Transformation numérique : avons-nous atteint le point d’inflexion ?

Asset Management - La transformation numérique a connu une accélération significative en 2020. L'élargissement des domaines d'application ouvre une multitude d'opportunités d'investissement avec des perspectives de croissance prometteuses pour les investisseurs. L'analyse de Adrian Daniel, Portfolio Manager des fonds MainFirst Absolute Return Multi Asset, MainFirst Global Equities Fund & MainFirst Global Equities Unconstrained Fund.

Les récents confinements liés au coronavirus ont sensiblement accéléré certains marchés de biens et services en termes de transformation numérique au regard de la demande. De nombreuses entreprises parlent même d’un « point d’inflexion » décisif vers la maturité du marché en raison de ces confinements. 

Changement massif sur les marchés des biens de consommation

Les vendeurs de briques et mortier sont sous pression et subissent des pertes de chiffre d’affaires car les achats effectués sur les plateformes en ligne sont souvent plus avantageux. De plus, la vente en ligne permet aux clients finaux de bénéficier du confort des livraisons à domicile ou d’une accessibilité 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7, deux éléments de plus en plus appréciés par les consommateurs depuis la pandémie de coronavirus.

Toutefois, l’expérience du shopping en ligne peut se retrouver gâchée par l’absence de contact tangible avec le produit ou par le processus, parfois lourd, de gestion des retours de marchandise. Par conséquent, dans le commerce de marchandises B2C, il existe de fortes différences dans le taux de pénétration en ligne selon la catégorie de produits.

Grâce au développement des chaînes logistiques et à l’augmentation de la demande due aux confinements d’articles dont le délai de livraison est critique, comme les aliments ou les médicaments, il est dorénavant possible de se faire livrer en quelques heures dans de nombreuses zones urbaines. Ce phénomène est significatif dans la mesure où les économies d’échelle sont désormais à l’origine de la rentabilité opérationnelle des différents fournisseurs en ligne de ces produits.

A partir de là, l’on assiste généralement à un déplacement dynamique des structures établies en faveur des nouveaux modèles commerciaux. Il existe un certain nombre d’exemples passés de ce phénomène, que l’on qualifie par la suite de technologies disruptives. Les débuts de l’électricité, de l’automobile ou de la technologie des semi-conducteurs montrent comment les taux de croissance s’accélèrent au-delà d’un certain point, ce que l’on appelle rétrospectivement une disruption.

Dans le sillage de cette disruption, l’éventail des modèles économiques de la vente directe en ligne s’élargit et connaît une phase de croissance dynamique. Par exemple, les ventes en ligne d’articles de sport, de cosmétiques et de médicaments en vente libre ont augmenté de près de 50 % au cours des derniers trimestres. Dans le secteur alimentaire, une croissance à trois chiffres a même été signalée, bien que partant d’une base faible. Étant donné que les développements sont généralement anticipés de manière linéaire, la progression est plus susceptible de ressembler à une courbe en S et donc d’apporter d’autres surprises de croissance à l’avenir. Cela devrait amener un potentiel supplémentaire pour les investisseurs.

Une croissance encore plus rapide des articles B2B

Le secteur B2B est déterminé en particulier par l’évolution des volumes. En ce qui concerne le commerce de marchandises électroniques B2B, Deutsche Post World a indiqué une croissance plus rapide que dans le secteur B2C lors de sa Journée des Investisseurs en avril 2021. Selon Statista, à l’échelle mondiale, ce segment commercial était plus important que l’ensemble du marché B2C en 2019, avec un volume de ventes de 12,2 billions de dollars.  L’utilisation accrue des capacités des réseaux de livraison conduit directement à des marges plus élevées.

Des étapes en matière d’innovation complémentaires, qui vont par exemple de l’intégration plus prononcée de la production automatisée dans la logistique au suivi continu des marchandises après production, garantissent également une utilisation croissante. Ces avancées permettent finalement à des entreprises telles que Tesla de proposer leurs nouveaux véhicules à des clients potentiels directement via leur boutique en ligne, de sorte que Tesla peut virtuellement simplifier les canaux de vente établis du secteur automobile.

Transformation dynamique des services de santé

Dans le secteur des services, l’accent mis sur la digitalisation est actuellement particulièrement marqué au niveau de la communication avec les clients ou dans l’approche commerciale. Les modèles de vente s’éloignent de ceux des magasins de briques et de mortier.

Quant au secteur de la santé, la transformation y est encore plus dynamique. Grâce à la digitalisation croissante, les systèmes de santé sont susceptibles de bénéficier de réductions de coûts sur les traitements médicaux. De nouveaux types de pôles de croissance s’ouvrent aux entreprises du secteur de la santé qui se montreront les plus agiles. Sous l’impulsion de la pandémie, les autorités réglementaires manifestent une certaine ouverture aux visites virtuelles de médecins et aux dossiers médicaux numériques.

En conséquence, la chaîne de valeur autour des conseils et des soins médicaux se réinvente. Grâce à la numérisation, des plates-formes de télémédecine comme DocMorris ou des modèles commerciaux spécialisés comme SmileDirectClub s’adressent directement aux patients sans qu’ils aient à patienter dans la salle d’attente d’un cabinet médical. Il en résulte des avantages en termes de coûts, associés à un confort supplémentaire.

Bien que les compagnies d’assurance maladie ne poussent pas à cette évolution, il est probable qu’elle soit accueillie favorablement sur le principe. Les exemples en Amérique du Nord, où les compagnies d’assurance maladie coopèrent avec des sociétés telles que Amwell ou Teladoc Health, semblent indiquer qu’une réduction des ratios de coûts est à portée de main. Les experts médicaux considèrent également qu’un plus grand volume de données médicales exploitables est bénéfique en vue d’un traitement plus ciblé.

La transformation digitale permet également d’obtenir des avantages considérables en matière d’efficacité dans le traitement des services. L’introduction obligatoire de ce que l’on appelle l’e-prescription en Allemagne dès 2022, qui est déjà testée par les caisses d’assurance maladie dans le cadre de projets pilotes, en est un exemple. Le potentiel est également évident pour les prestataires de solutions performantes de gestion de la facturation. Des fournisseurs tels que Bill.com ou Unifiedpost affichent des taux de croissance élevés.  

Paiements électroniques, privilégiés par les jeunes consommateurs

Sur le plan social, la tendance numérique est extrêmement évidente pour les solutions de paiement électronique. Paypal a fixé un objectif de 50 millions de nouveaux comptes clients pour 2021, ce qui est soutenu par deux facteurs. Premièrement, la tendance croissante de la vente au détail en ligne et deuxièmement, l’affinité des jeunes consommateurs envers les solutions de paiement électronique.

Une récente enquête menée aux États-Unis auprès de 7 000 adolescents le démontre de manière très impressionnante, puisque près de 25 % des personnes interrogées seraient déjà prêtes à effectuer un paiement avec Paypal.

D’une manière générale, l’importance croissante de la génération Z sur les marchés de consommation devrait s’accompagner d’une augmentation parallèle de l’utilisation des services en ligne. Par conséquent, cette tendance est sous-tendue par la démographie.

Des opportunités pour les investisseurs

Du point de vue investisseur, la dynamique de changement de la transformation digitale est si forte sur certains marchés que les structures existantes des modèles économiques établis doivent être reconsidérées. Compte tenu des économies d’échelle dans le monde numérique, les entreprises qui ont su tirer parti de cette opportunité par des investissements plus nombreux, connaissent un succès supérieur à la moyenne sur les marchés boursiers.

Il convient de se concentrer sur les marchés dont la croissance organique du chiffre d’affaires s’accélère, afin de consolider la position sur le marché dans l’avenir. La demande des consommateurs en ligne pour certains articles discrétionnaires devrait continuer à connaître une progression accélérée et, dans une perspective plus lointaine, deviendrait le canal de vente standard.

À long terme, le commerce de briques et de mortier ne pourra défendre sa position que dans le cas de produits nécessitant un conseil professionnel plus important que la moyenne. Les entreprises tous secteurs confondus seront également mises au défi de repenser leurs stratégies de communication avec les clients.

Toujours sur le plan social, nous assistons également à un bouleversement de type structurel. Une vie sans participation à la vie sociale en dehors de nos quatre murs deviendra possible si nous adoptons résolument un monde numérique de télétravail, d’école à domicile, de livraison de nourriture et de télémédecine au lendemain de ces confinements. Même si cette perspective n’est pas considérée comme souhaitable, il existe une concurrence à l’échelle mondiale pour ces consommateurs de ce que l’on appelle le « couch commerce ».

Adrian Daniel - Mainfirst

Voir tous les articles de Adrian