Marchés financiers : pourquoi les actions chinoises décollent

Asset Management - Depuis début 2019, les marchés actions chinois affichent des performances records. Les actions A chinoises sont portées par les mesures de relance dynamiques imposées par le gouvernement chinois. Les investisseurs reprennent confiance, et misent sur la résolution du conflit commercial entre la Chine et les Etats-Unis.

Marchés : les actions chinoises connaissent un pic record

(Conception : Mathilde Hodouin – Création : Charlotte Thomas)

Depuis le début de l’année, les actions chinoises connaissent une forte embellie. Les marchés ont rattrapé une partie de leurs pertes en 2018, portés par l’optimisme des investisseurs, rassurés par les mesures de relance de l’Etat chinois. Les observateurs misent aussi sur une issue favorable aux négociations économiques avec les Etats-Unis, qui mettrait fin au conflit commercial entre les deux géants.

De bons résultats nourris par les mesures de l’Etat

La bonne santé chinoise repose notamment sur l’internationalisation du marché des actions A, libellées en yuans et réservées aux résidents chinois ainsi qu’aux institutionnels étrangers qualifiés. Sur les deux premiers mois de l’année, l’indice CSI 300 (actions chinoises A continentales) a progressé de +28,61 % et a largement surperformé la plupart des grands indices mondiaux. D’après l’agence Reuters, l’indice composite de la Bourse de Shanghai s’est adjugé 17,9 % sur la même période, contre une hausse de 8,2 % de l’indice MSCI de l’Asie-Pacifique.

Cette hausse des actions chinoises se nourrit des mesures de relance dynamiques instaurées par le gouvernement chinois : réductions d’impôts et de taxes, hausse des investissements en infrastructures, aides pour encourager les prêts aux PME, etc. Les banques chinoises ont ainsi accordé en janvier un montant record de 3 230 milliards de yuans de nouveaux prêts, c’est-à-dire 426 milliards d’euros, selon les chiffres publiés le 15 février dernier par la Banque Populaire de Chine (BPC).

Faut-il s’inquiéter du ralentissement chinois ?

Ces mesures soulignent la volonté de la Chine de limiter la décélération de son économie à 0,2% par an. Le 5 mars dernier, le Président Xi Jinping a revu à la baisse l’objectif de croissance du pays de 6,5% à « entre 6 et 6,5% ». La Chine affiche ainsi son objectif de croissance annuelle le plus bas depuis 30 ans. Cette baisse structurelle de la croissance indique que le pays entre dans une phase de développement dédiée aux services et à la haute technologie. Le modèle de croissance interne se substitue petit à petit à l’ancien modèle « d’atelier du monde », avec à la clé de nouvelles opportunités d’investissement.

Mathilde Hodouin - Le Courrier Financier

Rédactrice en chef (janvier 2019 - poste actuel)

Voir tous les articles de Mathilde