/ PERSPECTIVES / Emmanuel Gavaudan - Boussard & Gavaudan : identifier la valeur des entreprises

Actualités - S'appuyer sur une connaissance approfondie du capital des entreprises, c'est la stratégie d'Emmanuel Gavaudan, Directeur général de Boussard & Gavaudan. Le gérant nous dévoile ses perspectives... Entrez dans les coulisses de la gestion de Boussard & Gavaudan.

Lors de la diffusion en avant-première de /PERSPECTIVES/, Emmanuel Gavaudan, gérant chez Boussard & Gavaudan, a répondu, au cours d’un tchat privé en live, aux questions des CGPI. La rédaction vous propose de découvrir ces échanges.

Michel : Avec un CAC 40 à 5 600, est-il temps de prendre des bénéfices ?

Emmanuel Gavaudan : Indépendamment du niveau de l’indice, nous trouvons de nombreuses opportunités notamment dans les mid-caps.

Olivier : Quels sont aujourd’hui les principaux catalystes d’investissements dans un monde partagé entre recherche d’extrême sûreté et recherche de rendement/rente ?

Emmanuel Gavaudan : En termes de catalystes, les groupes de Private Equity rachètent les mid-caps. Nous avons quatre exemples : Latécoère en France, Télépizza en Espagne, Wessane en Hollande et Immarsat en Grande Bretagne.

Olivier : Que pensez vous des décotés sur foncières EPRA NAV versus convertible yield à ce stade des foncières, notamment celles de qualité en France et au Royaume-Uni, après l’échec de Klépierre sur Hammerson ?

Emmanuel Gavaudan : Les décotes sur les foncières sont justifiées, dans la mesure où elles ont une exposition avec des centres commerciaux soumis à la menace du e-commerce.

Gaspard : La value est délaissée. Quel événement pourrait entraîner un Changement de tendance ? Quel catalyseur ?

Emmanuel Gavaudan : C’est la corporate activity. La value devient tellement attractive que les sociétés de croissances, pour justifier leur valorisation, se lancent dans un cycle de fusion-acquisition. Les sociétés opèrent des scissions et des rachats d’actions.

Nicolas : Faut-il revenir sur l’automobile après le pic de la crise du diesel ?

Emmanuel Gavaudan : Nous voyons des surcapacités en automobile et la nécessité de la consolidation dans un secteur encore très fragmenté, notamment en Europe. Les opérations de convergence entre Private Equity (PE) et Hedge Fund (HF) n’ont pas bien fonctionné il y a dix ans, car les cultures sont différentes. Blackstone s’en sort le mieux.

Arthur : L’Allemagne est-elle en mauvaise posture sur le plan économique ? Quel est son poids dans votre fonds ?

Emmanuel Gavaudan : C’est une économie extrêmement robuste et flexible, mais exportatrice. Les mouvements protectionnistes actuels jouent contre elle. Nous en avons 14 % dans le fonds.

Michel : Quels secteurs privilégiez-vous ?

Emmanuel Gavaudan : Les Computer services (ALTRAN, ATOS).

Nous vous remercions pour votre participation, et François-Xavier Baud reste à votre disposition pour toute question.

Mathilde Hodouin - Le Courrier Financier

Rédactrice en chef (depuis janvier 2019)

Voir tous les articles de Mathilde