ECOFI

Ecofi Investissements est une société de gestion à taille humaine, filiale à 100% du Crédit Coopératif, membre du Groupe BPCE.

Chez Ecofi Investissements, depuis plus de 45 ans, nous proposons à nos clients une gamme complète de solutions d’investissement collectives ou dédiées intégrant une gestion rigoureuse du risque.

Notre gamme de fonds ouverts − 100 % ISR* − couvre l’ensemble des grandes classes d’actifs.

ACTIFS POUR LE FUTUR, ce sont des placements et des convictions qui vous accompagnent dès aujourd’hui dans le monde de demain.

*Hormis certains fonds indexés et fonds à gestion déléguée.

Les dernières infos de ECOFI

LE MARCHÉ DU LUNDI

Ecofi

 

Karamo KABA, Directeur de la recherche économique

20 millions de Français privés de sortie

Même si on ne voulait pas y croire, la seconde vague tant redoutée est officiellement là. Partout, et plus particulièrement en Europe, la multiplication des cas de Covid-19 fait craindre une interruption nette du processus de relance post-confinement. On a ainsi assisté à l’annonce par le Président Macron de nombreuses restrictions sanitaires, dont la plus symbolique a été le couvre-feu dans huit métropoles françaises. Ce qui explique pour l’essentiel la sous-performance des indices européens par rapport aux indices américains sur la semaine : -1,61% pour l’EuroStoxx 50 contre +0,74% pour le S&P 500.

Si, au sein même d’un continent comme l’Europe, d’importantes disparités peuvent se maintenir avec les stigmates de la « première vague », des contrastes encore plus forts peuvent subsister au sein d’un même pays.

Ainsi, même si les mesures annoncées…

LIRE LA SUITE

 


LE MARCHÉ DU LUNDI

ECOFI

Karamo KABA, Directeur de la recherche économique

Léger vent d’optimisme

Donald Trump a fait du protectionnisme un marqueur de sa politique. Et sans doute comptait-il sur une amélioration du déficit commercial américain pour regagner les faveurs des électeurs. Or, à moins de trois semaines des élections générales du 3 novembre prochain, c’est tout le contraire qui s’est produit puisque le solde commercial a enregistré sa pire performance depuis 2006 avec un déficit de 67,1 milliards de dollars au mois d’août.

Certes, le Président Trump pourra toujours…

LIRE LA SUITE

 


LE MENSUEL OCTOBRE 2020

ECOFI

Tous les mois retrouvez Le Mensuel d’Ecofi Investissement

 

Le spectre d’une élection contestée

A l’approche des élections aux Etats-Unis, le scénario d’une crise politique dans la première économie du monde a beaucoup gagné en intensité. Dans le même temps, la recrudescence de l’épidémie du Covid-19 dans plusieurs pays fait craindre une éventuelle seconde vague alors que la plupart des pays ont basé leur stratégie de sortie de crise sur la consommation. Le soutien des autorités monétaires et gouvernementales demeure plus que jamais nécessaire et d’autres mesures de stimulation sont fortement attendues par les investisseurs. Pour Joseph Staline, « la mort d’un Homme est une tragédie, celle d’un million est une statistique. ». Pour l’économie mondiale, le décès de plus d’un million de victimes lié à la pandémie du Coronavirus est surtout une des plus grandes tragédies jamais connues. En effet, la recrudescence de l’épidémie de Covid-19 fait craindre un doublement à court terme de ce nombre dans les scénarii les plus probables. Cette perspective peu réjouissante devrait pousser les gouvernements à réintroduire des mesures de distanciation sociale ou de confinement, même partielles, ce qui pèserait sur la consommation. Or, là où le bât blesse, c’est que…

LIRE LE MENSUEL

Au programme :

  • L’édito aborde « Le spectre d’une élection contestée » aux Etats-Unis, alors que la pandémie de Coronavirus est loin d’être terminée, surtout en Europe
  • L’actu du mois, c’est la nouvelle identité d’ Ecofi liée à sa raison d’être et à son statut d’entreprise à mission, avec une campagne de communication vidéo pour porter nos engagements
  • Le tour d’horizon des classes d’actifs met en avant les « Prises de bénéfices sur les marchés actions » alors que « L’aversion au risque remonte, les taux souverains baissent »
  • Côté solidaire, l’épargne salariale a battu de nouveaux records alors qu’en ISR, l’analyse sur les enjeux Environnementaux, Sociaux et de Gouvernance porte sur Ford, et comme chaque mois nos entrées/sorties et nos engagements.
  • Enfin, focus sur Ecofi Trajectoires Durables, un fonds actions zone Euro ISR géré sur le thème autour du développement durable, autour de l’Homme et de la Planète.

LIRE LE MENSUEL

 


LE MARCHÉ DU LUNDI

Ecofi

Karamo KABA, Directeur de la recherche économique

Trump n’a pas contaminé les marchés

Après quatre semaines de baisses consécutives, les marchés boursiers ont terminé la semaine sur une note positive (+1,5%, à 3 348 points pour le S&P 500). Pourtant, à l’image de plusieurs enquêtes confirmant une perte d’élan de l’activité mondiale et surtout de l’annonce du test positif au Covid-19 du président Donald Trump, une telle évolution était loin d’être évidente.

Le pétrole a ainsi fortement corrigé (-7,95% pour le WTI, à 37,05 $; -6,32% pour le Brent, à 39,27 $), en écho à la réintroduction des mesures de distanciation sociale un peu partout dans le monde.

Les Etats-Unis aussi ne sont pas épargnés par la morosité. En effet…

LIRE LA SUITE

 


LE MARCHÉ DU LUNDI

ECOFI

Karamo KABA, Directeur de la recherche économique

La stratégie de sortie de crise mise à mal

Pour la quatrième semaine consécutive, les marchés financiers ont dévissé, plombés par la recrudescence mondiale des cas de Covid-19.

Craignant la réintroduction de mesures de confinement, même partielles, les investisseurs redoutent une récession plus profonde et des défaillances d’entreprises plus importantes. C’est ce qui ressort de la baisse de l’indicateur avancé PMI dans les services pour la zone Euro (-2,9 points, à 47,6 en septembre). Les craintes des investisseurs paraissent justifiées, surtout lorsqu’on se rappelle que la plupart des Etats avancés, à l’exception de la Chine, ont basé leur stratégie de relance économique sur la consommation privée. Or, en l’absence d’un vaccin efficace, il sera difficile de compter sur eux après le rebond mécanique du 3ème trimestre pour augmenter leurs dépenses.

De plus, malgré le rebond des nouvelles inscriptions au chômage (+4 000, à 870 000 au 19 septembre), les membres de la Chambre des Représentants tardent à…

LIRE LA SUITE

 


LE MARCHÉ DU LUNDI

Ecofi Investissements

Karamo KABA, Directeur de la recherche économique

Dans le dur…

On peut les prendre dans tous les sens mais le message envoyé par la plupart des indicateurs est celui d’un ralentissement du processus de rattrapage. Dans la mesure où la plupart des pays avancés, à l’exception de la Chine, ont choisit de relancer leur économie par la consommation, la recrudescence des cas de Covid-19 fait craindre un grippage de la reprise économique.

Dans ces conditions, alors que le consensus tablait sur une progression mensuelle de 1%, les ventes au détail aux Etats-Unis ont déçu (+0,6% en août après +0,9% en juillet, et surtout +8,6 % en juin et +8,3 % en mai), ce qui a conduit les investisseurs a « réduire la voilure ». En effet, faute d’accord au niveau du Congrès sur le prolongement des programmes d’aide arrivés à échéance le 31 juillet, on se demande comment la consommation américaine peut continuer à se maintenir. Les dernières nouvelles concernant ces tractations politiques ne sont pas très encourageantes, surtout après le décès de Ruth Bader Ginsburg (avocate, juriste et juge américaine, membre de la Cour suprême des États-Unis). Il y a un grand risque que l’empressement du Président Trump à la remplacer à la Cour suprême accentue les rivalités entre les deux camps, ce qui va compliquer l’issue d’un compromis avant les élections de novembre 2020.

L’espoir des investisseurs reposait sur…

LITRE LA SUITE

 


LE MARCHÉ DU LUNDI

ECOFI INVESTISSEMENTS

Olivier Guillou, Directeur de la gestion

Regain de tensions régionales sur fond de signaux négatifs

Dans le prolongement des derniers jours de la première semaine de septembre, la semaine passée a été agitée pour les valeurs technologiques américaines, notamment certaines grandes capitalisations.

Le Nasdaq affiche ainsi un repli de 10% depuis le point haut du 2 septembre, mais garde une avance de 20% depuis le début de l’année. Au-delà de corrections d’excès (bulles), on peut y voir également un regain d’inquiétude sur la dynamique future. Avec, dans l’équation, l’approche des élections américaines à l’issue incertaine – qui pourraient mettre en péril les mesures budgétaires attendues – des considérations de valorisation et des attaques de « short-sellers » (Nikola).

L’Europe, à l’écart de ces arguments de cherté relative, est néanmoins confrontée à une reprise forte de la pandémie qui met en péril la dynamique de reprise favorable en « √ ». Dans ce contexte,

LIRE LA SUITE

 


LE MARCHÉ DU LUNDI

Ecofi investissements

Olivier Guillou, Directeur de la gestion

Une rentrée sous le signe… du « K »

L’été n’aura pas été meurtrier pour les marchés financiers, bien au contraire. Nous avons assisté à une envolée des bourses, avec une mention particulière pour les valeurs technologiques américaines et notamment les « tera-caps».

Plus globalement, l’ensemble des classes d’actifs affiche des performances positives sur les mois de juillet et d’août, dans un contexte de baisse marquée du billet vert et de stabilité des taux d’intérêt.

Ces évolutions nous semblent cohérentes avec le scénario évoqué (dès avril) de reprise en « V » sur les marchés et de reprise en « L » sur l’économie. Cette évolution favorable des marchés financiers ne s’explique pas uniquement par l’abondance de liquidités
(soutien des banques centrales) mais aussi par…

LIRE LA SUITE


LE MARCHÉ DU LUNDI

ECOFI INVESTISSEMENTS

Karamo Kaba, Directeur des études économiques

Incertitude aux États-Unis

Avec des banques centrales au front depuis le début de la crise, une grande partie du rebond spectaculaire des indices boursiers depuis la mi-mars reposait sur les réponses qu’allaient apporter les gouvernements. En adoptant le méga plan de relance (750 milliards d’euros sur 3 ans, dont 360 milliards de dons aux pays et secteurs les plus touchés par la pandémie du Coronavirus), les dirigeants européens ont été à la hauteur des enjeux. Même si nous pouvons toutefois regretter quelques concessions qui ont réduit la puissance de feu initiale du projet, au final c’est 0,8% du PIB qui sera injecté en plus. L’inquiétude gagne toutefois les États-Unis où le Congrès ne parvient pas à trouver un accord sur un nouveau programme de soutien à l’économie américaine, en dépit d’intenses négociations. Or, plusieurs dispositifs du plan d’aide CARES Act. arrivent à échéance à la fin du mois de juillet. Parmi eux, existe notamment…

LIRE LA SUITE

 

 


LE MARCHÉ DU LUNDI

Ecofi Investissements

Karamo Kaba, Directeur des études économiques

La relance de la discorde

En dépit de leurs divergences, les conjoncturistes s’accordent à dire que l’Europe devrait être la zone la plus touchée économiquement par les effets de la pandémie de Covid-19. Malgré cela, les dirigeants, même s’ils ont pris conscience de la gravité de la situation, ont du mal à trouver un compromis sur un plan de relance de 750 milliards de dollars. Comment pourrait-il en être autrement dans un système où la règle de décision requiert l’unanimité des États membres qui ont des exigences divergentes ?

Dans ces conditions, face à l’intransigeance des pays les plus « frugaux » (Pays-Bas, Autriche, Danemark, Suède), le risque de voir ce plan de relance post-Covid se dénaturer est grand. Il est par exemple désormais question…

LIRE LA SUITE

 

 


Pourquoi la croissance durable est-elle un moteur incontournable de performance ?

La résilience des actifs responsables dans les périodes de marché chahuté n’est plus à prouver. Les investissements ISR et thématiques, qui ont un sens, sont aujourd’hui de plus en plus plébiscités.

Ecofi vous propose un éclairage sur la période particulière que nous vivons et pourquoi la prise en compte des enjeux Environnementaux, Sociaux et de Gouvernance (ESG) ne doit plus être écartée.

– Comment répondre à la mutation des organisations et des modes de vie ?

– Comment donner du sens au progrès ?

– Quels sont les secteurs d’avenir ?

Pour répondre à ces questions, 3 experts d’Ecofi Investissements :

Olivier Ken, Gérant du fonds actions Ecofi Trajectoires Durables (Fonds ISR thématique)

Aliénor Legendre, Analyste ISR

Laurent Vidal, Directeur du développement

Ecofi Investissements


Ecofi Investissements affirme sa raison d'être et devient Entreprise à mission

Après être devenu 100% ISR* pour sa gamme de fonds ouverts début 2019, Ecofi s’engage et prend les devants en affichant sa raison d’être et en devenant l’une des premières Entreprise à mission dans le monde de la gestion.

Chez Ecofi, nous pensons depuis longtemps que les entreprises ont un rôle à jouer auprès de toutes leurs parties
prenantes. C’est le sens de notre démarche depuis plus de 40 ans. La crise que nous venons de traverser nous conforte
dans ce choix.

Ce que nous attendons des entreprises dans lesquelles nous investissons, nous l’appliquons à nous-mêmes.
En décidant de devenir une Entreprise à mission, Ecofi renforce et pérennise ses engagements, et les soumet à la vérification d’un tiers indépendant.
Notre raison d’être rappelle les fondamentaux de notre métier et affirme notre engagement pour la finance responsable.
     “Ensemble, nous bâtissons des solutions d’investissement alliant performance
      financière et respect de l’Homme et de la Planète.
      Actifs pour le futur, nous prenons les devants pour façonner un avenir dont
      nous sommes tous responsables.”
Quant aux 4 objectifs sociaux et environnementaux, statutaires, définis ci-dessous, ils constituent le socle à partir duquel
Ecofi devient Entreprise à mission.
• Contribuer par notre politique d’investissement et d’influence à l’amélioration des pratiques responsables des
émetteurs et de la Place.
• Contribuer à répondre aux besoins financiers de l’Economie Sociale et Solidaire.
• Favoriser la participation des salariés aux grandes orientations de l’entreprise et partager la valeur créée.
• Accorder nos pratiques d’investisseur et d’entreprise en mettant en œuvre une politique RSE ambitieuse.

ecofi investissements


LE MARCHÉ DU LUNDI

Ecofi Investissements

Karamo Kaba, Directeur des études économiques

Les enquêtes continuent de s’améliorer

Alors que l’activité économique commence à reprendre des couleurs, la situation sur le marché de l’emploi ne montre que peu de signes d’amélioration. Que ce soit aux Etats-Unis ou ailleurs, les entreprises continuent de licencier. Ainsi, pour la treizième semaine consécutive, la première économie mondiale a enregistré plus de 1,5 million de pertes de postes. Même si ce chiffre des nouvelles inscriptions au chômage est ressorti en baisse, il reste encore à un niveau extrêmement élevé. On dénombre désormais près de 47,5 millions d’inscriptions au chômage depuis mi-mars, ce qui représente tout de même 27,8% de la population active. L’Europe aussi doit faire face à cette mauvaise passe de l’emploi si l’on en juge par la multiplication des annonces de plans sociaux (Air France, ADP, Airbus, TUI France, etc.). En France,…

LIRE LA SUITE

 


LE MARCHÉ DU LUNDI

Ecofi investissements

Karamo Kaba, Directeur des études économiques

Le scénario en « V » fortement compromis

Le rebond des indices financiers depuis mi-mars reposait sur l’idée sous-jacente d’une reprise rapide de l’activité économique. Cela suppose que l’économie mondiale soit épargnée par la résurgence d’une « seconde vague » de pandémie du Coranavirus. Or, avec la multiplication des cas dans 21 états américains et les mesures de confinement dans 11 quartiers de Pékin, le scénario d’une reprise en « V » a pris du plomb dans l’aile. L’inquiétude est d’autant plus grande que cette situation est intervenue au moment où l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) publiait ses dernières prévisions. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que l’institution internationale a eu la main lourde dans ses révisions.

Alors que l’OCDE tablait encore sur 2,4% pour l’année 2020 il y a à peine 3 mois, le rythme de progression du PIB mondial va probablement reculer de 6% en 2020. Ce pronostic passerait à -7,6% en cas d’apparition d’une deuxième vague. Le rebond qui interviendrait en 2021 verrait l’activité mondiale progresser de 5,2%, un chiffre qui….

LIRE LA SUITE

 


ECOFI INVESTISSEMENTS - Le Mensuel - Mai 2020

ECOFI

Tous les mois retrouvez Le Mensuel d’Ecofi Investissement

 

Ingéniosité sans limite des banques centrales

Depuis mi-mars, le sentiment s’est nettement amélioré sur les marchés financiers. Ce regain d’optimisme est à mettre au crédit des gouvernements et des banques centrales qui ont déployé tout un ensemble d’outils, habituels ou nouveaux, pour amortir les effets du Covid-19. Cette pause économique devrait être suffisante pour sauver des vies mais elle n’évitera pas une récession dont l’ampleur s’annonce inédite. Cela nous a conduit à réviser drastiquement nos prévisions pour la croissance mondiale qui devrait ressortir à -4% en 2020. Les conditions d’un rebond en 2021 sont en place, pour peu que les autorités respectent leurs engagements et que le protectionnisme s’estompe….

LIRE LE MENSUEL

 


Chronique de la vie (non) ordinaire #7

ECOFI

Le 11 mai se rapproche avec le déconfinement… Nonobstant la tristesse sanitaire et économique, on aurait presque une petite nostalgie. Allez, ce ne sera que très progressif, le temps de s’habituer !

35ème épisode

Triple peine

Non seulement ils l’ont manié sans précaution, non seulement ils l’ont exporté, mais en plus ils ont menti. Ce petit machin a fait beaucoup plus de victimes que le grand XI Jipping ne l’avoua. Ainsi la Chine serait responsable du déni américain face à cette bien réelle pandémie. Ainsi la Chine serait responsable de l’impréparation de nombreux Etats face à un évènement subi et majeur. Ainsi la Chine serait bel et bien le fusible qui a fait disjoncter l’économie mondiale. Ce n’est pas faux mais ce n’est pas totalement vrai… Messieurs de la finance, vous savez à quel point les chiffres qui entourent les mensurations de l’économie chinoise sont désespérément faux. Puissiez-vous imaginer qu’il en fut autrement pour la santé ? Alors de 2 choses l’une, soit le reste du monde est étrangement naïf, soit chaque continent, chaque État, face à un aveu d’impuissance, va se retourner vers la plus grande usine du monde ? En politique, avouer ses faiblesses est un vilain défaut.

36ème épisode

La bourse ou la vie En 2018, les Français mettaient de côté 14,2% de leur revenu disponible. En 2019, c’était 14,9%, qu’en sera-t-il pour 2020 ? Mais cette période est tellement insolite : d’un côté….

 

LIRE LA SUITE

LIRE LES SAISONS PRÉCÉDENTES


POINT MARCHÉS CORONAVIRUS #4

DES BANQUES CENTRALES HYPER – RÉACTIVES

Olivier Guillou – Directeur de la gestion

Après la décision de la Reserve fédérale américaine, la Banque centrale européenne (BCE) a emboité le pas et annonce un programme d’achat d’urgence de 750 milliards d’euros en cas de pandémie (PEPP). Des décisions qui vont dans le bon sens 1 Un nouveau programme temporaire d’achat d’actifs de titres des secteurs privés et publics va être mis en place. Ceci afin de contrer les risques graves concernant la politique monétaire et les perspectives pour la zone Euro posés par l’épidémie de Coronavirus (COVID-19). Ce nouveau programme d’achat d’urgence en cas de pandémie disposera d’une enveloppe globale de 750 milliards d’euros. Les achats seront effectués jusque fin 2020 et comprendront toutes les catégories d’actifs éligibles au titre du programme d’achat d’actifs existant. 2 Davantage d’actifs seront éligibles au papier commercial non financier au titre du programme d’achat du secteur des entreprises (CSPP), en rendant tous les papiers commerciaux de qualité de crédit suffisante éligibles à l’achat dans le cadre du CSPP. 3 Les normes de garantie seront assouplies, en ajustant les principaux paramètres de risque du cadre de garantie. En particulier, la Banque centrale européenne a décidé d’élargir la portée des créances privées supplémentaires pour y inclure les créances liées au financement du secteur des entreprises. Cela permettra aux contreparties de continuer à utiliser pleinement les opérations de refinancement de l’Eurosystème.

Pour suivre l’actualité d’Ecofi cliqué ici

LIRE LA SUITE

 


LE MENSUEL - MARS 2020

ecofi investissements

Après la chute, la pression s’accentue sur la Réserve fédérale

La crise du Coronavirus semble changer de dimension avec l’accélération des cas en dehors du principal foyer, la Chine. La crainte d’une pandémie mondiale a remis en cause les certitudes des investisseurs, longtemps raccrochés au caractère temporaire de cette crise sanitaire et d’une intervention des banques centrales. Une nouvelle correction des indices a eu lieu pour le deuxième mois consécutif. Cela reporte dans le temps le rebond anticipé des échanges commerciaux et de l’activité mondiale après la signature de la « Phase 1 » de l’accord sino-américain.

LIRE LE MENSUEL

 


Coronavirus - Tous mobilisés à votre service

Face à l’évolution de la situation du Covid-19 et des dispositions sanitaires mises en place par le Gouvernement, Ecofi Investissements vous informe avoir activé son plan d’urgence et de poursuite d’activité (PUPA) depuis le jeudi 12 mars, à la fois pour assurer le maintien des prestations de services pour la gestion de vos placements et pour protéger nos salariés.

Aussi, nous vous confirmons que l’intégralité de nos équipes est à même d’assurer ses missions au quotidien dans le respect de la réglementation en vigueur.