Tassement relatif de l’immobilier en France

Immobilier - Le secteur de l’immobilier a connu, au cours du 1er trimestre, un petit tassement dans le prolongement du mouvement amorcé à la fin de l’année dernière.

Si en données brutes, les chiffres continuent à augmenter pour les autorisations de construction et les mises en chantier, il en va différemment pour les chiffres corrigés des variations saisonnières. Ainsi, en un an, d’avril 2017 à mars 2018, 496 300 logements (en données brutes) ont été autorisés à la construction et 425 800 logements ont été mis en chantier, soit une augmentation respectivement de 3,7 % et 9,2 % par rapport à la même période, un an plus tôt (d’avril 2016 à mars 2017).

En tenant des variations saisonnières, les autorisations de logements à la construction augmentent de 3,4 % par rapport aux trois mois précédents, après s’être déjà repliées (- 5,7 % au quatrième trimestre 2017). Les logements individuels se contractent légèrement (- 0,9 % après + 4,7 %) et les logements collectifs (y compris en résidence) se relèvent (+ 6,5 % après – 12,1 %). Toujours en données trimestrielles corrigées des variations saisonnières, les mises en chantier accentuent leur repli (- 2,5 % après – 0,4 %). La baisse du collectif y compris en résidence (- 6,1 % après 0,0 %) n’est pas compensée par le rebond de l’individuel (+ 2,6 % après – 0,9 %).

La région Auvergne Rhône-Alpes continue à connaître une forte progression pour les autorisations de construction de logements. En revanche, le centre et le sud de la France, à l’exception de la Corse, enregistrent un réel ralentissement. Pour la construction, la situation reste néanmoins dynamique dans toutes les régions, la Corse connait, en revanche, un recul de plus de 10 %. Les mauvaises conditions climatiques et une forte croissance en 2016 et 2017 peuvent expliquer cette évolution.

Sources : ministère de la transition écologique et solidaire à fin mars 2018

Philippe Crevel

Directeur du Cercle de l'Épargne

Voir tous les articles de Philippe