Benjamin Louvet - OFI AM

Gérant matières premières

Métaux précieux : état des lieux et perspectives 2019

Benjamin Louvet
Or, argent, palladium et platine... Les cours de ces métaux précieux servent d'indicateurs sur les grandes tendances des marchés financiers. Quel est l'impact de la politique monétaire moins restrictive de la FED ? Quelles perspectives en 2019 ? Benajmin Louvet, Gérant matières premières chez OFI AM, partage son analyse des cours des métaux précieux.
Lire (5 min.)

Métaux précieux : palladium, décollage imminent ?

Benjamin Louvet
Sans doute le moins connu des métaux précieux, le palladium poursuit en toute discrétion un parcours impressionnant : +50% sur un an et déjà +23.40% depuis le début de l’année ! Pourtant, ce mouvement pourrait n’en être qu’à ses débuts, et le palladium receler encore un très fort potentiel d’appréciation.
Lire (4 min.)

Métaux précieux : une nouvelle dynamique ?

Benjamin Louvet
Après un début d'année qui lui avait permis de progresser de 9%, l'or a connu une période de stabilisation jusqu'au milieu du mois de Mars. En cause : les anticipations de la remontée des taux par la Réserve Fédérale américaine (FED), qui en faisant remonter les taux d'intérêt réels, diminue l'attrait relatif d'un actif comme l'or, sans rendement. Du fait de la possibilité des investisseurs d'abriter à tout moment les différentes classes d'actifs, il y a historiquement une relation forte entre le niveau réel des taux d'intérêt et le cours du métal jaune.
Lire (3 min.)

Métaux précieux, la chute libre ?

Benjamin Louvet
Après avoir été l’une des stars du début d’année, avec une appréciation de ses cours de près de 30% en quelques mois, l’or est aujourd’hui à la limite du « bear market », en recul de 18% (au 15/12/2016) par rapport à ses plus hauts de juillet.
Lire (5 min.)

Label ISR : AllianceBernstein l’obtient pour 2 de ses fonds

AllianceBernstein (AB)  — acteur mondial de la gestion d'actifs avec 547 milliards de dollars US d'encours clients  — annonce ce mercredi 20 mars avoir obtenu à deux reprises le label ISR promu par le gouvernement français. Cette récompense a été attribuée à 2 des fonds AB axés sur le développement durable, à savoir AB Sustainable Global Thematic Portfolio et AB Sustainable US Thematic Portfolio.

Le Label ISR impose un ensemble de critères stricts relatifs au développement durable. Il est accordé après un processus complet d’audit réalisé par un organe de certification indépendant. Cette distinction a été créée et soutenue par le ministère des Finances français. Le label vise à rendre plus visibles les produits d’investissement socialement responsables (ISR) pour les épargnants en France et en Europe.

Une stratégie exclusivement alignée sur les ODD

« Chez AB, l’intégration ESG (Environnement, Social, Gouvernance) fait partie du processus d’investissement. Les fonds Sustainable Thematic vont au-delà, en sélectionnant uniquement des entreprises qui contribuent à l’atteinte des Objectifs de Développement Durable des Nations Unies (ODDs) », déclare Olivier Herson, Vice President of retail and institutional sales, France.

« Notre stratégie s’aligne exclusivement sur les ODD qui proposent une définition complète du développement durable et mettent en évidence des domaines clés d’opportunité pour les entreprises du secteur privé. Chaque entreprise en portefeuille doit contribuer directement à la réalisation d’un ODD au moins, et être validée par une analyse minutieuse de ses pratiques environnementales, sociales et de gouvernance», confirme Dan Roarty, CIO – Sustainable and Thematic Equities et Portfolio Manager des deux fonds.

Lire (2 min.)

CBRE : les investisseurs internationaux plébiscitent l’immobilier résidentiel

CBRE — acteur mondial du conseil en immobilier d’entreprise — présente ce mercredi 20 mars les principaux enseignements de son enquête annuelle « Investors Intentions Survey » (en anglais) sur les perspectives d’investissements de ses clients en 2019. L'enquête a été réalisée entre novembre 2018 et janvier 2019, auprès d'un panel de plus de 900 investisseurs répartis dans le monde entier.

L'attractivité du marché de l'immobilier résidentiel

Après deux années record, l’incertitude économique domine les intentions d’investissements en 2019. Plus d'un investisseur sur trois (36 %) prévoit d’investir moins que l’année dernière, contre seulement un sur dix (12 %) en 2018. Les prix élevés et la disponibilité limitée des actifs restent les deux principaux freins à l’investissement immobilier, notamment en Europe. Dans le détail, 58 % des investisseurs citent le niveau élevé des prix comme le principal obstacle à l'acquisition d'actifs immobiliers.

Seuls 12 % des investisseurs s’attendent à une croissance de la valeur en capital en 2019, contre 37 % en 2016. Cependant, l’immobilier industriel et logistique et les classes d’actifs alternatives restent des marchés attractifs. Pour 27 % des investisseurs, le marché de l’immobilier résidentiel est le plus attractif.  Pour la 1ère fois, ce marché se classe 2devant l’immobilier de bureau (26 %) et derrière l’immobilier industriel et logistique (29 %).

Différentes stratégies face au ralentissement économique

Le ralentissement économique mondial est désormais tangible, que ce soit aux États-Unis, en Chine ou en Europe. Les investisseurs sont de plus en plus préoccupés par la perspective d’une crise économique mondiale. Contrairement aux Amériques et à l’Asie, la région EMEA — Europe, Moyen-Orient et Afrique — affiche des motivations d’investissement plus défensives, en recherche de diversification et d’un revenu pérenne.

Les fondamentaux immobiliers restent toutefois solides : niveau d’endettement sous contrôle, pas de hausse significative à court terme des taux et relative abondance des capitaux. C’est pourquoi l’immobilier devrait jouer son rôle d’amortisseur en cas de choc externe.

Lire (3 min.)

OPEP : une magistrale leçon de diplomatie !

Benjamin Louvet
Alors que les atermoiements d’il y a encore à peine 48 heures laissaient sceptiques sur la capacité des pays de l’OPEP à trouver un accord, le cartel s’est finalement entendu pour respecter l’engagement pris lors de la réunion d’Alger fin septembre.
Lire (6 min.)

Marchés pétroliers : l’élection de Trump sera lourde de conséquences

Benjamin Louvet
Le secteur de l’énergie est sans doute aujourd’hui l’un de ceux qui posent le plus de questions à l’issue de l’élection de Donald Trump à la présidence des Etats-Unis ! Les déclarations du candidat tant en termes de politique étrangère, que commerciale, environnementale ou industrielle ont été nombreuses, et il n’est pas toujours facile de s’y retrouver...
Lire (8 min.)