Gestion thématique : Thematics AM mise sur le bien-être à long terme

Asset Management - Cette semaine, Thematics AM — filiale de Natixis IM — présente le dernier né de sa gamme thématique, « Thematics Wellness ». Ce fonds actions internationales investit dans des sociétés dédiées au bien-être physique et mental des consommateurs. Comment ce segment de la cote peut-il être porteur de croissance à long terme ? Le point avec Le Courrier Financier.

« Un esprit sain dans un corps sain. » Thematics Asset Management (Thematics AM) — spécialiste en gestion thématique, filiale de Natixis Investement Managers (Natixis IM) — a fait sienne cette citation du poète latin Juvénal. Ce jeudi 10 juin dans ses nouveaux locaux à Paris, le gérant présente son nouveau fonds « Thematics Wellness », dédié au bien-être physique et mental. Lancé en avril 2021, il atteint déjà 6 millions d’euros d’encours… et ne demande qu’à grossir. « Il s’agit d’une tendance de long terme que nous avions anticipée il y a quelques temps, et qui s’est rapidement renforcée en raison de la pandémie mondiale », commente Mohammed Amor, Directeur général de Thematics AM.

Label ISR en préparation

« Le Covid a changé la donne », reconnaît Mohammed Amor. Les particuliers accordent de plus en plus d’importance à la santé et au bien-être dans leurs choix de consommation. Ce thème présente « un fort potentiel de croissance à long terme ». De quoi alimenter un univers d’investissement « large et diversifié » de plus de 230 actions mondiales, pour une capitalisation boursière totale de plus de 5 trillions de dollars. Ces sociétés se segmentent en trois catégories (prévention, surveillance et amélioration). Chacune se divise encore en deux sous-catégories — pour le corps et pour l’esprit. « Un bon investissement thématique est transectoriel », résume Thematics AM.

Le portefeuille final comprendra entre 40 et 60 valeurs. Cette sélection reposera sur une approche d’investissement durable. Le fonds est conforme au troisième objectif de développement durable (ODD) des Nations Unies — « permettre à tous de vivre en bonne santé et promouvoir le bien-être de tous à tout âge » — et respecte l’article 9 de la réglementation sur la divulgation en matière de finance durable (SFDR). « Nous visons également la labellisation Investissement Socialement Responsable (ISR) à horizon 6 mois. C’est notre fierté, toute la gamme de fonds Thematics AM est labellisée ISR », nous explique le Directeur Général.

L’ESG, pas la priorité des CGP

Le fonds sera cogéré de manière active par Marine Dubrac, ancienne gérante de portefeuille thématique chez Candriam, et par Pierre-Alexis François, promu gérant de portefeuille. Leur objectif, générer une croissance à long terme du capital du fonds — grâce à un processus d’investissement qui inclut systématiquement des considérations environnementales, sociales et de gouvernance (ESG). « Nous avons créé notre méthodologie, parce que nous voulions pouvoir discuter du E, du S et du G avec les entreprises que nous accompagnons », précise Mohammed Amor.

Pour « Thematics Wellness », les gérants dressent une cartographie des risques ESG. Le plafond est fixé à 2 % pour les entreprises qui reçoivent les plus mauvais scores ESG. Auprès des conseillers en gestion de patrimoine (CGP), ce critère s’impose très lentement. « Les CGP distribuent pour 500 millions d’euros des actifs de Thematics AM en France, et pour environ 1 milliard tous pays confondus — près d’un tiers du total de nos actifs sous gestion. Ce qui les intéresse, c’est plus la trajectoire du fonds plus que les labels. L’ESG et la finance durable, c’est encore nouvelle norme de place qui s’instaure », relève Mohammed Amor.

Regards tournés vers l’Asie

Le fonds investit actuellement à 53 % en Amérique du Nord, 42 % en Europe et 5 % en Asie développée (Japon, Taïwan, Hong Kong Singapour). La répartition géographique par lieux de cotation donne la part belle aux Etats-Unis — qui restent la patrie de la MedTech. Thematics AM y sélectionne « de très belles valeurs » comme l’entreprise médicale Hologic, spécialisée dans l’équipement médical pour détecter les cancers féminins. Toutefois, « nos meilleures perspectives de croissance sont en Asie. C’est une zone géographique où notre maison-mère Natixis IM est déjà très bien implantée », conclut Mohammed Amor.

Mathilde Hodouin - Le Courrier Financier

Rédactrice en chef

Voir tous les articles de Mathilde