AVIVA INVESTORS

Aviva Investors est un acteur mondial de la gestion d’actifs, disposant d’une expertise reconnue dans la gestion de produits immobiliers, obligataires, actions, multi-actifs et alternatifs.

Présent dans 15 pays et comptant plus de 1400 salariés, Aviva Investors gère €398 milliards d’actifs au 31/12/2017 sur une large gamme de produits et de solutions d’investissement.

Aviva Investors offre les avantages d’une dimension internationale combinée à des savoir-faire locaux. Cette organisation permet aux équipes d’exploiter au maximum les opportunités locales pour en faire bénéficier les clients, au travers de performances d’investissement solides et de produits innovants. Les équipes locales s’appuient sur des services de qualité fournis par des équipes globales basées dans le monde entier et composées de professionnels expérimentés.

Nos équipes d’investissement interviennent sur l’ensemble des principales places financières au monde et gèrent 399 milliards d’euros (au 30 september 2017). Fort de cette position, nous sélectionnons les opportunités les plus prometteuses et sommes ainsi bien placés pour répondre aux objectifs précis de nos clients.

Notre démarche commence par une écoute attentive de nos clients, qui nous permet de bien cerner leurs objectifs d’investissements et leurs éventuelles appréhensions. De l’investisseur privé qui cherche à se constituer une épargne-retraite aux plus grands institutionnels, il est important pour nous de bien comprendre les priorités de nos clients, afin de leur proposer les stratégies de gestion et les fonds répondant à leurs besoins réels, et ainsi de bâtir des relations de confiance sur le long-terme.

A Paris, Aviva Investors France gère €107.3 milliards d’actifs au 31/12/2017, et emploie plus de 130 personnes dont 41 gérants & analystes.

Les dernières infos de AVIVA INVESTORS

La lettre mensuelle Marchés et Allocation d’Aviva Investors France

Découvrez la lettre du mois de novembre 2018

Aviva investors

Après la forte correction d’octobre, certains actifs à risque ont tenté un rebond en novembre malgré de nombreux facteurs d’incertitudes, comme le Brexit, la politique budgétaire italienne et le ralentissement de la croissance européenne. Nerveux une grande partie du mois, les marchés actions ont tout de même salué la trêve dans la guerre commerciale entre les Etats-Unis et la Chine. Sur le marché obligataire, les rendements des emprunts d’Etats jugés les plus sûrs ont continué de profiter du mouvement de fuite vers les valeurs refuge. Le baril de pétrole a chuté de plus de 20% en raison de la crainte d’une surabondance d’offre mondiale.

LIRE LA SUITE


L’investissement durable a besoin de l’aide des régulateurs

Les assureurs, décideurs politiques et autorités de réglementation peuvent collaborer pour gérer les risques associés au réchauffement climatique et encourager l’investissement durable. Explications de Steve Waygood.

 

Aviva investors

Le secteur de l’assurance est particulièrement exposé au pouvoir destructeur des météos extrêmes. En tant que propriétaires d’actifs, les assureurs ont aussi la capacité de faire la différence. En travaillant ensemble et en appelant les décideurs politiques et les autorités de supervision à agir, l’industrie peut contribuer à gérer collectivement ce risque existentiel.

LIRE LA SUITE


DIRECTEUR OU DICTATEUR ?

Les patrons-star conduisent à s’interroger sur les qualités d’un bon leader dans un monde uniformisé et connecté. Nous étudions ici les implications globales pour la gouvernance des entreprises.

Si Google et Baidu n’existaient pas, aurions-nous des moteurs de recherche ? Si Mark Zuckerberg n’avait pas imaginé Facebook dans sa chambre d’université, aurions-nous des plateformes de médias sociaux ?

Ces questions peuvent sembler absurdes, car il est évident que la réponse est oui, pourtant cela ne nous empêche pas de vouer à certains dirigeants d’entreprise prestigieux un culte fanatique. On sait pourtant que l’ampoule incandescente a été inventée par 20 personnes différentes en l’espace de quelques décennies ; de fait, les raisons qui font que tel ou tel connaîtra ou non le succès semblent donc aléatoires ou pour le moins difficiles à saisir.

LIRE LA SUITE


Lancement du fonds Primotel Europe

Création de Primotel Europe, fonds dédié à l’hôtellerie en Europe

Aviva Investors Real Estate France SGP (AIREF SGP) et Algonquin annoncent la création de « PRIMOTEL EUROPE », fonds régulé dédié au secteur de l’hôtellerie à destination d’investisseurs institutionnels. Ce fonds regroupera des hôtels situés au sein des principales métropoles françaises et européennes et visera principalement la détention d’établissements (murs seuls ou murs et fonds) de catégorie allant du 3 aux 5 étoiles.

Avec un objectif d’investissement en fonds propres de 240 M€ à 3 ans, « PRIMOTEL EUROPE » offrira aux investisseurs une diversification attractive (tant sectorielle que géographique) dans un marché immobilier européen toujours plus concurrentiel.

 

LIRE LA SUITE


5 ans après le ‘‘Taper Tantrum’’, la dette émergente fait preuve de plus de résistance

Les marchés émergents ont parcouru un long chemin depuis les difficultés de 2013, affirme Liam Spillane, Directeur de la gestion dette émergente chez Aviva Investors.

Un changement de politique pour la Réserve Fédérale : la hausse des taux d’intérêt et une volatilité accrue des marchés. Il y a cinq ans, la banque centrale américaine a indiqué qu’elle mettrait fin à son programme d’achat d’obligations, provocant le fameux « taper tantrum », ou crise du « tapering ». Les marchés émergents ont été particulièrement affectés par les sorties de capitaux au cours des turbulences financières qui ont suivi.

Lire la suite


La lettre mensuelle Marchés et Allocation d’Aviva Investors France

Découvrez la lettre du mois de décembre 2017

Les actifs à risque ont vécu un nouveau mois contrasté en décembre. Les indices actions de la zone euro ont poursuivi leur mouvement de consolidation, pénalisés par le rebond de la devise. Aux Etats-Unis en revanche, l’adoption de la réforme fiscale promise par Donald Trump a renforcé l’optimisme des investisseurs. Au total, les places boursières internationales ont vécu une année 2017 faste, soutenues par l’accélération de la croissance. Sur le marché obligataire de la zone euro, les rendements des emprunts d’Etat « coeurs » comme périphériques ont légèrement progressé en décembre dans la perspective d’une accélération de la normalisation de la politique monétaire de la BCE.

Sunset over Paris

LIRE LA SUITE


BREXIT: les implications de l'absence d'accord pour l'univers des investissements

Le risque d’une sortie de l’Union Européenne du Royaume-Uni sans avoir négocié les relations semble s’accroître ces dernières semaines. Nous envisageons ici les ramifications d’une telle issue pour l’économie britannique et les actifs libellés en livre sterling.

Alors qu’il ne reste plus que 18 mois au Royaume-Uni pour négocier sa sortie de l’Union européenne et que peu d’avancées sont à constater dans l’accord à trouver entre les deux parties, les marchés financiers pourraient devoir sans tarder envisager un « Brexit à la dure ».

Michel Barnier, Responsable des négociations pour l’Union européenne, a déclaré le 11 octobre que les conditions du divorce du Royaume-Uni étaient « dans une impasse », les divergences restant importantes entre les deux camps après cinq tours de négociation, notamment sur ce qu’on appelle « la facture du Brexit.[1]

Pour le moment, les marchés n’ont guère envoyé de signaux d’alertes. En effet, la livre sterling comme les actifs libellés dans la monnaie anglaise sont demeurés imperméables au gel des négociations. Mais il semble peu probable que cela reste en l’état si l’impasse demeure.

Selon Stewart Robertson, économiste Sénior d’Aviva Investors au Royaume-Uni, ce serait en faire trop que d’imaginer une sortie au forceps et totalement chaotique du Royaume-Uni et il est probable que les deux parties finiront par trouver un accord d’une façon ou d’une autre. Il serait pourtant imprudent de l’exclure totalement, surtout si l’on considère les dégâts qu’un tel scénario entraînerait s’il devait se concrétiser.

Il est « dans l’intérêt des deux camps » de trouver un terrain d’entente. En tant que tel, nous pensons que le risque d’un retrait désordonné du Royaume-Uni est mince » déclare-t-il. « Mais même si le gouvernement britannique parvenait à un accord avec l’UE, il lui faudrait le faire approuver par le parlement. Pour y parvenir, il lui faudrait réussir à rallier les eurosceptiques ou un large pan de l’opposition, ce qui ne pourrait pas arriver simplement. »

LIRE LA SUITE DE L’ARTICLE


La lettre mensuelle Marchés et Allocation d’Aviva Investors France

Découvrez la lettre du mois d’octobre 2017

Le mois d’octobre a été très favorable aux actifs risqués. Plusieurs marchés actions ont atteint des records, toujours soutenus par une croissance économique mondiale solide, des politiques monétaires accommodantes et un regain d’espoir concernant le lancement de la réforme fiscale aux Etats-Unis. A la fin du mois, la publication de résultats d’entreprises américaines meilleurs que prévu a contribué au dynamisme des actions. La perspective du maintien d’une politique monétaire accommodante en Europe a permis aux marchés de taux de poursuivre leur progression et à l’euro de repasser sous le seuil des 1,17 dollar pour la première fois depuis fin juillet.

Sunset over Paris

LIRE LA SUITE


Volatilité des actions : ce que cachent les apparences

Bien que la volatilité globale des principaux indices boursiers continue d’être anormalement faible, lentement, mais sûrement, l’incertitude se renforce sur les marchés financiers. Les investisseurs devraient en prendre note.

La psychologie des marchés ne manque jamais de surprendre.  Les risques apparents, tels que la menace nucléaire nord-coréenne ou le retrait du stimulus majeur de la banque centrale, sont oubliés en l’espace de quelques minutes ou, dans le dernier cas, à peine pris en compte dans les évaluations des marchés actions. Tout cela soulève des questions fondamentales quant au fonctionnement des marchés. « Il semble que les fenêtres d’aversion au risque se soient rétrécies. Les marchés ont chuté après le vote en faveur du Brexit de 2016, et ont seulement eu besoin de 14 jours pour se redresser; la récupération après l’élection de Trump n’a pris qu’une douzaine d’heures, tandis que celle du référendum italien infructueux a demandé environ 10 heures » affirme Trevor Leydon, Directeur des Risques d’investissement et de la Construction de Portefeuille multi-actifs chez Aviva Investors.

LIRE LA SUITE


Chercher à tirer parti de la hausse prévisible de l’inflation en zone euro

Le marché des obligations indexées à l’inflation ne reflète pas la perspective d’un retour prévisible à une hausse des prix plus soutenue en Europe, ouvrant la place à des opportunités d’investissement intéressantes, estime Geoffroy Lenoir, responsable de la gestion taux souverains euro chez Aviva Investors France.

Lire la suite de l’article

 


Taux européens : un retour en pente douce ou en montagnes russes ?

La voie de la normalisation de la politique monétaire de la zone euro pourrait bien être semée d’embuches mais elle reste praticable avec beaucoup d’attention, selon Charlie Diebel, responsable mondial de la gestion de taux chez Aviva Investors.

Lire la suite de l’article