Vincent Boy - IG France

Analyste

Marchés financiers : une semaine surchargée attend les investisseurs

Vincent Boy
En pleine période estivale, c'est une semaine très chargée qui attend les investisseurs. Hausse brutale du bircoin, tendance baissière en Chine, inflation et politiques monétaires des banques centrales... Quels sont les points de vigilance à surveiller ? L'éclairage de Vincent Boy, analyste marché chez IG France.
Lire (4 min.)

Le variant Delta inquiète, mais les marchés surveillent surtout la politique monétaire et l’inflation

Vincent Boy
La persistance de la crise sanitaire perturbe la reprise économique. Pourtant, les marchés s'inquiètent moins du variant Delta que de l'inflation et de la politique monétaire des banques centrales. Quels sont les indicateurs à surveiller cette semaine ? Le point avec Vincent Boy, analyste marché chez IG France.
Lire (3 min.)

Marchés financiers : le pétrole, les statistiques et le variant Delta

Vincent Boy
Cette semaine, les investisseurs surveilleront de près l'évolution du marché du pétrole, le variant Delta mais aussi la publication de nombreuses statistiques économiques. Quels sont les points de vigilance à retenir ? L'éclairage de Vincent Boy, analyste marché chez IG France.
Lire (4 min.)

Fed : le ton « Hawkish » inquiète les marchés

Vincent Boy
Cette semaine, les marchés réagissent au retour du ton « Hawkish » de la Fed. La perspective de la réduction des rachats d'actifs va-t-elle entraîner un mouvement baissier ? L'éclairage de Vincent Boy, analyste marché chez IG France.
Lire (4 min.)

MyBeezBox réalise une levée de fonds auprès d’Inter Invest Capital et de son partenaire stratégique FoodXpert

Une offre digitale au cœur de la tendance

La crise sanitaire a forcé les restaurateurs à adapter leur offre afin de la rendre digitale et de pouvoir ainsi maintenir leur activité. Cette tendance devrait perdurer au-delà du contexte sanitaire en lien avec une profonde mutation des habitudes de consommation. L’offre de MyBeezBox est ainsi au cœur de la tendance et répond aux besoins des professionnels de la restauration et de la gastronomie en leur proposant des canaux de vente dématérialisés. 

MyBeezBox propose 3 offres clés aux restaurateurs : la vente de bons et de coffrets cadeaux sur leur site internet, le Click & Collect pour gérer drive, livraisons et vente à emporter et l’organisation de cours de cuisine pour les clients.

Cette gamme étendue de services proposés à ses clients est un fort élément différenciant vis-à-vis de la concurrence qui ne propose généralement pas un ensemble d’outils connectés entre eux permettant de développer une fidélisation de sa clientèle.

Un positionnement premium et des partenaires prestigieux

MyBeezBox cible une clientèle premium parmi les restaurateurs et les professionnels du tourisme gastronomique ayant besoin de développer simplement leurs revenus complémentaires en direct. MyBeezBox comptait 743 clients actifs en décembre 2019, plus de 1 000 à fin 2020 et près de 1400 en 2021.

La société a signé avec des établissements de renom, comme le Pré Catelan, la Tour d’Argent (3* Michelin), Alexandre Mazzia (3* Michelin), David Toutain (2* Michelin) ou encore La Réserve (2* Michelin).

Une levée de fonds pour soutenir le développement de l’activité

Dans ce contexte de développement rapide et de forte croissance de ses activités, MyBeezBox a finalisé une levée de fonds auprès d’Inter Invest Capital et de son partenaire stratégique FoodXpert. Cette prise de participation s’inscrit dans le cadre du déploiement d’une stratégie d’investissement des deux partenaires sur le secteur du Food and Beverage.

Cette levée de fonds a pour objectif de renforcer les équipes commerciales et techniques de MyBeezBox.

Intervenants

  • MyBeezBox : Franck Lefeuvre, Marjorie Cadilhac
  • Inter Invest Capital : Guillaume Donnedieu de Vabres
  • FoodXpert : Marc El Asmar, Côme de Chérisey
  • Conseil juridique de la société : DPS Avocats (Charles Casal, Bérénice Dago)
  • Due diligence financière, sociale, fiscale et juridique : Mazars (Luc Marty)
Lire (3 min.)

Goldman Sachs Asset Management et Immobel acquierent un immeuble au centre de Paris

Situé 277 rue Saint-Honoré dans le 8ème arrondissement de Paris, le commerce est loué par l’enseigne &Otherstories et les bureaux par Deskeo. Les acquéreurs ont l’intention de restructurer cet actif de manière durable
afin d’offrir des locaux de haute qualité aux entreprises ainsi qu’aux locataires commerciaux. Le potentiel de réversibilité de ce site est remarquable : Immobel sera l’opérateur de cette restructuration en coordination avec Goldman Sachs.

« Nous sommes ravis de nous associer à Immobel pour cette acquisition d’un immeuble mixte de premier ordre dans le centre de Paris, qui sera transformé selon les critères de durabilité pour offrir des locaux de plus haute qualité aux locataires » a commenté Nabil Aquedim, Executive Director chez Goldman Sachs Asset Management.
« Cet investissement est en ligne avec notre stratégie d'acquisition d'actifs dans des emplacements de premier ordre, avec un potentiel important en terme d'investissements et d'amélioration de l’utilisation » a précisé Edouard Escande, Executive Director chez Goldman Sachs Asset Management.
« Ce projet s’inscrit dans le cadre de la stratégie d’Immobel de développer son expertise en matière de restructuration d’actifs prestigieux à Paris et en Ile-de-France. La revalorisation urbaine par la transformation
d’immeubles est au cœur du savoir-faire de nos équipes. » indique Fabien Acerbis, le directeur général d’Immobel France.

Restructurer des biens immobiliers pour en modifier les usages permet aux grandes métropoles européennes faire face aux enjeux-clés tels que la pénurie de logements ou les défis environnementaux du secteur du bâtiment.
Immobel détient une large expérience dans la rénovation et la restructuration de projets similaires sur différents marchés en Europe. La réversibilité d’immeubles est une expertise-clé face aux enjeux climatiques que les équipes d’Immobel maîtrisent déjà en France et en Europe, notamment en Belgique, au Luxembourg ou en Allemagne. La maîtrise de l’impact et de la qualité environnementale de ce projet seront une priorité pour Immobel et Goldman Sachs Asset Management qui viseront les plus hauts niveaux de labels et certifications pour l’actif.
L’immeuble comprend six étages, organisés en 2 bâtiments à partir du 1er étage, ainsi que 2 niveaux de sous-sol. Goldman Sachs Asset Management et Immobel ont été conseillés par l’étude Cheuvreux, Jones Day (Legal et
Financement) et Freshfields (Tax et Structuring).


Dans le cadre du partenariat, Goldman Sachs Asset Management a été accompagné par le cabinet Jones Day et Immobel par les cabinets Lacourte-Raquin-Tatar et Martin & Associés.
Aareal a financé l’acquisition, assisté par le cabinet Depardieu, et avec la participation de l’étude Allez et Associés.

Lire (2 min.)

Marchés financiers : les investisseurs confiants avant la Fed

Vincent Boy
Cette semaine, les marchés financiers attendent le discours de Jerome Powell, président de la Réserve fédérale des Etats-Unis (Fed). Les investisseurs peuvent-ils compter sur le maintien d'une politique monétaire ultra accommodante ? Quels sont les indicateurs à surveiller ? Le point avec Vincent Boy, analyste marché chez IG France.
Lire (4 min.)

Marchés financiers : avalanche de statistiques, saison des résultats et Fed

Vincent Boy
Statistiques économiques, résultats d'entreprises, conférence de la Fed... Quelles sont les rendez-vous à ne pas manquer cette semaine pour les investisseurs ? Tour d'horizon avec Vincent Boy, Analyste marché chez IG France.
Lire (4 min.)

IPO Coinbase : rencontre entre les cryptos et le marché régulé

Vincent Boy
Cette semaine, la plateforme Coinbase prépare son entrée en bourse (IPO). Quels sont les enjeux de cette intégration dans l'univers financier international ? Le point avec Vincent Boy, Analyste marché chez IG France.
Lire (2 min.)

Marchés financiers : une semaine très chargée attend les investisseurs

Vincent Boy
Cette semaine, plusieurs événements auront un impact majeur sur les marchés financiers. L'IPO de Coinbase va-t-elle définitivement intégrer les crypto-actifs dans l'univers financier mondial ? Quel impact auront les importantes émissions d'obligations américaines sur l'inflation ? Quels indicateurs faut-il surveiller ? Le point avec Vincent Boy, Analyste marché chez IG France.
Lire (3 min.)

UFF – 1er semestre 2021 : une collecte de retour à son niveau d’avant crise et des résultats en progression

  • Collecte commerciale de 779 M€ (+34%) portée par la hausse de la productivité du réseau
  • PNB de 95,9 M€ (+17%) grâce à la progression des commissions de placement
  • Résultat net de 3,8 M€ à comparer à une perte de 1,9 M€ au 1er semestre 2020

Faits marquants :

Le 1er semestre a été marqué par une performance commerciale au rendez-vous, avec une productivité commerciale qui s’établit à 0,96 M€ par conseiller, en croissance de +35% par rapport à l’année précédente et de +19% par rapport au 1er semestre 2019. Cette performance a permis de retrouver le niveau de collecte commerciale de 2019 malgré une équipe commerciale dont l’effectif se stabilise autour de 742 conseillers au 1er semestre 2021, contre 756 au 1er semestre 2020 et 878 au 1er semestre 2019.

Le nouveau système de rémunération commerciale – Proxima – en vigueur depuis le 1er janvier 2020 a favorisé un meilleur pilotage de l’activité, notamment au travers de la mise en œuvre d’objectifs commerciaux. Dans le même temps, ce nouveau contrat de travail a conduit à une hausse des coûts fixes du réseau commercial qui, conjuguée à la diminution des marges sur les commissions de placement, en particulier sur le secteur Immobilier, pèse sur la performance financière de l’UFF. Cette performance ressort en amélioration significative au 1er semestre 2021, comparée au 1er semestre 2020, mais reste pénalisée par rapport à son niveau d’avant-crise.

779 M€ de collecte commerciale[1], en progression de 34%

La collecte commerciale du réseau salarié augmente de +31% à 715 M€ et retrouve son niveau du 1er semestre 2019 (711 M€). Cette évolution favorable est observée sur tous les secteurs d’activité : l’« Assurance-vie » est en progression de +37%, avec une proportion de contrats en Unités de Compte qui reste stable à 62% ; le secteur « Immobilier » est également en hausse avec des ventes en Immobilier direct qui progressent de +4% et de +38% pour les SCPI ; enfin, les secteurs « Entreprise » et « Valeurs mobilières » progressent sensiblement avec respectivement des variations de +15% et +69%.

La collecte commerciale des réseaux d’indépendants suit cette tendance avec une hausse de +66% et des rattachements de portefeuilles assurantiels détenus par les CGPI affiliés au groupement CGPE de 51 M€ sur le 1er semestre 2021.

Un Résultat Net à 3,8 M€ porté par des commissions de placement en hausse de +23%

La collecte nette[2] s’améliore par rapport au 1er semestre 2020 (-89 M€) grâce à la hausse de la collecte commerciale mais reste négative au 30 juin 2021 à -70 M€ du fait de la hausse des sorties (rachats et sinistres).

Les actifs administrés en fin de période s’établissent à 12,6 Mds€, en augmentation de +7% par rapport au 1er semestre 2020, grâce à des variations de cours positives (+399 M€), alors que le 1er semestre 2020 avait pâti d’un effet prix défavorable (-462 M€).

Le Produit Net Bancaire progresse de +17%, à 95,9 M€, sous l’effet, d’une part, de la hausse des commissions de placement (+23% à 38 M€), en retrait toutefois par rapport au 1er semestre 2019 (42,6 M€) et, d’autre part, d’une hausse des commissions sur encours (+7%) en phase avec la progression des actifs administrés sur la période. Le résultat financier ressort enfin à +0,3 M€ alors que celui du 1er semestre 2020 (-2,8 M€) avait été fortement pénalisé par le choc des marchés de la fin du mois de mars 2020.

Les charges d’exploitation augmentent de +7% par rapport à l’an dernier, portées par des rémunérations commerciales en hausse de +15%, largement tirées par la dynamique commerciale alors que les charges de personnel administratif et les frais généraux sont globalement stables.

Le Résultat d’Exploitation est en progrès à +5,8M€ porté par la hausse de 17% du PNB. Le Résultat Net consolidé s’élève à +3,8 M€, à comparer à une perte de -1,9 M€ au 1er semestre 2020, période la plus fortement impactée par la pandémie du Covid-19 et ses conséquences. Il ressort néanmoins en baisse par rapport à son niveau du 1er semestre 2019 (10,4 M€), traduisant la baisse des marges sur le placement et l’augmentation des charges d’exploitation commerciales, dans un contexte de maîtrise des frais généraux et administratifs.

Structure financière et politique de dividendes

La structure bilancielle consolidée est saine avec une trésorerie de 205 M€ (contre 215 M€ au 31/12/2020), qui comprend des placements (123 M€) investis majoritairement en supports obligataires. Les dettes et les créances d’exploitation sont exclusivement à court terme.

Les capitaux propres consolidés s’élèvent à 174 M€, à un niveau proche du 31 décembre 2020 (171 M€). Ces indicateurs traduisent la solidité financière du Groupe UFF, satisfaisant ainsi largement les exigences réglementaires, avec un ratio de solvabilité à 29,76% et un ratio de liquidité à un mois (LCR) de 1 876%.

Le Conseil d’administration, réuni le 29 juillet 2021 pour arrêter les comptes semestriels, a souhaité rappeler que ce niveau de fonds propres élevé résulte d’une part du solde des ressources générées par la cession de PREIM en 2018 et d’autre part de la suspension en avril 2020 du versement du solde du dividende prévu (3€/action). Cette quote-part de fonds propres de près de 49 M€ fera l’objet d’un suivi spécifique par le Conseil d’administration.

Compte tenu de la décision de la Banque Centrale Européenne communiquée le 23 juillet dernier de ne pas prolonger sa recommandation concernant les dividendes au-delà de septembre 2021 et précisant que les prochaines décisions relatives aux versements de dividendes devront être prises au quatrième trimestre de l’année, le Conseil d’administration proposera ses orientations en matière de distribution de dividendes – en ce compris un possible versement d’acompte sur dividende dès le 4ème trimestre 2021 - une fois les restrictions temporaires effectivement levées et après un dialogue approfondi avec l’Autorité de Contrôle Prudentiel et de Résolution.

Perspectives

Avec la prolongation de la pandémie et de ses impacts sur les conditions opérationnelles, la priorité a été donnée à l’amélioration du quotidien des équipes du réseau et de la gestion, au travers d’initiatives d’efficacité opérationnelle visant par exemple à accélérer la modernisation des outils, à améliorer les process et la transversalité. Les priorités de début d’année restent quant à elles également d’actualité :

  • L’investissement dans le réseau commercial, dans un contexte d’augmentation de la productivité des conseillers, qui vient confirmer l’ambition de recrutement et d’intégration de nouveaux talents commerciaux au sein du Groupe UFF ;
  • La satisfaction de nos clients, qui reste au cœur des enjeux de transformation des outils et des processus du Groupe ;
  • La maîtrise des charges d’exploitation, avec un objectif de recorréler davantage la rémunération du réseau commercial à sa performance dès 2022. A ce titre, et comme prévu dans l’accord entré en vigueur au 1er janvier 2020, le Groupe UFF et les partenaires sociaux ont ouvert les discussions pour partager les enseignements de la 1ère application du nouveau contrat de travail.

Autres informations

Les commissaires aux comptes ont réalisé un examen limité des comptes consolidés. Le rapport financier semestriel sera déposé auprès de l’AMF et mis à la disposition du public sur le site internet de la société dans les délais réglementaires.

La présentation détaillée des résultats du 1er semestre 2021 sera également disponible sur le site internet de l’UFF, rubrique « Actionnaires » (http://www.uff.net/actionnaires-investisseurs/74), le 30 juillet 2021. 

En raison de l’intégration opérationnelle des activités du Groupe, les comptes individuels de la société sont difficilement interprétables isolément. Le résultat net social du 1er semestre 2021 de l’Union Financière de France Banque se traduit par un bénéfice de 22,8 M€.

Le Groupe Aviva France, société mère de l’Union Financière de France Banque, est considéré comme « partie liée ». Les relations opérationnelles entre les sociétés du Groupe de l’Union Financière de France Banque et le Groupe Aviva France concernent l’activité d’Assurance vie, la gestion financière de certains OPCVM, des opérations de placement et des prestations informatiques.

Pour rappel, le 23 février 2021, Aviva Plc a annoncé être entré en négociations exclusives avec Aéma Groupe (créé en janvier dernier à la suite du rapprochement entre Aésio et Macif) concernant la cession de sa filiale Aviva France. Le périmètre de l’opération comprend les activités d'Assurance vie, d'Assurance générale et de Gestion d'actifs en France, ainsi que sa participation (75%) dans UFF. Le 12 juillet 2021, l’opération a reçu un avis favorable de l’Autorité de la concurrence.

Lire (9 min.)

Etats-Unis : iM Global Partner s’associe à Richard Bernstein Advisors

iM Global Partner (IMGP) — réseau mondial dédié à la gestion d’actifs — annonce ce mercredi 28 juillet une alliance majeure avec Richard Bernstein Advisors (RBA), afin de renforcer ainsi son expansion aux Etats-Unis. La société acquiert une participation minoritaire de 45 % dans RBA à compter de ce jour. iM Global Partner est présent sur 16 sites en Europe et aux Etats-Unis. Il représente près de 35 Mds$ d’encours sous gestion à fin juillet 2021.

Pour RBA, Piper Sandler & Co. a agi en tant que conseiller financier et Vedder Price en tant que conseiller juridique. Pour iM Global Partner, Hottinguer Corporate Finance a agi en tant que conseiller financier et Seward & Kissel en tant que conseiller juridique. 

Qui est Richard Bernstein Advisors ?

Fondée en 2009 à New York par Richard Bernstein, Richard Bernstein Advisors est une société de gestion reconnue, spécialisée dans l’allocation d’actifs. Avec 14,6 Mds$ d'actifs sous gestion et conseillés en juin 2021, RBA est l'une des sociétés indépendantes les plus importantes et les plus performantes au monde parmi les acteurs spécialisés en allocation d’actifs.

La société gère des portefeuilles ségrégués d'allocation d'actifs investis dans des ETFs (SMA ou Separately Managed Accounts) pour de nombreuses plateformes de gestion de fortune et de conseillers en gestion de patrimoine américains. Elle intervient également en délégation de conseil pour plusieurs fonds mutuels, fonds communs de placement et ETFs.

Processus d'investissement

Richard Bernstein Advisors se distingue par son approche top-down, qui combine une recherche macroéconomique et une analyse quantitative propriétaires. Son processus d'investissement se fonde sur l’analyse fondamentale. Objectif, identifier les thèmes cycliques et séculaires afin de fournir de performances ajustées du risque élevées. Les portefeuilles sont investis dans différents pays, secteurs, tailles et styles d’entreprises pour générer de l'alpha, tout en minimisant le risque lié à la sélection des titres.

L'équipe d'investissement compte en moyenne 27 ans d'expérience en gestion d’actifs. Les membres les plus expérimentés du comité d'investissement ont travaillent ensemble depuis de nombreuses années. La société continuera à être gérée de façon indépendante et les portefeuilles utiliseront les mêmes philosophie et approche développées depuis 2009, comme le font les autres sociétés partenaires d'iM Global Partner.

Expansion aux Etats-Unis

Ce partenariat constitue une étape importante dans l'expansion stratégique d'iM Global Partner aux États-Unis. La présence américaine du groupe comprend désormais plusieurs entreprises partenaires de premier plan aux États-Unis, dont Polen Capital, Dolan McEniry, Scharf Investments et Litman Gregory. Bénéficiant d'un réseau de distribution solide et d'une grande visibilité auprès des principales plateformes de gestion de fortune, RBA permet de renforcer la présence d'iM Global Partner sur le marché américain et démontre la volonté du groupe de continuer à grandir.

« Cette opération marque la création d'une collaboration étroite entre iM Global Partner et RBA. Les réseaux de distribution institutionnelle européenne et internationale d'iM Global Partner élargiront la base d'investisseurs de RBA à l'échelle mondiale, tandis que la grande notoriété de RBA aux États-Unis renforcera considérablement le développement américain d'iM Global Partner », déclare Richard Bernstein, CEO, CIO et fondateur de Richard Bernstein Advisors.

« RBA apportera à nos clients du monde entier une expertise remarquable en matière d’allocation d’actifs avec une approche macroéconomique top-down unique qui a prouvé sa grande efficacité dans toutes les phases des cycles de marché. Ce partenariat démontre non seulement l'ampleur et la vision de notre réseau mondial, mais souligne également notre profond engagement sur le marché américain », ajoute Philippe Couvrecelle, CEO et fondateur de iM Global Partner.

Lire (4 min.)

Marchés financiers : la livre turque plonge, l’obligataire US sous surveillance

Vincent Boy
Cette semaine sur les marchés financiers, les investisseurs suivront de près l'évolution des marchés obligataires américains. Suite à la chute de la livre turque face au dollar, les obligations américaines progressent. Comment la Fed va-t-elle adapter sa politique monétaire dans les jours à venir ? Les explications de Vincent Boy, Analyste marché chez IG France.
Lire (2 min.)