Olivier de Berranger

Directeur de la gestion d'actifs et Directeur Général Délégué chez LFDE

Crise sanitaire : marchés financiers, déjà la reprise ?

Olivier de Berranger
Malgré la crise sanitaire qui sévit toujours partout dans le monde, les marchés financiers ont connu la semaine dernière des rebonds inattendus. Comment faut-il comprendre ces résultats euphoriques ? Les mesures d'aide aux entreprises prises par les banques centrales portent-elles déjà leurs fruits ? L'éclairage d'Olivier de Berranger, Directeur de la gestion d'actifs et Directeur Général Délégué chez LFDE .
Lire (5 min.)

Bourse : les « bazookas » monétaires et budgétaires sont de sortie

Olivier de Berranger
Face à la crise économique déclenchée par le coronavirus, les marchés financiers connaissent une forte volatilité. Les Banques centrales et les Etats se mobilisent afin d'éviter le krach. Les mesures de soutien aux entreprises suffiront-elles à calmer la panique boursière ? Quel scénario économique s'annonce pour les semaines à venir ? Cette analyse résulte des convictions de l’équipe de gestion de La Financière de l’Echiquier.
Lire (5 min.)

Coronavirus : les banques centrales au rendez-vous

Olivier de Berranger
Avant tout, La Financière de l’Échiquier (LFDE) exprime son profond soutien aux familles touchées par l’épidémie et ses plus sincères remerciements aux équipes soignantes. Cette semaine, focus sur l'action des banques centrales face au coronavirus. Comment préserver le tissu économique ? Quelles mesures pour soulager les marchés ? L'éclairage d'Olivier de Berranger, Directeur de la gestion d'actifs et Directeur Général Délégué chez LFDE .
Lire (4 min.)

Marchés et coronavirus : engagez-vous

Olivier de Berranger
Le monde a basculé dans la panique. Ce qui n’était qu’une crainte s’est mué en psychose. La crise sanitaire a muté en crise économique et financière. Quelles mesures budgétaires les banques centrales vont-elles adopter ? Quelles perspectives de croissance pour les investisseurs ? Les explications d'Olivier de Berranger, Directeur de la gestion d'actifs et Directeur Général Délégué chez LFDE.
Lire (3 min.)

Assurance vie : Hedios lance le placement H Absolu 8

Hedios Patrimoine — spécialiste des placements structurés — annonce ce mercredi 1er avril le lancement de H Absolu 8 dans le cadre du contrat d’assurance vie Hedios Life Suravenir. Même en cas de configuration de marché légèrement baissière, ce placement permet un permet un remboursement anticipé « gagnant » selon Hedios.

Disponible jusqu'au 29 mai 2020

H Absolu 8 vise un objectif de rémunération de 7,50 % par année écoulée, avec remboursement anticipé possible tous les ans à condition que l'indice de référence « S&P Euro 50 Equal Weight Synthetic 5 % Price » n'affiche aucune baisse de plus de 5 % par rapport à son niveau initial.

En l'absence de remboursement anticipé, le capital est protégé à l'échéance d'une durée maximale de 12 ans, jusqu'à 30 % de baisse de l'indice de référence. Les souscriptions sont ouvertes jusqu’au 29 mai prochain pour un montant minimal de 1 000 euros. Les enveloppes étant limitées, la commercialisation peut cesser à tout moment et sans préavis.

Lire (1 min.)

SPVIE Assurances rachète le Cabinet de courtage Assurances de l’Adour

SPVIE Assurances — groupe de courtage créé en 2010 — annonce ce mardi 31 mars avoir réalisé l’acquisition du courtier indépendant Assurances de l’Adour le 20 mars dernier. Cette opération — réalisée malgré la crise sanitaire — suit une levée de fonds finalisée avec Essling expansion pour un montant de 70 M€. La nouvelle acquisition de SPVIE Assurances porte le chiffre d’affaires (CA) du nouvel ensemble autour de 50 M€.

Stratégie de diversification

François Blot, fondateur d’Assurances de l’Adour, a réinvesti le produit de la vente de son cabinet au sein de SPVIE Assurances. Cette entrée au capital du groupe le positionne comme 3e associé, aux côtés de Jérémy Sebag et Cédric Pironneau, dirigeants et co-fondateurs de SPVIE Assurances. Durant les mois à venir, SPVIE assurances va continuer à tout mettre en œuvre pour accélérer sa croissance externe.

En rachetant Assurances de l’Adour, SPVIE assurances s’entoure d’un spécialiste « de la vente à distance » en Santé individuelle depuis 15 ans, traitant plus de 160 000 Leads annuels. Cette alliance permettra de conquérir de nouvelles parts de marché dans un secteur concurrentiel, de valoriser ce canal de vente, et de partager un savoir-faire avec les 1 500 courtiers partenaires de SPVIE Assurances.

Lire (1 min.)

Marchés financiers : schizophrénie ?

Olivier de Berranger
Cette semaine, les marchés boursiers s'efforcent tant bien que mal de composer avec le risque du coronavirus. Comment différencier la portée émotionnelle de la portée économique de l'épidémie ? Les explications d'Olivier de Berranger, Directeur de la gestion d'actifs et Directeur Général Délégué chez LFDE.
Lire (4 min.)

Coronavirus : fièvre sur les marchés

Olivier de Berranger
La semaine passée s'est révélée très éprouvante pour les marchés financiers. La crainte du coronavirus a rattrapé les investisseurs, désormais saisis d'une fièvre vendeuse. Quel rôle les banques centrales vont-elles jouer dans ce contexte incertain ? Les marchés se dirigent-ils vers une résolution de la crise ? Les explications d'Olivier de Berranger, Directeur de la gestion d'actifs et Directeur Général Délégué chez LFDE.
Lire (4 min.)

Marchés financiers : du cygne noir au serpent de mer ?

Olivier de Berranger
En Chine, le coronavirus perturbe toujours l'activité. L'épidémie semble toutefois sous contrôle, ce qui a suffit pour entraîner le rebond des marchés d'actifs risqués. Le bilan de la saison des résultats d'entreprises reste toutefois mitigé. Faut-il s'attendre à une reprise de la volatilité sur les marchés ? Les explications d'Olivier de Berranger, Directeur de la gestion d'actifs et Directeur Général Délégué chez LFDE.
Lire (4 min.)

Marchés actions : exubérance rationnelle

Olivier de Berranger
Comment reconnaître la formation d'une bulle financière sur les marchés ? Les investisseurs sont-ils actuellement confrontés à une « exubérance irrationnelle » ?
Lire (4 min.)

Impôt sur les revenus 2019 : calendrier de la déclaration 2020

Gérald Darmanin, ministre de l'Action et des Comptes publics, présente ce mercredi 1er avril le calendrier de dépôt de la déclaration de revenus. Afin de tenir compte de la crise sanitaire que traverse actuellement le pays, ce calendrier a été adapté au contexte particulier.

Impôt sur les revenus 2019 : calendrier de la déclaration 2020
Calendrier de la déclaration 2020 — Source : Direction générale des finances publiques

1) Les usagers qui ont déclaré leurs revenus en ligne en 2019 ne recevront plus de déclaration papier : ils recevront un courriel les informant de l'ouverture du service.

Deux changements à retenir en 2020

Pour les déclarants papier, la date limite de dépôt des déclarations est fixée au 12 juin 2020 à 23h59, le cachet de La Poste faisant foi. Cette échéance s'applique à tous, y compris aux résidents français à l'étranger. En termes de nouveautés, deux changements sont à retenir cette année :

  • les départements 50 à 54 font désormais partie de la zone 2 ;
  • Afin de respecter la planète et ses ressources, il n'y aura plus d'envoi de déclaration en format papier aux usagers qui ont déclaré leurs revenus en ligne en 2019.
Lire (2 min.)

Délais de paiement : les décisions du comité de crise

Le ministère de l'Economie et des Finances annonce ce mercredi 1er avril par communiqué que le comité de crise sur les délais de paiements annoncé le 23 mars s'est réuni et fonctionne. Cette instance a été voulue par Bruno Le Maire, ministre de l’Economie et des Finances et François Villeroy de Galhau, gouverneur de la Banque de France pour promouvoir la solidarité économique inter-entreprises pendant la crise sanitaire.

Pierre Pelouzet, médiateur des entreprises du Ministère de l’Economie et des Finances et Frédéric Visnovsky, médiateur national du crédit à la Banque de France qui le co-animent se félicitent de l’accord unanime des organisations socio-professionnelles (AFEP, CPME, MEDEF, U2P) et des chambres consulaires pour engager la lutte contre les mauvaises pratiques en matière de délais de paiement et promouvoir les pratiques solidaires. Le comité de crise les réunira autant que nécessaire avec l’appui de la DGCCRF.

Réduire les délais de paiement

Les délais de paiement représentent une source de financement d’environ 700 milliards d’euros. Avec des retards qui sont stables en moyenne depuis 4 ans, ce sont déjà 13 milliards d’euros dont le blocage pèse sur la trésorerie de nombre d’entreprises. Dans un contexte inédit et périlleux pour l’économie française, le Médiateur des entreprises et le Médiateur national du crédit reçoivent toujours plus de signalements des entreprises : en deux semaines, l’équivalent de 3 mois de saisines a été enregistré.

Parmi ces signalements, les retards de paiement font l’objet d’un suivi particulier. Si ces pratiques se généralisaient, une réaction en chaîne pourrait s’activer et provoquer la disparition prématurée de nombreuses entreprises. Le comité appelle l’ensemble des entreprises à adopter une ligne de conduite solidaire dans la gestion des relations contractuelles entre partenaires économiques. Il invite tout particulièrement les entreprises à respecter les délais de paiement, et à les réduire dans la mesure du possible.

Signaler les comportements « non solidaires »

Le comité engage l’ensemble des entreprises à transmettre les informations concernant les comportements de paiements des grands clients — aussi bien exemplaires que non-solidaires — à leurs fédérations professionnelles ou aux chambres consulaires qui les consolideront pour le comité. Il invite les entreprises en situations critiques avec un client ou un fournisseur (TPE, PME, ETI ou grand compte) à saisir le médiateur des entreprises.

Le comité de crise entend privilégier le dialogue avec les entreprises identifiées et fera son possible pour qu’une solution équilibrée soit trouvée. Cependant, le comité informera le ministre de l’Economie et des Finances qui appréciera les suites à donner à tout comportement « non solidaire ».

Lire (3 min.)

Chine : la peur du coronavirus

Olivier de Berranger
Cette semaine, l'épidémie de coronavirus en Chine propage l'inquiétude sur les marchés financiers. Quelles sont les conséquences économiques réelles de l'épidémie ? Quel rôle les banques centrales peuvent-elles jouer ? La baisse des marchés va-t-elle se poursuivre ce mois-ci ?
Lire (5 min.)