Laurent Schwartz

Directeur du Comptoir National de l'Or

Chine/Etats-Unis : guerre commerciale, l’or comme valeur refuge

Laurent Schwartz
La guerre commerciale entre la Chine et les Etats-Unis s'est transformée en guerre des devises. Face à la menace de Donald Trump d'augmenter les tarifs douaniers sur les importations chinoises, la Chine a fortement dévalué sa monnaie. Cette décision profite au cours de l'or, en hausse continue depuis 3 mois. Quelles perspectives pour cet actif refuge ? Laurent Schwartz, Directeur du Comptoir National de l'Or, partage son analyse.
Lire (2 min.)

Métaux précieux : cours de l’or, la guerre commerciale s’intensifie

Laurent Schwartz
Après un mois de mars et un mois d'avril décevants, le cours de l'or rebondit en mai 2019. Une bonne nouvelle pour les investisseurs qui cherchent à diversifier leur portefeuille. Quels éléments faut-il retenir pour bien analyser cette hausse de performance ? Laurent Schwartz, Directeur du Comptoir National de l'Or, se penche sur le sujet.
Lire (5 min.)

Métaux précieux : Bank of America détient 1,5 milliard de dollars d’or

Laurent Schwartz
Le Comptoir National de l'Or — société française spécialisée dans l'or investissement et l'expertise de bijoux — souligne la position significative en or prise par l'investisseur institutionnel Bank of America en 2019. Quelles conclusions pouvons-nous en tirer sur l'état du marché du métal précieux ? Laurent Schwartz, Directeur du Comptoir National de l'Or, partage son analyse.
Lire (2 min.)

Métaux précieux : l’or des Européens sous la tutelle de la BCE

Laurent Schwartz
Suite aux interrogations de deux eurodéputés italiens, la Banque Centrale Européenne (BCE) a confirmé le 27 mars 2019 sa souveraineté sur la gestion des réserves d’or des pays de la zone euro. Laurent Schwartz, Directeur du Comptoir National de l'Or, explique pourquoi cette information n’est pas une révélation.
Lire (3 min.)

ISR : le fonds Mandarine Active reçoit le label allemand FNG-Siegel

Mandarine Gestion — société de gestion indépendante française, spécialiste de l’investissement en actions — annonce ce mercredi 4 décembre avoir reçu le le label allemand FNG-Siegel pour son fonds Mandarine Active. Cette labellisation récompense son processus de recherche et d’analyse ESG rigoureux et la qualité de son reporting ISR. 

Le label allemand est une norme de qualité pour les fonds d’investissement responsables au sein des pays germanophones. Sa particularité consiste à exclure les entreprises qui font plus de 5 % de leur chiffre d’affaires dans le nucléaire et le charbon, ou encore celles qui violent les principes du Pacte Mondial de l’ONU. Le fonds a obtenu la note de qualité de 2 étoiles.

Renforcer l'approche ISR

Le fonds Mandarine Active détient en outre le label ISR de l’Etat français depuis janvier 2018, ainsi que l’écolabel autrichien, obtenu en juillet dernier. Le fonds sélectionne les sociétés de la zone Euro qui offrent la capacité à réconcilier préoccupations actionnariale et sociétale dans leur stratégie de développement, et utilisent l'action sociétale comme vecteur de croissance et de pérennité.

« La reconnaissance de notre démarche d’investisseur responsable engagé se poursuit avec cette troisième labellisation de notre stratégie. Elle nous permet de renforcer nos ambitions en Allemagne et d’aider les investisseurs à orienter leurs placements », déclare Marc Renaud, Président de Mandarine Gestion. « Je suis convaincu que les bons élèves en matière d’ESG affichent de meilleures performances sur le long terme. L'obtention du label FNG-Siegel nous encourage encore plus à poursuivre notre approche ISR », ajoute Adrien Dumas, gérant du fonds Mandarine Active.

Lire (2 min.)

Financement sur titres : l’AMF publie la synthèse de ses contrôles thématiques

L’Autorité des marchés financiers (AMF) publie ce mercredi 4 décembre une nouvelle synthèse. Au 2e semestre 2018, l’AMF a mené 5 contrôles « Supervision des Pratiques Opérationnelle et Thématique » (SPOT) sur les opérations de financement sur titres. Outre la synthèse, ces contrôles ont donné lieu à l’envoi de lettres de suites. Dans ce document, le régulateur dresse un état des lieux des pratiques et rappelle les règles applicables. 

Les opérations de financement sur titres (OFT) réalisées par les sociétés de gestion de portefeuille (SGP) correspondent aux opérations de prêt et emprunt de titres, aux achats et reventes de titres ainsi qu’aux prises et mises en pensions de titres. Elles permettent d’améliorer de quelques points de base la performance des fonds gérés. Lors de ses contrôles, l’AMF a examiné :

  • le dispositif de meilleure exécution ou de meilleure sélection ;
  • le dispositif de gestion des conflits d’intérêts ;
  • le respect des obligations en matière d’information et de transparence à l’égard des porteurs.

Focus sur les bonnes pratiques

Globalement, les SGP contrôlées ont bien mis en place des dispositifs opérationnels satisfaisants en termes de gestion des conflits d’intérêts potentiels ou d’exécution des ordres. Ces dispositifs ne sont toutefois pas toujours adaptés pour tenir compte de la spécificité des opérations de financement sur titres.

Les SGP disposent également toutes d’une procédure de gestion de risques incluant le dénouement à tout moment des OFT et d’un dispositif d’échange de collatéral satisfaisant. En outre, l’AMF a globalement relevé une bonne information des porteurs dans les prospectus et les rapports annuels des fonds concernés. Par ailleurs, le régulateur a relevé les bonnes pratiques suivantes :

  • recourir à un prestataire de service d’investissement régulé au sein de l’UE et fournissant un service d’investissement dans le cadre de la réalisation des opérations de financement sur titres ;
  • recourir à un prestataire qui utilise un algorithme permettant une répartition proportionnelle des titres au regard de leur détention dans les fonds.

Focus sur les mauvaises pratiques

 A l’inverse, l’AMF a recensé les mauvaises pratiques qui consistent à :

  • ne pas s’enquérir avant la signature du contrat de prestation des modalités de formation des prix, des modalités de répartition des opérations entre les clients du prestataire, de l’existence éventuelle d’un mécanisme d’appariement en cas d’interposition du compte propre du prestataire permettant d’établir une correspondance entre ses transactions et celles de son prestataire qui a mis en concurrence les contreparties de marchés, et de la qualité des reportings qui seront fournis par le prestataire ;
  • ne pas identifier dans la documentation contractuelle liant la SGP et le prestataire les obligations et moyens du prestataire afin de vérifier la meilleure exécution, dans l’hypothèse où ce prestataire n’est pas un PSI régulé au sein de l’UE, le niveau d’information que le prestataire doit fournir pour permettre à la SGP de contrôler cette prestation ;
  • ne pas mettre en place un contrôle du respect du partage contractuel des rémunérations entre les fonds, le prestataire et la SGP.
Lire (4 min.)

Métaux précieux : la demande mondiale d’or au plus haut depuis 4 ans

Laurent Schwartz
Que se passe-t-il sur le marché de l'or ? Metals Focus, spécialiste des métaux précieux, s’attend à une hausse de la demande mondiale en 2019. Les cours pourraient atteindre 1 400 dollars au dernier trimestre. Laurent Schwartz, Directeur de la société française Le Comptoir National de l'Or, fait le point sur la situation.
Lire (1 min.)

Le monde manquera-t-il d’or avant de manquer de pétrole ?

Laurent Schwartz
Les réserves estimées de métal jaune correspondent à 16 années de production, contre plus de 50 pour le pétrole. Laurent Schwartz, Directeur du Comptoir National de l'Or, fait le point sur la disponibilité du métal précieux.
Lire (1 min.)

Élection de Donald Trump, quelles conséquences à venir pour l’or ?

Laurent Schwartz
Suite à l’élection de Donald Trump, les marchés financiers anticipent un retour à la croissance économique, une hausse des taux de la Fed en décembre, ainsi qu’un retour de l’inflation.
Lire (2 min.)