ISR : développement durable, le label s’étend aux fonds immobiliers

Actualités - Dans un contexte de relance économique post Covid, la France met l'accent sur le développement durable. Le label ISR s'étend désormais aux fonds immobiliers. Quels sont les investissements concernés ? Quel impact pour la Place de Paris sur le marché de l'investissement durable ? Le point avec Le Courrier Financier.

ISR : le label s'étend aux fonds immobiliers

(Conception : Mathilde Hodouin – Réalisation : Amandine Victor)

Après la crise sanitaire du coronavirus, la France veut encourager la relance verte. Le 23 juillet dernier, l’arrêté pour le nouveau référentiel du label investissement socialement responsable (ISR) a été publié au Journal Officiel (JO). Le label d’Etat ISR — lancé en 2016 par le ministère de l’Economie et des Finances — s’étend désormais aux fonds immobiliers. L’enjeu principal concerne l’amélioration du parc immobilier existant, afin d’intégrer les enjeux environnementaux, sociaux et de gouvernance (ESG) dans la gestion de ces actifs. Cette démarche permet aussi d’accroître la valeur des bâtiments en luttant contre leur obsolescence énergétique.

ISR, une nouvelle branche

Cette nouvelle ramification du label ISR concerne les fonds d’investissement alternatifs (FIA) en immobilier commercialisés en France et en Europe relevant de la Directive AIFM — ou équivalent pour les fonds commercialisés en dehors de l’Union européenne (UE) — ainsi que les mandats de gestion portant sur les actifs immobiliers. Le nouveau cahier des charges du label ISR entrera en vigueur le 23 octobre 2020. L’ISR s’inscrit dans le cadre du développement durable et de la lutte contre le réchauffement climatique, suite à l’Accord adopté lors de la conférence de Paris sur le climat (COP21) en décembre 2015.

Le label ISR immobilier concerne plusieurs types de fonds d’investissement. Sont ainsi éligibles « non seulement les fonds investissant dans les immeubles les plus modernes et performants, mais également les fonds investissant dans l’amélioration de la performance ESG des bâtiments en portefeuille », précise l’Association Français de la Gestion Financière (AFG) ce mercredi 29 juillet. Les fonds doivent « apporter des éléments de preuve sur la qualité durable de leurs investissements en montrant qu’ils sont à tout moment meilleurs que leur univers d’investissement sur au moins deux indicateurs ESG — par exemple l’empreinte carbone du portefeuille », se félicite l’AFG.

Renforcer l’influence de Paris

Les fonds immobiliers labellisés ISR devront désormais publier huit indicateurs de reporting. De quoi éclairer les Français, de plus en plus nombreux à souhaiter donner davantage de sens à leur épargne. « La prise en compte des dimensions extra financières permet d’assurer la valorisation des patrimoines, de rendre nos immeubles résilients et d’améliorer la satisfaction de nos clients, qu’ils soient locataires ou investisseurs. Notre ambition est de soumettre rapidement notre SCPI PFO2 au label ISR, puis d’étendre la démarche à l’ensemble des fonds que nous gérons », réagit Eric Cosserat, Président de Perial Asset Management (AM).

L’ISR immobilier « offrira une reconnaissance et contribuera à amplifier le travail entrepris depuis des années par les sociétés de gestion pour améliorer l’impact de leur portefeuille immobilier sur l’environnement et la société », se réjouit Frédéric Bôl, président Association française des Sociétés de Placement Immobilier (ASPIM). Plus de 500 fonds sont déjà labellisés ISR, ce qui correspond à plus de 200 milliards d’euros d’encours sous gestion au 24 juillet 2020. Avec l’ISR immobilier, la Place de Paris réaffirme sa position de « référence européenne en matière d’immobilier responsable avec un label aux meilleurs standards du marché », conclut Frédéric Bôl.

Mathilde Hodouin - Le Courrier Financier

Rédactrice en chef

Voir tous les articles de Mathilde