Métaux industriels : la Chine, le cuivre et le buffle

Actualités - L'année 2021 sera-t-elle celle de la flambée des cours des métaux industriels ? Entre la croissance chinoise, la digitalisation et le verdissement de l'économie, la demande ne fait que croître à l'heure de la reprise post Covid.

Le prix du cuivre a doublé depuis mars dernier. Ce mercredi 24 février, l’indice du London Metal Exchange (LME) a atteint sa valeur la plus élevée depuis dix ans. Cette hausse repose en grande partie sur les achats de la Chine, qui représente près de la moitié de la demande mondiale. La demande est d’autant plus forte en période de sortie de crise. Par ailleurs, le développement des énergies vertes renforce la demande industrielle en cuivre — indispensable pour fabriquer les circuits électriques. Du côté de l’offre, l’industrie minière sort d’une décennie de faibles investissements. La consommation dépasse l’offre, et les prix flambent.

Métaux industriels : la Chine, le cuivre et le buffle

(Conception : Mathilde Hodouin – Réalisation : Amandine Victor)

L’année du buffle de métal…

Hasard du calendrier, le 12 février dernier la Chine célébrait le nouvel an lunaire… et l’entrée dans l’année du buffle de métal. Sans avoir besoin de consulter les astrologues, la tension sur le marché du cuivre devrait se poursuivre en 2021. Depuis janvier 2021, la progression de la vaccination alimente la hausse des prix sur les marchés qui anticipent la reprise. Après avoir dépassé le seuil des 9 000 dollars la tonne ce mardi 23 février, le métal poursuit son ascension. D’après une estimation Goldman Sachs datée de décembre dernier, le prix du cuivre pourrait même dépasser le seuil symbolique des 10 000 dollars la tonne d’ici début 2022.

Entre janvier et février, la progression de la vaccination anti Covid-19 a alimenté la hausse des prix du cuivre — signe que les marchés financiers anticipent la reprise économique. Le cuivre est « l’un des meilleurs baromètres de la santé industrielle mondiale (…) Les métaux sont en effet indispensables à la digitalisation et la décarbonation de l’économie », résume Didier Julienne, Président de Commodities & Resources, pour La Tribune. Outre la question de l’offre et de la demande, l’optimisme des investisseurs tient aussi au vote en décembre dernier du plan de relance de l’économie américaine, d’après l’agence Ecofin.

…et du bull market ?

Cette tendance « bull market » (marché haussier) se vérifie pour tous les autres métaux qui peuvent être reliés à la thématique de la transition énergétique. C’est le cas du nickel et du lithium, qui entrent dans la composition des batteries des voitures électriques. Autre exemple, le platine (qui entre dans la composition des pots catalytiques des moteurs diesel) a bénéficié de rumeurs sur de nouvelles normes anti-pollution en Chine. Autre « mouvement spectaculaire » rapporte Les Echos, le prix de l’étain (qui sert aux soudures dans l’industrie électronique) enregistre + 30 % depuis janvier à 30 000 euros la tonne. Les cours n’ont pas fini de flamber.

Mathilde Hodouin - Le Courrier Financier

Rédactrice en chef

Voir tous les articles de Mathilde