume-Uni spécialisée dans les composants et équipements électroniques. Et comme chaque mois nos entrées/sorties et nos engagements.
  • Enfin, focus sur Ecofi IA Responsable, un fonds actions qui combine intelligence artificielle et ISR au service de la performance

POLYPHONIES A LA FED

La montée en puissance de la vaccination n’a pas éloigné le spectre d’une recrudescence de la Covid-19. Si l’évolution de la pandémie demeure le principal facteur de risque, les prévisions de croissance ont été revues à la hausse, ce qui se traduit par un accroissement des pressions inflationnistes. De ce fait, la Réserve fédérale, devenue plus optimiste, a entrouvert la porte à une normalisation plus rapide de sa politique monétaire avant de se raviser rapidement. Dans tous les cas, la perspective de réduction graduelle des achats de titres deviendra bientôt une réalité. Ainsi, avec le maintien de mesures budgétaires expansionnistes, la tendance haussière sur les rendements des emprunts obligataires pourrait reprendre.

Avec l’émergence d’un variant Delta plus contagieux,…

LIRE LA SUITE DU MENSUEL

 


LE MARCHÉ DU LUNDI

ECOFI

Karamo KABA, Directeur de la recherche économique

La Fed remet une pièce…

L’onde de choc liée au début de changement de discours de la Réserve fédérale (Fed) n’a pas duré longtemps sur les marchés financiers. Les indices ont repris leur élan haussier, aidés par l’annonce aux Etats-Unis d’un accord bipartisan de 1 200 milliards de dollars sur le plan de rénovation des infrastructures. A ceci s’ajoute la levée des restrictions pesant sur les politiques de dividendes et de rachats d’actions sur les valeurs bancaires suite au succès des 23 principales banques à l’épreuve des stress tests de la Fed. Cela a permis aux investisseurs de reprendre leurs esprits après une semaine mouvementée, portant les indices vers de nouveaux records, à l’image du CAC 40 (+0,9%, à 6 629 points). Les progressions sont encore plus fortes aux Etats-Unis où le Dow Jones (+3,6%, à 34 496 points) et le S&P 500 (+2,8%, à 4 284,81 points) ont enregistré leur plus forte progression hebdomadaire depuis mars. Cet élan haussier a également été favorisé par…

LIRE LA SUITE

 


Podcasts AGIR POUR LE FUTUR Episode #2 L’urgence de la transition écologique

L’urgence de la transition écologique

Ecouter le Podcast # Episode 2

Perte de la biodiversité, augmentation des températures et des catastrophes naturelles… Le panorama est stressant !

Dans le même temps, la prise de conscience s’accélère.
Reconversion de nos économies, innovations, déploiement des énergies renouvelables, subventions, plans stratégiques à très long terme… Les solutions sont à nos pieds, et les opportunités de cette transition à saisir.
La politique des petits pas doit maintenant faire place à un changement d’échelle si on veut faire la course en tête pour rester à minima sur la trajectoire 2 degrés définie lors des Accords de Paris. Chaque acteur, État, entreprise, consommateur a un rôle à jouer.
Ce podcast explore tous les territoires pour agir et non subir cette transition.

Un podcast animé par Fabrice Cousté, journaliste, avec Laurence Scialom, professeure des universités, spécialiste de finance et de transition écologique et Olivier Ken, gérant actions d’Ecofi. En partenariat avec Radio Patrimoine.


LE MARCHÉ DU LUNDI

ECOFI

Karamo KABA, Directeur de la recherche économique

G7 et match ?

Trop souvent, on emploie à chaud le qualificatif d’exceptionnel ou d’historique pour des faits qui se révèlent en fin de compte sans grande importance. S’agissant du récent engagement des ministres des Finances du G7 en faveur d’un impôt mondial sur les sociétés, ce terme est loin d’être usurpé. En effet, en gestation depuis près d’une décennie avec des travaux engagés au sein de l’OCDE, certains commençaient à douter de la viabilité de ce projet de taxation des multinationales. Et comme souvent, la clé est venue des Etats-Unis avec l’arrivée de Joe Biden à la Maison-Blanche. Certes, le taux retenu « d’au moins 15% » est encore loin de satisfaire tout le monde mais cette étape constitue déjà en soi une avancée importante. Ainsi, avec un impôt mondial minimum à 15 %, une multinationale française qui serait taxée à 10 % dans un paradis fiscal devra s’acquitter du différentiel de 5 % auprès de l’État français. Cela devrait permettre aux Etats d’augmenter leurs recettes fiscales d’au moins 48 milliards d’euros par an pour l’Union européenne, dont 4 milliards pour la France.

Cette étape n’est clairement pas une bonne nouvelle pour…

LIRE LA SUITE

 

 


LE NOUVEAU MENSUEL JUIN 2021

ECOFI

Tous les mois retrouvez Le Mensuel d’Ecofi Investissement

Au programme

  • « Alignement des planètes » L’édito donne des raisons d’espérer…
  • Dans le tour d’horizon des classes d’actifs, « des marchés actions plus hauts, toujours plus hauts », alors que, côté taux, on assiste à une « stabilisation des taux à long terme » mais avec des « craintes sur l’emploi »
  • Côté solidaire, la question se pose : « L’économie sociale et solidaire oubliée des plans de relance ? ». L’analyse des enjeux Environnementaux, Sociaux et de Gouvernance porte ce mois-ci sur AMG, une entreprise néerlandaise d’exploitation minière. Et comme chaque mois nos entrées/sorties et nos engagements.
  • Enfin, focus sur Ecofi Enjeux Futurs, un fonds actions internationales labellisé ISR qui investit sur des thématiques liées à l’Homme et la Planète

ALIGNEMENT DES PLANETES

En dépit des niveaux élevés d’inflation et des anticipations de prix des ménages et des entreprises, les marchés obligataires ont surpris par leur accalmie aux Etats-Unis. En Europe, les taux longs poursuivent leur trajectoire haussière en raison de la levée progressive des mesures de restriction. Néanmoins, les principales banques centrales ont réussi à éviter tout emballement. Cette prouesse est d’autant plus remarquable que les indicateurs économiques n’ont cessé de s’améliorer, même si certains indicateurs avancés commencent à plafonner. L’amélioration devrait se poursuivre, facilitée par l’existence d’un important excès d’épargne accumulé, confirmant la révision haussière des perspectives de croissance et d’inflation.

Avant, pour devenir millionnaire dans les jeux de hasard, il fallait jouer au loto. Désormais, dans l’Ohio, aux Etats-Unis, il faut juste aller se faire vacciner. Il faut dire qu’avec un peu plus de 50% de la population américaine ayant reçu au moins une dose, la campagne vaccinale est allée au-delà de toutes les attentes… A tel point qu’il est désormais envisageable…

LIRE LA SUITE DU MENSUEL

 


LE MARCHÉ DU LUNDI

ECOFI

Karamo KABA, Directeur de la recherche économique

Bond de l’inflation

Pendant longtemps les économistes ont prédit le retour de l’inflation et mis en garde sur ses conséquences. Alan Greenspan, ancien président de la Réserve Fédérale (Fed), annonçait dès 2007 dans son livre « The Age of Turbulence : Adventures in a New World » un rythme de progression des prix à deux chiffres. Après le dernier rapport d’inflation aux États-Unis, sommes-nous en passe de rentrer dans l’ère de l’hyperinflation ? En effet, sur le mois – donc hors effet de base des niveaux de l’an passé – les prix ont littéralement flambé (+0,9% en glissement mensuel, du jamais vu depuis avril 1982) dans plusieurs secteurs à l’image des billets d’avion (+10,2%) ou des voitures d’occasion (+10,0%). Cet envol peut cependant s’expliquer par des facteurs temporaires. Ainsi, après avoir vendu une grande partie de leur flotte, faute de demandes dûes à la pandémie, les agences de location ont dû reconstituer au plus vite leur stock de voitures. Or, par manque de véhicules neufs en nombre suffisant, elles se sont rabattues sur les véhicules d’occasion, en même temps que les particuliers avec l’approche de la « driving season » (période de vacances), ce qui explique aussi le bond du prix des billets d’avion et des chambres d’hôtel (+8,8% sur le mois d’avril). Le bond des prix devrait se calmer au fur et à mesure de l’accélération de la production d’automobiles. Toute la question est maintenant de savoir si…

LIRE LA SUITE

 

 


Tracer pour rassurer les investisseurs

ECOFI PODCAST

Dans une société qui perd peu à peu le fil de la confiance, la traçabilité devient un enjeu clé tant du point de vue du consommateur que de l’entreprise.

Partie du consommateur, qui demande plus de transparence sur ce qu’il consomme, l’entreprise a dû mettre en place des contrôles de plus en plus poussés pour répondre à cette exigence et assurer la traçabilité tout au long de la chaîne de fournisseurs. Pour cela, elles ont besoin de s’appuyer sur des tiers indépendants comme Bureau Veritas, pour vérifier que les décisions prises dans le cocon des Comités de direction soient des réalités sur le terrain.

Le secteur de l’inspection, du contrôle et de la certification, qui a une croissance structurelle de 3/4% par an, concerne tous les sujets de la vie : l’alimentation, la technologie, les transports, le bâtiment, le jouet, la finance… Et toutes les transitions : écologiques, énergétiques et aussi sociales !Avec ce podcast, partez à la découverte d’un territoire riche où la transparence, la sincérité et la gestion des risques sont au cœur de l’analyse.Un podcast animé par Fabrice Cousté, journaliste, avec Pierre Valentin, Président du directoire d’Ecofi, et Laurent Brunelle, Directeur des Relations Investisseurs de Bureau Veritas.

ECOUTER LE PODCAST

 


LE MARCHÉ DU LUNDI

ECOFI

Karamo KABA, Directeur de la recherche économique

La mauvaise surprise de l’emploi

La décision de l’Administration Biden en faveur d’une levée des brevets sur les vaccins va-t-elle intensifier la lutte contre la pandémie de Covid-19 ? En théorie, cette levée temporaire, longtemps réclamée par l’Inde et l’Afrique du Sud, est de nature à accélérer la production. Cependant, sans suspension d’une loi américaine, le « Defense Production Act », le retard accumulé des pays pauvres sur le front de la vaccination n’est pas prêt de se résorber.

En effet, la majorité des vaccins les plus efficaces sont produits par des entreprises pharmaceutiques américaines (Moderna, Pfizer et Johnson & Johnson). Or, cette loi donne non seulement la priorité à l’Etat américain pour la vente des vaccins produits localement, mais surtout elle empêche l’exportation de certains composants entrant dans la fabrication de ces mêmes vaccins. A cela, il faut ajouter…

LIRE LA SUITE

 


LE MARCHÉ DU LUNDI

ECOFI

Karamo KABA, Directeur de la recherche économique

Tour de vis fiscal aux Etats-Unis

Comme il s’y était engagé durant la campagne présidentielle, Joe Biden a annoncé un durcissement de la fiscalité aux Etats-Unis, ciblant plus particulièrement les plus aisés, une décision très attendue par la base du parti démocrate.

Après les entreprises, qui verront le taux d’impôt sur les sociétés passer de 21% à 28%, ce sont désormais les ménages gagnant plus de 400 000 dollars par an qui devront mettre davantage la main à la poche. Ainsi, pour financer « The American Family Plan », le taux marginal d’imposition sur les plus-values au-delà de 1 million de dollars va passer de 20% à 39,6%. Or, les 1% les plus riches détiennent près de 57% de la capitalisation boursière. On comprend aisément que ce tour de vis fiscal n’a pas été bien accueilli sur les places boursières. Ainsi, malgré la possibilité que ce projet de loi soit recalibré au Congrès, les indices américains ont cédé du terrain sur la semaine (Nasdaq 100 : -0,9%, à 13 930 points ; S&P 500 : -0,2%, à 4 179 points).

Une telle évolution des indices est étonnante tant les données conjoncturelles et de publications de résultats d’entreprises ont été de bonne facture. L’indice PMI composite éclair a ainsi établi un nouveau pic historique (+2,5 points, à 62,2 en avril) grâce à la poursuite de l’amélioration du secteur manufacturier (+1,5 point, à 60,6) et surtout des services (+2,7 points, à 63,1 en avril).

Ce bond dans les services s’explique par…

LIRE LA SUITE

 


LE MARCHÉ DU LUNDI

ECOFI

Karamo KABA, Directeur de la recherche économique

Reflux des taux longs américains

Alors que l’indice des prix à la consommation a fortement progressé en mars (+0,6% sur le mois, soit +2,6% sur une année glissante), suite à des effets de base défavorables (énergie, métaux, bois et aliments), les rendements obligataires ont reflué sur la semaine (-8 points de base – pbs – à 1,58% pour le taux à 10 ans). Pourtant, il y a encore quelques semaines, craignant un retour en force de l’inflation, les investisseurs avaient propulsé le rendement du T-Bonds au-delà de 1,74%. C’est comme si les investisseurs, en dépit de l’accumulation de bonnes nouvelles, commençaient maintenant à prendre au sérieux les banquiers centraux sur le caractère temporaire de la hausse des prix. Peut-être aussi que le rebond de l’épidémie dans le monde, notamment aux Etats-Unis, commence à inquiéter. Nous ne pensons toutefois pas que le T-Bond va retourner sur les niveaux d’il y a à peine 3 mois (soit sous le seuil de 1%), tant la dynamique de l’économie américaine est forte, ce qui va se répercuter sur les prix et sur les taux.

En effet, le rapport des ventes au détail est ressorti très au-dessus des attentes du consensus en mars (+9,8% contre +5,8% anticipé). Comment pouvait-il en être autrement après que…

LIRE LMA SUITE

 


LE MARCHÉ DU LUNDI

ECOFI

Karamo KABA, Directeur de la recherche économique

Regain d’optimisme

Le Fonds monétaire international (FMI) a récemment fortement révisé à la hausse ses prévisions de croissance. L’Institution internationale table désormais sur un rythme de progression du PIB mondial de 6% en 2021 et de 4,4% pour l’année suivante, soit respectivement un relèvement de 0,5% et de 0,2% par rapport à janvier 2021. Sans surprise, l’essentiel de cet ajustement est à relier avec la dynamique actuelle en Amérique du Nord, au Canada et surtout aux Etats-Unis. Ainsi, avec la multiplication des plans de relance et l’accélération de la campagne de vaccination, la prévision de la première économie a été relevée de 1,3%, ce qui porterait la croissance américaine à 6,3% en 2021. La troisième plus forte révision à la hausse concerne l’Italie où le pronostic a été relevé de 1,2%, ce qui ferait que la croissance de la Péninsule atteindrait 4,2% en 2021 et 3,6% en 2022.

Ce chiffre signifie que le FMI s’attend à…

LIRE LA SUITE

 


LE NOUVEAU MENSUEL AVRIL 2021

ECOFI

Tous les mois retrouvez Le Mensuel d’Ecofi Investissement

Au programme de ce mensuel :

  • « Jusqu’où ira le dollar ? » L’édito se pose la question alors que la course contre le virus et pour la vaccination s’accélère…
  • Dans le tour d’horizon des classes d’actifs, on a de quoi se réjouir : « les marchés actions poursuivent leur tendance haussière », alors que « Les taux européens résistent à la poussée des taux américains »
  • Côté solidaire, l’actualité aborde les investissements à impact et la belle progression des investissements solidaires. L’analyse des enjeux Environnementaux, Sociaux et de Gouvernance porte ce mois-ci sur Faurecia. Et comme chaque mois nos entrées/sorties et nos engagements.
  • Enfin, focus sur Ecofi Trajectoires Durables, un fonds thématique actions labellisé ISR qui investit sur les enjeux d’avenir autour de l’Homme et de la Planète.

JUSQU’OÙ IRA LE DOLLAR ?

Pour le troisième mois consécutif, le dollar s’est apprécié en mars contre la plupart des monnaies. Cela fait écho à la forte remontée des taux longs américains mais aussi à une campagne de vaccination plus avancée et à un volontarisme budgétaire plus affirmé. Cela étant, la Réserve fédérale (Fed) devrait se montrer prudente dans l’accompagnement de la reprise et veillera à maintenir les taux d’intérêt réels négatifs. Par conséquent, elle devrait retarder la fin des mesures d’assouplissement. Cette attitude de la Fed, sous fond de creusement du déficit et de tensions inflationnistes croissantes, devrait mettre fin à la phase d’appréciation du billet vert.

Depuis le début de la campagne de vaccination, le dollar a gagné beaucoup de terrain, principalement contre les devises des pays avancés. Cela traduit le regain d’optimisme des investisseurs suite à la montée en puissance de la campagne de vaccination et de la mise en place d’un plan de relance de 1 900 milliards de dollars. Après ce troisième plan en moins d’une année, il est désormais question d’une nouvelle impulsion budgétaire de plus de 2 250 milliards de dollars, financée par une hausse de l’imposition des sociétés, étalée sur 8 ans concernant cette fois-ci les infrastructures. La dynamique en cours aux EtatsUnis, entrevue dans les bons chiffres de l’emploi et de l’indice ISM manufacturier, est telle que les investisseurs, craignant une surchauffe inflationniste, ont poussé à la hausse les rendements des taux longs, qui sont tous revenus au-dessus de leur niveau d’avant COVID-19. On a ainsi vu…

LIRE LA SUITE DU MENSUEL

 


LE MARCHÉ DU LUNDI

ECOFI

 

Karamo KABA, Directeur de la recherche économique

Scénario en W en Europe

L’explosion du déficit public français, passé de -3,1% en 2019 à -9,2% du PIB en 2020, a de quoi effrayer, à juste titre. Selon l’Insee, après ce saut de 211,5 milliards d’euros du déficit public, l’endettement s’établit désormais pour 2020 à 2 650 milliards d’euros. Or, le cas de la France, confrontée à une chute des recettes (-5,0% en 2020 après -3,1% en 2019) et à un bond des dépenses (+5,5% en 2020 après +2,6% en 2019), est loin d’être isolé, ce qui va pousser la Banque centrale européenne (BCE) à poursuivre ses achats massifs de titres afin d’éviter une implosion du système et maintenir artificiellement les taux d’intérêt à un bas niveau, peu importe les chiffres d’inflation. On sait déjà que le rapport d’inflation dans la zone Euro pour le mois de mars, qui sera publié cette semaine, devrait montrer une accélération des prix (de +0,9% en février à +1,4% en mars sur un an), comme le laisse entrevoir la forte hausse du prix des intrants ou le bond dans l’allongement des délais de livraison dans l’indice composé PMI flash de Markit.

En dépit de ces anticipations inflationnistes, la situation s’est calmée sur les marchés obligataires avec la multiplication des mesures de restrictions à la mobilité (Allemagne, France, Espagne, etc.). La probabilité d’un « scénario en W » ou d’une rechute de l’activité à court terme a fortement grandi dans plusieurs pays. Cela s’est traduit par…

LIRE LA SUITE

 


LE MARCHÉ DU LUNDI

ECOFI

 

Olivier GUILLOU, Directeur de la gestion

3ème Vague ?

Alors que la France passe en mode confinement 3.0 dans 16 départements métropolitains, une lassitude s’installe. Aldous Huxley écrivait, “Qui contrôle le passé contrôle l’avenir.” On en est loin malheureusement ! L’hypothèse d’une sortie de crise au printemps, avec un rebond économique global, semble un objectif qui s’éloigne du fait de l’Europe continentale. Les cas élevés de contamination et la lenteur de la campagne de vaccination en Europe pourraient entraîner une réouverture tardive, mettant en danger un deuxième été – ce qui aggraverait la fracture Nord-Sud et pourrait déclencher un nouvel assouplissement des politiques monétaires et budgétaires (Banque centrale européenne – BCE, Union européenne – UE).

A l’inverse, aux Etats-Unis, la dynamique positive s’installe et les perspectives économiques sont revues à la hausse, aidées par le plan de relance et l’accélération de la vaccination de masse (peut-être au détriment d’autres pays). Cette embellie est amenée à profiter également aux autres économies dans le monde. On estime à 0,5 point de pourcent le gain pour la zone Euro.

Dans cet environnement de reflation, les actifs risqués restent…

LIRE LA SUITE

 


LE MARCHÉ DU LUNDI

ECOFI

Karamo KABA, Directeur de la recherche économique

Remontée mécanique des prix

Il n’est pas certain que l’ancien président de la Buba, Karl Otto Pohl, dirait aujourd’hui que « l’inflation, c’est comme la pâte à dentifrice. Une fois qu’elle est sortie, il est impossible de l’y faire rentrer. »

Tout d’abord parce que le contexte a excessivement changé. En effet, même si nous nous attendons à une remontée mécanique des prix dans la zone Euro en 2021 (à 1,4% en moyenne) et en Allemagne (à 1,4%), nous nous situerons très loin des niveaux observés pendant la présidence de Monsieur Pohl (2,9% en moyenne en Allemagne sur la période 1980-1991). Ensuite, c’est la nature même de l’inflation qu’il convient de suivre de près. Ainsi, si les craintes d’accélération de l’inflation provoquent des remous sur les marchés obligataires, la situation ne nous semblent pas hors de contrôle. Pour s’en convaincre, il suffit de…

LIRE LA SUITE

 


LE MARCHÉ DU LUNDI

ECOFI

Karamo KABA, Directeur de la recherche économique

Le spectre de l’inflation

Depuis quelques semaines, les investisseurs se préparent à un retour de l’inflation, e ce qui s’est traduit par une nouvelle envolée des rendements obligataires. Et ce n’est pas les derniers développements qui devraient calmer les esprits, surtout après l’approbation par le Sénat du plan de relance de 1 900 milliards de dollars. En effet, les effectifs salariés non agricoles ont augmenté de 379 000 postes supplémentaires en février, soit plus que les 200 000 attendus par le consensus. Mieux, les chiffres du mois précédent ont été revus à la hausse de 38 000 unités, de quoi alimenter davantage les anticipations d’un « tapering » prématuré. Les indicateurs avancés sont ainsi ressortis en forte hausse dans l’industrie (+2,1 points en février pour l’ISM manufacturier, à 60,8, soit un plus haut de 3 ans). Et n’eut été une aggravation des conditions climatiques, l’indice ISM dans les services, passé de 58,7 en janvier à 55,3 points en février, serait également ressorti en progression. Pourtant,…

LIRE LA SUITE

 


LE NOUVEAU MENSUEL MARS 2021

ECOFI

Tous les mois retrouvez Le Mensuel d’Ecofi Investissement

 

PRESSIONS SUR LES BANQUES CENTRALES

Comme lors de l’épisode du « Taper tantrum » en 2013, le rendement du taux à 10 ans américain a doublé en à peine 5 mois, provoquant un mouvement de pentification accélérée de la courbe à travers la planète. Cela reflète la crainte des investisseurs
de voir les banques centrales durcir prématurément leur politique monétaire. Pourtant, les banquiers centraux se sont voulus rassurants sur le maintien des rachats de titres, parlant même de « déclaration de confiance » quant aux perspectives de croissance.
Cela n’a pas suffi pour ramener le calme sur les marchés, surtout si le package additionnel de près de 1 900 milliards de dollars
voulu par la Maison-Blanche voit le jour. De nouvelles stimulations monétaires semblent nécessaires.

Avec l’arrivée à échéance le 14 mars prochain des allocationschômage, tout porte à croire que l’on se dirige vers un vote rapide
de l’« American Rescue Plan ».

Ce nouveau package d’aides et de relance de près de 1 900 milliards de dollars devrait permettre de prolonger jusqu’au 30 septembre
2021 le versement des allocations chômage. Cependant,…

DECOUVRIR L’INTÉGRALITÉ DU MENSUEL

 


LE MARCHÉ DU LUNDI

ECOFI

Karamo KABA, Directeur de la recherche économique

Le marché a ses raisons que la raison ne connaît pas

Si la « pédagogie est l’art de la répétition », force est de reconnaître que les banquiers centraux sont devenus de mauvais pédagogues. Sinon, comment expliquer le récent « sell-off » généralisé sur les marchés obligataires, surtout après une cohorte d’interventions allant toutes dans le sens d’une poursuite au rythme actuel des rachats d’actifs ? Malgré ces propos rassurants, le rendement du taux à 10 ans américain a connu une nouvelle flambée pour la seconde semaine consécutive (+6 points de base – pbs – à 1,41%), dépassant même temporairement le seuil de 1,50%. Cela s’explique par les craintes d’une accélération de l’inflation suite à la hausse des prévisions de croissance avec l’anticipation du vote d’un nouveau package d’aides et de relances (« American Rescue Plan ») de près de 1 900 milliards de dollars.

Ce mouvement de forte repentification de la courbe des taux nous paraît toutefois exagéré. En effet, certains investisseurs commencent maintenant à…

LIRE LA SUITE

 


LE MARCHÉ DU LUNDI

ECOFI

Karamo KABA, Directeur de la recherche économique

Pentification accélérée de la courbe des taux

A force de marteler qu’il est préférable d’« en faire trop que pas assez » (J. Biden) ou de « faire les choses en grand » (J. Yellen), les principaux responsables de l’exécutif américain ont provoqué, sans le vouloir, une forte remontée des rendements obligataires. Ainsi, à 2,13%, le rendement du taux à 30 ans, en hausse de 12,5 points de base (pbs), est revenu à un plus haut datant du 5 février 2020. Ce mouvement s’est aussi reflété sur le segment 7-10 ans, provoquant une pentification accélérée de la courbe des taux. De quoi se poser des questions sur le timing d’une telle flambée.

En effet,…

LIRE LA SUITE

 


LE MARCHÉ DU LUNDI

ECOFI

Karamo KABA, Directeur de la recherche économique

14 mois Chrono pour Draghi

C’était devenu presque inévitable. Mais on voyait mal comment la Commission européenne pouvait encore ne pas abaisser sa prévision de croissance pour la zone Euro. D’une progression initiale de 4,2%, la Commission s’attend désormais à voir le PIB croître de 3,8% en 2021 avec le renforcement des mesures de confinement. Cependant, à y regarder de plus près, le tableau dépeint par l’institution européenne semble plus optimiste qu’il n’y paraît. En effet, après une entrée en récession au premier trimestre (-0,9% après déjà -0,7% au 4ème trimestre 2020), l’activité devrait commencer à accélérer dès le deuxième trimestre sous l’effet de l’allègement des mesures sanitaires et de la montée en puissance de la campagne de vaccination. Avec un acquis de croissance plus important en fin d’année, la prévision pour 2022 a ainsi été revue à la hausse, passant de…

LIRE LA SUITE

 


LE MARCHÉ DU LUNDI

ECOFI

Karamo KABA, Directeur de la recherche économique

Wathever it takes

En quittant la Banque centrale européenne (BCE) à la fin du mois d’octobre 2019, tous les observateurs s’attendaient à voir Mario Draghi jouer un rôle politique prééminent en Italie. En ce sens, l’appel à la rescousse de « Super Mario » par le Président italien Sergio Mattarella était dans la logique des possibles. Pourtant, le timing de ce recours peut amener à se poser des questions. En effet, l’Italie, grâce aux mesures prises notamment par la BCE, n’est pas en proie à une crise financière qui aurait nécessité l’appel à Mario Draghi pour calmer les marchés.

De plus, ce dernier ne dispose pas de…

LIRE LA SUITE

 


LE MARCHÉ DU LUNDI

ECOFI

Karamo KABA, Directeur de la recherche économique

David contre Goliath

Qui aurait pensé un jour qu’il y aurait un point commun entre la star montante de l’aile gauche du parti démocrate – Alexandria Ocasio-Cortez – et le sénateur républicain du Texas Ted Cruz ? Ces deux personnalités ont pourtant trouvé un terrain d’entente dans leur critique contre la décision du courtier Robinhood de restreindre la forte spéculation sur les actions de la société GameStop. En procédant ainsi, la plateforme de courtage semble vouloir protéger les gros fonds de pension qui anticipaient un plongeon du titre de cette chaîne de magasins de jeux vidéos.

Ces stratégies de « ventes à découvert » ont été mises à mal par…

LIRE LA SUITE

 


LE MARCHÉ DU LUNDI

ECOFI

Karamo KABA, Directeur de la recherche économique

Nouveau départ

Ceux qui s’attendaient à voir le nouveau président américain en mode « Sleepy Joe » à la Maison-Blanche en seront pour leurs frais. En effet, dès sa prestation de serment, Joe Biden, à travers ses premiers décrets, a montré sa volonté d’aller vite dans l’aide à destination des ménages les plus modestes. Ces mesures en plus du plan d’aide de 1900 milliards de dollars (environ 9% du PIB), ont plu aux investisseurs en dépit d’une dégradation de la situation sanitaire. Ces derniers s’attendent notamment à ce que le versement d’une aide de 1 400 dollars, en plus des 600 dollars déjà donnés en décembre sous l’administration Trump, apporte un peu d’oxygène à la consommation des ménages.

L’investissement résidentiel pourrait aussi contribuer au…

LIRE LA SUITE

 


LE MARCHÉ DU LUNDI

ECOFI

Karamo KABA, Directeur de la recherche économique

Hausse de l’inquiétude

Malgré l’annonce d’un plan de relance américain de 1 900 milliards de dollars, en plus de celui de 900 milliards de dollars voté le 24 décembre, les places boursières ont connu une semaine très compliquée, qui s’est soldée par des reculs importants (S&P 500 : -1,85%, à 3 753,74 points ; CAC 40 : -1,9% à 5 600 points). Certains verront dans cette correction les anticipations d’une hausse de la fiscalité sur les plusvalues mobilières et les dividendes pour tous ceux dont le revenu annuel dépasse le million de dollar. D’autres pourraient pointer du doigt la volonté de l’Administration Biden de détricoter les « cadeaux fiscaux » accordés en 2017 aux entreprises (baisse de l’imposition sur les sociétés de 35% à 21%) et aux particuliers les plus aisés. Mais tout le monde s’accordera sur la recrudescence de l’épidémie de Covid-19 qui a conduit à réimposer des mesures plus strictes.

Avec l’accélération des nouvelles contaminations dues à des variantes du virus plus contagieuses, il est à craindre…

LIRE LA SUITE

 


LE MARCHÉ DU LUNDI

ECOFI

Karamo KABA, Directeur de la recherche économique

Plan de relance aux Etats-Unis : bis repetita ?

La bascule du Sénat dans le giron des Démocrates n’a pas provoqué de remous sur les places boursières. Pourtant, avec le contrôle des trois branches de l’exécutif, le parti démocrate peut désormais appliquer son programme, dont une des mesures phares est une hausse de l’imposition pour les entreprises (de 21% à 28%, quand Donald Trump l’avait fait passer de 35% à 28%) et pour les particuliers les plus aisés (de 37% à 39,6% pour le taux marginal d’imposition). Il faut dire qu’après la déflagration provoquée par l’assaut donné par des militants pro-Trump contre le Capitole, les investisseurs ont accueilli avec soulagement la fin du feuilleton des élections présidentielles et la certification par les parlementaires de la victoire de Joe Biden. Ce dernier n’aura pas d’état de grâce tant l’inquiétude est grande avec…

LIRE LA SUITE

 


LE MARCHÉ DU LUNDI

ECOFI

Karamo KABA, Directeur de la recherche économique

Georgia in my mind

Peut-être que l’imminence des deux élections sénatoriales – cruciale en Géorgie, où les deux candidats républicains sont donnés perdants par les derniers sondages – a poussé la majorité républicaine au Sénat à donner son accord à un nouveau plan de relance. Rappelons juste qu’en cas de succès, les deux partis seraient à égalité, mais le parti démocrate prendrait toutefois le contrôle, la future vice-présidente Kamala Harris devenant automatiquement présidente de la chambre haute. Cela faciliterait la tâche du prochain président pour faire passer ses priorités législatives, notamment concernant…

LIRE LA SUITE

 


LE MARCHÉ DU LUNDI

ECOFI

Karamo KABA, Directeur de la recherche économique

La Banque centrale européenne douche les attentes

A en juger par l’évolution des places boursières en Europe (Euro Stoxx 50 : -1,3%, à 3 495 points), il semble que les investisseurs attendaient un peu trop de la Banque centrale européenne (BCE). En effet, lors de la réunion d’octobre, l’institution monétaire s’était dit prête à utiliser tous les instruments à sa disposition pour aider l’économie. Certes, le programme d’achat de dettes pour faire face à la pandémie (PEPP) a gonflé de 500 milliards d’euros pour s’établir à 1 850 milliards d’euros. Certes, sa durée a été allongée de neuf mois. Mais les investisseurs ont eu le sentiment que la BCE « en a gardé sous le coude », surtout qu’elle ne s’attend pas à voir l’inflation progresser de plus de 2% entre 2021 et 2023. Il faut dire que, depuis sa dernière réunion d’octobre, l’horizon s’est beaucoup éclairci sur le front sanitaire avec l’annonce de plusieurs vaccins potentiels avec des taux d’efficacité très intéressants.

Cependant, avec une campagne de vaccination qui…

LIRE LA SUITE

 


LE MARCHÉ DU LUNDI

ECOFI

Karamo KABA, Directeur de la recherche économique

L’euro à un plus haut de 2 ans et demi

Alors que la Food and Drug Admnistration, l’agence américaine du médicament, est sur le point d’approuver le vaccin développé par le consortium Pfizer-BioNTech, plusieurs pays sont passés à l’étape suivante. Après la Russie et son vaccin Spoutnik V, c’est le Royaume-Uni qui s’apprête à démarrer une campagne de vaccination de masse. Même si ces vaccins n’élimineront pas le virus dans un avenir immédiat, leur arrivée devrait permettre de contenir la pandémie, une étape indispensable au retour de la confiance et au redressement de l’activité. En dépit de l’aggravation aux Etats-Unis suite aux réunions familiales de Thanksgiving, la perspective d’un vaccin a suffi pour entretenir l’optimisme des investisseurs. Les indices ont continué de progresser pour établir de nouveaux records (S&P 500 : +1,7%, à 3 699,12 points).

La surperformance des indices américains par rapport à l’Europe (Euro Stoxx 50 : +0,3%, à 3 538 points) peut s’expliquer par les anticipations d’un accord sur un plan de relance d’environ 900 milliards de dollars après le mauvais rapport d’emploi de novembre. En effet,…

LIRE LA SUITE

 


LE MARCHÉ DU LUNDI

Ecofi

Karamo KABA, Directeur de la recherche économique

Toujours plus haut !

Alors que le moral des ménages, mesuré par le Conference Board, s’effondre (-5,3 points, à 96,1 en novembre), les marchés financiers sont en pleine euphorie, en passe d’enregistrer la meilleure performance mensuelle depuis 1987. Symbole de cette « exubérance irrationnelle », l’indice Dow Jones a dépassé pour la première fois le seuil psychologique des 30 000 points. Pourtant, même si les bonnes nouvelles se multiplient quant à la possibilité d’avoir un vaccin efficace à très court terme, la propagation exponentielle du virus prend des tournures inquiétantes.

Politique de l’autruche ou pas, les investisseurs sont persuadés d’une fin rapide de la crise sanitaire. Ils sont également persuadés…

LIRE LA SUITE

 


LE MARCHÉ DU LUNDI

Ecofi

Karamo KABA, Directeur de la recherche économique

Tenir en attendant le vaccin…

Après le consortium Pfizer-BioNTech, c’est au tour de Moderna d’annoncer un vaccin, basé sur la technologie de l’« ARN messager », avec un taux d’efficacité de près de 95%. Même si ces deux vaccins expérimentaux reçoivent (rapidement) l’approbation de l’agence américaine du médicament (FDA), il faudra s’armer de beaucoup de patience avant que l’activité retrouve sa dynamique « pré-Covid19 ». En effet, la multiplication des périodes de confinement et des mesures sanitaires pèsent sur les perspectives d’activité qui demeurent, à court terme, incertaines. Cette situation sanitaire rend plus que jamais l’activité économique dépendante du soutien des banques centrales, en plus de celui des autorités gouvernementales. Dans cette optique, les dernières avancées sur le plan budgétaire peuvent rapidement nuire à l’économie. Ainsi,…

LIRE LA SUITE

 


LE MARCHÉ DU LUNDI

ECOFI

Karamo KABA, Directeur de la recherche économique

Joe Biden s’est fait désirer…

Au terme d’une attente interminable, c’est finalement Joe Biden qui présidera les destinées des Etats-Unis pour les quatre prochaines années. Même si rien n’est définitif du fait des recours judiciaires introduits par les avocats de Donald Trump, le scénario du pire semble évité. D’où un énorme soulagement sur les marchés financiers qui s’est traduit par un écroulement de la volatilité (-13,2% pour le VIX, à 24,9 points) et par une forte hausse des places boursières.

Les indices S&P 500 et Dow Jones ont ainsi gagné respectivement 7,3% et 6,9% sur la semaine, facilitant l’envol des marchés européens (EuroStoxx 50 : +8,25%). Cette meilleure performance hebdomadaire depuis avril 2020 des indices salue également l’absence de « vague bleue ». On voit mal en effet comment le Sénat, s’il restait aux mains des Républicains, se renierait de ce qu’il a fait ces quatre dernières années en durcissant la réglementation ou en votant des hausses d’impôts.

Tous les regards sont désormais tournés vers la Caroline du Nord et surtout vers la Géorgie où deux élections sénatoriales, qui se tiendront le 5 janvier 2021, pourront faire basculer le Sénat. Dans tous les cas,…

LIRE LA SUITE

 


LE MENSUEL NOVEMBRE 2020

ecofi

Tous les mois retrouvez Le Mensuel d’Ecofi Investissement

 

Que retenir (économiquement) de Donald Trump ?

En devenant le 45ème président des États-Unis, Donald Trump a hérité d’une économie en expansion quoique en ralentissement. La concrétisation de certaines de ses promesses de campagne (baisses d’impôt ; dérégulation) et son interventionnisme incessant (pressions sur la Fed et le Congrès) ont réussi à donner une impulsion plus forte à l’activité économique. Cela a facilité la décrue du taux de chômage, revenu à un plus bas niveau jamais vu en 44 ans. On n’a toutefois pas pu voir le plein effet de ces mesures sur la croissance dans la mesure où, bien avant la Covid-19, d’autres orientations économiques du Président, à commencer par sa guerre commerciale ou ses difficultés à travailler avec les Démocrates de la Chambre des Représentants sur des sujets communs (infrastructures) sont venus nuire à la conjoncture Puis est arrivé le « virus chinois » qui a fini par rendre définitivement impossible l’atteinte de l’objectif de 4% de croissance annuelle et brouiller encore davantage le bilan.

A l’exception de Lyndon Johnson et de Bill Clinton, peu sont les présidents américains à avoir échappé à une récession pendant leur mandat. De ce point de vue, Donald Trump peut être vu comme dans la norme. Pourtant,…

LIRE LE MENSUEL

Au programme

  • L’édito aborde «le bilan économique de Donald Trump aux Etats-Unis, alors que les résultats de l’élection se font attendre…
  • L’actu du mois, c’est notre campagne [Actions pour le futur] qui met en avant 5 fonds actions ISR
  • Dans le tour d’horizon des classes d’actifs « Le Covid fait fléchir les marchés » côté actions alors que « les taux souverains européens poursuivent leur baisse »
  • Côté ISR, nous analysons le difficile chemin vers la neutralité carbone. Notre actualité met en avant la publication dans nos reportings de l’alignement des portefeuilles avec le scénario climatique 2°C alors que l’analyse sur les enjeux Environnementaux, Sociaux et de Gouvernance porte sur Iberdrola, société de services publics dans le gaz et l’électricité. Et comme chaque mois nos entrées/sorties et nos engagements.
  • Enfin, focus sur Ecofi Optim Variance, un fonds actions zone Euro ISR qui permet de concilier recherche de performance et amortissement des chutes brutales du marché actions.

LIRE LE MENSUEL

Au programme

  • L’édito aborde «le bilan économique de Donald Trump aux Etats-Unis, alors que les résultats de l’élection se font attendre…
  • L’actu du mois, c’est notre campagne [Actions pour le futur] qui met en avant 5 fonds actions ISR
  • Dans le tour d’horizon des classes d’actifs « Le Covid fait fléchir les marchés » côté actions alors que « les taux souverains européens poursuivent leur baisse »
  • Côté ISR, nous analysons le difficile chemin vers la neutralité carbone. Notre actualité met en avant la publication dans nos reportings de l’alignement des portefeuilles avec le scénario climatique 2°C alors que l’analyse sur les enjeux Environnementaux, Sociaux et de Gouvernance porte sur Iberdrola, société de services publics dans le gaz et l’électricité. Et comme chaque mois nos entrées/sorties et nos engagements.
  • Enfin, focus sur Ecofi Optim Variance, un fonds actions zone Euro ISR qui permet de concilier recherche de performance et amortissement des chutes brutales du marché actions.

LIRE LE MENSUEL

 


LE MARCHÉ DU LUNDI

ECOFI

Karamo KABA, Directeur de la recherche économique

La dernière ligne droite

Qui sait si nous connaîtrons les résultats de l’élection présidentielle américaine au soir du 3 novembre. Tout est possible. Pour être réélu, Donald Trump devra gagner dans les États charnières de Floride et de Pennsylvanie. Dans la mesure où une disposition locale permet de compter en avance les votes par correspondance, la Floride pourrait annoncer son vainqueur dès le soir des élections. Autrement dit, et sauf contestation, une défaite mettrait fin aux espoirs des partisans du milliardaire. En revanche, une victoire dans le « Sunshine State » porterait les regards vers la Pennsylvanie où le républicain accuse, selon plusieurs sondages, un retard sur Joe Biden au-delà de la marge d’erreur. La question est désormais de savoir si les candidats accepteront le verdict des urnes sans contestation, ce qui serait surprenant notamment de la part de Trump.

La pandémie de la Covid-19 ne donne pas de signaux de faiblesse ; l’Europe est durement frappée et des mesures de reconfinement sont décrétées, faisant craindre une redite du premier semestre. Même si les États font tout pour réduire au maximum l’impact de la crise sanitaire sur l’activité, l’arrivée de cette « 2ème vague » vient à un moment où les investisseurs sont à cran. Le risque est grand de voir l’économie…

LIRE LA SUITE

« 


LE MARCHÉ DU LUNDI

Ecofi

 

Karamo KABA, Directeur de la recherche économique

20 millions de Français privés de sortie

Même si on ne voulait pas y croire, la seconde vague tant redoutée est officiellement là. Partout, et plus particulièrement en Europe, la multiplication des cas de Covid-19 fait craindre une interruption nette du processus de relance post-confinement. On a ainsi assisté à l’annonce par le Président Macron de nombreuses restrictions sanitaires, dont la plus symbolique a été le couvre-feu dans huit métropoles françaises. Ce qui explique pour l’essentiel la sous-performance des indices européens par rapport aux indices américains sur la semaine : -1,61% pour l’EuroStoxx 50 contre +0,74% pour le S&P 500.

Si, au sein même d’un continent comme l’Europe, d’importantes disparités peuvent se maintenir avec les stigmates de la « première vague », des contrastes encore plus forts peuvent subsister au sein d’un même pays.

Ainsi, même si les mesures annoncées…

LIRE LA SUITE

 


LE MARCHÉ DU LUNDI

ECOFI

Karamo KABA, Directeur de la recherche économique

Léger vent d’optimisme

Donald Trump a fait du protectionnisme un marqueur de sa politique. Et sans doute comptait-il sur une amélioration du déficit commercial américain pour regagner les faveurs des électeurs. Or, à moins de trois semaines des élections générales du 3 novembre prochain, c’est tout le contraire qui s’est produit puisque le solde commercial a enregistré sa pire performance depuis 2006 avec un déficit de 67,1 milliards de dollars au mois d’août.

Certes, le Président Trump pourra toujours…

LIRE LA SUITE

 


LE MENSUEL OCTOBRE 2020

ECOFI

Tous les mois retrouvez Le Mensuel d’Ecofi Investissement

 

Le spectre d’une élection contestée

A l’approche des élections aux Etats-Unis, le scénario d’une crise politique dans la première économie du monde a beaucoup gagné en intensité. Dans le même temps, la recrudescence de l’épidémie du Covid-19 dans plusieurs pays fait craindre une éventuelle seconde vague alors que la plupart des pays ont basé leur stratégie de sortie de crise sur la consommation. Le soutien des autorités monétaires et gouvernementales demeure plus que jamais nécessaire et d’autres mesures de stimulation sont fortement attendues par les investisseurs. Pour Joseph Staline, « la mort d’un Homme est une tragédie, celle d’un million est une statistique. ». Pour l’économie mondiale, le décès de plus d’un million de victimes lié à la pandémie du Coronavirus est surtout une des plus grandes tragédies jamais connues. En effet, la recrudescence de l’épidémie de Covid-19 fait craindre un doublement à court terme de ce nombre dans les scénarii les plus probables. Cette perspective peu réjouissante devrait pousser les gouvernements à réintroduire des mesures de distanciation sociale ou de confinement, même partielles, ce qui pèserait sur la consommation. Or, là où le bât blesse, c’est que…

LIRE LE MENSUEL

Au programme :

  • L’édito aborde « Le spectre d’une élection contestée » aux Etats-Unis, alors que la pandémie de Coronavirus est loin d’être terminée, surtout en Europe
  • L’actu du mois, c’est la nouvelle identité d’ Ecofi liée à sa raison d’être et à son statut d’entreprise à mission, avec une campagne de communication vidéo pour porter nos engagements
  • Le tour d’horizon des classes d’actifs met en avant les « Prises de bénéfices sur les marchés actions » alors que « L’aversion au risque remonte, les taux souverains baissent »
  • Côté solidaire, l’épargne salariale a battu de nouveaux records alors qu’en ISR, l’analyse sur les enjeux Environnementaux, Sociaux et de Gouvernance porte sur Ford, et comme chaque mois nos entrées/sorties et nos engagements.
  • Enfin, focus sur Ecofi Trajectoires Durables, un fonds actions zone Euro ISR géré sur le thème autour du développement durable, autour de l’Homme et de la Planète.

LIRE LE MENSUEL

 


Ecofi Investissements affirme sa raison d'être et devient Entreprise à mission

Après être devenu 100% ISR* pour sa gamme de fonds ouverts début 2019, Ecofi s’engage et prend les devants en affichant sa raison d’être et en devenant l’une des premières Entreprise à mission dans le monde de la gestion.

Chez Ecofi, nous pensons depuis longtemps que les entreprises ont un rôle à jouer auprès de toutes leurs parties
prenantes. C’est le sens de notre démarche depuis plus de 40 ans. La crise que nous venons de traverser nous conforte
dans ce choix.

Ce que nous attendons des entreprises dans lesquelles nous investissons, nous l’appliquons à nous-mêmes.
En décidant de devenir une Entreprise à mission, Ecofi renforce et pérennise ses engagements, et les soumet à la vérification d’un tiers indépendant.
Notre raison d’être rappelle les fondamentaux de notre métier et affirme notre engagement pour la finance responsable.
     “Ensemble, nous bâtissons des solutions d’investissement alliant performance
      financière et respect de l’Homme et de la Planète.
      Actifs pour le futur, nous prenons les devants pour façonner un avenir dont
      nous sommes tous responsables.”
Quant aux 4 objectifs sociaux et environnementaux, statutaires, définis ci-dessous, ils constituent le socle à partir duquel
Ecofi devient Entreprise à mission.
• Contribuer par notre politique d’investissement et d’influence à l’amélioration des pratiques responsables des
émetteurs et de la Place.
• Contribuer à répondre aux besoins financiers de l’Economie Sociale et Solidaire.
• Favoriser la participation des salariés aux grandes orientations de l’entreprise et partager la valeur créée.
• Accorder nos pratiques d’investisseur et d’entreprise en mettant en œuvre une politique RSE ambitieuse.

ecofi investissements


LE MENSUEL - MARS 2020

ecofi investissements

Après la chute, la pression s’accentue sur la Réserve fédérale

La crise du Coronavirus semble changer de dimension avec l’accélération des cas en dehors du principal foyer, la Chine. La crainte d’une pandémie mondiale a remis en cause les certitudes des investisseurs, longtemps raccrochés au caractère temporaire de cette crise sanitaire et d’une intervention des banques centrales. Une nouvelle correction des indices a eu lieu pour le deuxième mois consécutif. Cela reporte dans le temps le rebond anticipé des échanges commerciaux et de l’activité mondiale après la signature de la « Phase 1 » de l’accord sino-américain.

LIRE LE MENSUEL