ETF : Amundi rachète Lyxor pour se renforcer sur le marché européen

Actualités - Cette semaine, la banque Société Générale (SG) est entrée en négociations exclusives avec Amundi en vue de lui céder sa filiale de gestion d'actifs Lyxor. Quelle place Amundi va-t-elle prendre désormais sur le marché des ETF européens ? Peut-elle faire de l'ombre à son concurrent, l'Américain BlackRock ?

ETF : Amundi rachète Lyxor pour se renforcer sur le marché européen

(Conception : Mathilde Hodouin – Réalisation : Amandine Victor)

Le suspens a pris fin. Ce mercredi 7 avril, Société Générale (SG) a déclaré être entrée en négociations exclusives avec Amundi, afin de lui céder Lyxor — sa filiale de gestion d’actifs — pour la somme de 825 millions d’euros. La banque française achève ainsi de se recentrer sur ses principales activités, suivant sa nouvelle stratégie présentée en 2018. A la clé, une plus-value de cession nette d’impôts d’environ 430 millions d’euros. L’opération devrait être finalisée d’ici février 2022. C’est une forme de consécration pour Amundi, gestionnaire d’actifs né il y a 11 ans de la fusion entre Crédit Agricole Asset Management (AM) et Société Générale AM (SGAM).

14 % du marché européen…

Cette cession « permettra aux équipes de Lyxor d’activement participer à la constitution du leader incontesté de la gestion passive en Europe dans un marché qui se consolide », a déclaré Frédéric Oudéa, directeur général (DG) de SG, dans un communiqué. D’après Crédit Suisse, la banque française gardera l’accent sur la banque privée et l’architecture ouverte avec des partenaires — y compris Amundi. SG continuera d’offrir à ses clients des offres d’investissements et de gestion d’actifs au travers de partenariats avec des gestionnaires externes. Le groupe va créer un pôle « Wealth & Investment Solutions », intégré à sa banque privée.

Créé en 1998, Lyxor gérait environ 140 milliards d’euros d’actifs fin 2020 — dont 124 pour l’opération avec Amundi. Avec cette opération de croissance externe, Amundi entend se renforcer dans la gestion des fonds indiciels cotés (ETF), la spécialité de Lyxor. « L’acquisition de Lyxor sera un accélérateur de développement d’Amundi car elle renforcera nos expertises, notamment dans les ETF et la gestion alternative, et nous permettra d’intégrer des équipes de grande qualité », a déclaré Yves Perrier, directeur général d’Amundi, dans un communiqué. Dans ce cadre, Amundi estime contrôler désormais 14 % du marché en Europe. Toutefois, le gestionnaire d’actifs devra s’améliorer sur la collecte.

…loin derrière BlackRock

Plusieurs défis se dresse désormais devant Amundi. Il s’agit avant tout de se renforcer sur le segment de la gestion indicielle, de plus en plus populaire auprès des investisseurs — notamment grâce aux ETF. Pour rappel, ces trackers prennent la forme de paniers de valeurs cotés en bourse. Ils s’adossent à un indice de référence dont ils répliquent la performance. D’après Amundi, l’acquisition de Lyxor aura un effet relutif — amélioration du bénéfice par action d’une société — d’environ 7 % sur son bénéfice net. Toutefois Lyxor est en perte de vitesse sur la collecte. L’an dernier rapporte Les Echos, ses encours ont reculé de 149 à 140 milliards d’euros.

En février dernier, Lyxor disposait d’environ 82,3 milliards d’euros d’actifs sous gestion investis en ETF — le troisième acteur européen de ce marché. Cependant, trois de ses fonds figuraient alors dans le classement Morningstar des 20 fonds d’ETF européens affichant les plus mauvaises performances. Amundi devra donc redynamiser cette activité, loin derrière son concurrent BlackRock. Avec sa filiale iShares, l’Américain représente aujourd’hui 44 % du marché. « D’accord, aujourd’hui nous sommes derrière BlackRock, mais revoyons-nous dans cinq ans. Nous avons une énorme marge de progression », répond Yves Perrier. Reste à savoir quelle stratégie Amundi entend déployer pour arriver à ses fins.

Mathilde Hodouin - Le Courrier Financier

Rédactrice en chef

Voir tous les articles de Mathilde