À la une

Crise du coronavirus : de l’importance de l’investissement durable

Andrew Howard
La propagation inexorable du coronavirus nous rappelle que les problèmes environnementaux et sociaux constituent des risques financiers de plus en plus manifestes, que les investisseurs doivent gérer de manière appropriée. Quelles perspectives pour l'investissement durable face à la crise sanitaire ? L'éclairage de Andrew Howard, Responsable de la recherche durable chez Schroders.
Lire (7 min.)

Entreprises : les assemblées générales impactées par le Coronavirus

François Lett
En période de confinement, la tenue des Assemblées Générales (AG) pose de nombreuses questions. Si l'AMF encourage leur organisation à distance, l'Etat a pris position contre le versement de dividendes durant l'épidémie de Covid-19. Quelles politiques de trésorerie les grandes entreprises cotées vont-elles adopter ? Les explications de François Lett, Directeur du développement éthique et solidaire chez Ecofi Investissements.
Lire (4 min.)

Marchés financiers : résilience

Igor de Maack
Depuis quelques semaines, la crise sanitaire a mis l'économie mondiale à l'arrêt. Comment les marchés réagissent-ils aux injections de liquidités ? Quelles conséquences cette politique aura-t-elle sur le monde de l'entreprise ? Igor de Maack, Gérant et porte parole de la Gestion, partage son analyse.
Lire (4 min.)

Marchés financiers : United States of Covid-19

Karamo Kaba
Le coronavirus continue de s'étendre. Les Etats-Unis sont devenus l'épicentre de la pandémie. Le pays de l'Oncle Sam risque-t-il d'entrer en récession, malgré les plans de sauvegarde de la Réserve fédérale (Fed) ? Dans ce contexte, le dollar reste-il une valeur refuge ? Karamo Kaba, Directeur des études économiques chez Ecofi Investissements, partage son analyse.
Lire (5 min.)

Trésorerie d’entreprise : Sidetrade ouvre un accès gratuit à sa plateforme d’IA

Sidetrade — plateforme d’Intelligence Artificielle (IA) dédiée à l’accélération du revenu et du cashflow des entreprises — annonce ce mardi 31 mars ouvrir gratuitement sa plateforme d’IA, afin de répondre à l’appel du Secrétaire d’Etat chargé du Numérique. Face à la crise sanitaire, les PME bénéficieront de la même technologie que les grands comptes pour gagner la bataille des délais de paiement. Elles auront accès librement à l'offre « CashControl » pour contrôler et sécuriser leur cash jusqu'au 30 juin 2020.

Réaction des pouvoir publics

Le ministère de l’Economie et des Finances et la Banque de France avaient annoncé le 23 mars dernier la mise en place d’un comité de crise sur les délais de paiement, qui se dégradent avec la chute d’activité économique. Rattaché à ce comité, Pierre Pelouzet, Médiateur des entreprises au ministère de l’Économie et des Finances, est revenu sur les enjeux de la maîtrise du crédit interentreprises, le 26 mars dernier sur France Info. Il constatait une « flambée » sans précédent de plaintes pour non-respect des délais de paiement avec comme premières victimes les PME et TPE.

« Les pouvoirs publics ont raison de placer les payeurs, en particulier les grandes entreprises, devant leurs responsabilités. Après s’être focalisées sur leur capacité à assurer la continuité de leurs activités vis-à-vis de leurs clients, de nombreuses sociétés vont jouer leur survie dans les semaines à venir en tentant de se faire payer par ces mêmes clients. Nous nous devions d’agir à leur côté en cette période inédite en leur mettant à disposition notre technologie d’IA », réagit Olivier Novasque, PDG de Sidetrade.

La bataille des délais de paiement

Sidetrade a adapté sa technologie d’IA dédiée aux grands comptes pour l’offrir aux PME. Accessible en ligne, l'offre « CashControl » est ouverte gratuitement jusqu’au 30 juin 2020 à toutes les entreprises dont le chiffre d’affaires est compris entre 8 M€ et 500 M€. L’offre inclut exceptionnellement l’envoi dématérialisé et en illimité de lettres de relance interactives aux débiteurs, la mise à disposition d’échéanciers de paiement automatiques et collaboratifs pour gérer les cas difficiles. Le système repose sur la puissance d’algorithmes de machine learning.

Cet effort s’inscrit dans la nécessité pour les PME de maîtriser le crédit-interentreprises en numérisant leur processus de recouvrement de bout en bout. A travers « CashControl », l’IA de Sidetrade, Aimie, adapte en permanence les stratégies de relance en fonction de l’évolution des comportements de chaque payeur. Elle exécute sans intervention humaine certaines actions de relance dématérialisée. Avec « CashControl », Sidetrade espère donner une arme supplémentaire aux PME/PMI dans la guerre économique qui s’annonce.

Lire (3 min.)

Prêt Atout de Bpifrance : la CNCEF obtient l’accès pour les professions financières

La Chambre Nationale des Conseils Experts Financiers (CNCEF) annonce ce lundi 30 mars que les professions financières pourront bénéficier du « Prêt Atout » délivré par Bpifrance, dans le cadre de la crise sanitaire. Suite aux négociations de la Chambre avec la banque publique d'investissement, ce dispositif conjoncturel exceptionnel a été étendu à la trésorerie des cabinets de conseillers en gestion de patrimoine (CGP), de conseillers en investissement financier (CIF) et de courtiers crédit et immobilier.

Dans un premier temps, ces professionnels avaient été exclus du dispositif. Ce n'est plus le cas désormais, comme Le Courrier Financier vous l'annonçait la semaine dernière. Didier KLING, Président de la Chambre Nationale des Conseils Experts Financiers (CNCEF) est intervenu auprès de Bpifrance et du Ministère de l’Economie et des Finances. « L’exclusion concerne uniquement les entités financières comme le précise l’article 511-1 du Code monétaire et financier et non les professionnels que nous représentons », déclare-t-il.

Négociations fructueuses

Les négociations menées par la CNCEF ont permis d’écarter les difficultés liées à l’interprétation de la Loi. L’ensemble des CGP, des CIF et des courtiers crédit/immobilier en France, pourra ainsi avoir accès à ce prêt sans sûretés dédié aux TPE, PME et ETI dont ils font partie intégrante. Le dispositif est dédié aux entreprises dont la trésorerie doit être renforcée des suites de la crise sanitaire. 

Garanti par l’Etat, ce prêt pourra couvrir l’équivalent de 25 % du chiffre d’affaires 2019 constaté — soit l’équivalent d’un trimestre d’activités — ou du dernier exercice clos. Accessible à toutes les entreprises réalisant jusqu’à 50 millions d’euros de chiffre d’affaires ou plus, les dossiers bénéficieront d’un taux fixe ou variable très faible, sans aucun remboursement exigé pendant la première année. De même, aucune garantie sur les actifs de la société (ou de son dirigeant) ne sera demandée.

Très investies depuis le début de l’épidémie, la CNCEF et ses associations affiliées soutiennent leurs membres, en relayant régulièrement les informations et aides gouvernementales. Mais aussi grâce au plan de continuité d'activité (PCA) de l’équipe de permanentes qui assure en télétravail, les missions essentielles aux opérations en cours et à venir. 

Lire (3 min.)

Crise sanitaire : marchés financiers, déjà la reprise ?

Olivier de Berranger
Malgré la crise sanitaire qui sévit toujours partout dans le monde, les marchés financiers ont connu la semaine dernière des rebonds inattendus. Comment faut-il comprendre ces résultats euphoriques ? Les mesures d'aide aux entreprises prises par les banques centrales portent-elles déjà leurs fruits ? L'éclairage d'Olivier de Berranger, Directeur de la gestion d'actifs et Directeur Général Délégué chez LFDE .
Lire (5 min.)

Marchés obligataires : quelles sources de résilience, face à la tourmente actuelle ?

Marc Olivier
Face à la crise sanitaire, la volatilité s'est emparée des marchés financiers. Dans ce contexte difficiles, quelles vertus présentent les obligations sécurisées européennes ? Comment l'approche en « budget de risque » peut-elle être profitable aux investisseurs ? Marc Olivier, Directeur Général France de Nordea Asset Management, partage son analyse.
Lire (6 min.)

Etats-Unis : Donald Trump repousse le confinement, le versement des aides attendu au plus vite

Vincent Boy
Tandis que les Etats-Unis sont devenus l'épicentre de la pandémie de coronavirus, la Maison-Blanche continue de se concentrer sur les aides économiques plutôt que sur les mesures de protection. Du côté des marchés, les investisseurs attendent de mesurer l'impact de la crise sanitaire. Quels sont les indicateurs à surveiller ? Faut-il s'attendre à des mesures d'aide complémentaires ?
Lire (6 min.)

Chômage : le taux peut-il augmenter en raison de la pandémie de coronavirus ?

Christian Scherrmann
Les mesures de relance adoptées en réponse à la pandémie de coronavirus sont sans précédent. Toutefois, une récession semble inévitable. Qui devra finalement en payer le prix ? Le taux de chômage va-t-il augmenter à cause du coronavirus ? L'éclairage de Christian Scherrmann, économiste pour les États-Unis chez DWS.
Lire (3 min.)

L’Immobilier pour les Familles : l’AFFO présente son 6e livre blanc

L’Association française du Family Office (AFFO) a annoncé le 10 mars dernier la publication de son 6e livre blanc, « L’immobilier pour les familles ». Il s'agit d'un guide pratique et opérationnel à destination des Family Officers, qui doit leur donner les outils nécessaires à la gestion efficace d’un patrimoine immobilier — de sa constitution à sa transmission — et les aider à prendre des décisions sécurisées dans la gestion d’un portefeuille immobilier.

Cet ouvrage apporte un éclairage sur les particularités de chaque classe d’actifs immobiliers. Il étudie les différentes stratégies immobilières qui peuvent être adoptées par les Family Offices, répertorie les étapes préalables à l’investissement, et transmet les différentes manières d’envisager la gestion d’un patrimoine immobilier complexe. Enfin, ce livre blanc expose le cadre juridique et fiscal actuel.

Accompagner plusieurs générations

« La place de l’immobilier sous ses différentes formes est plus ou moins significative selon chaque Family Office. C’est plus que jamais un placement attractif et stable, cependant soumis à une pression fiscale importante à chaque étape de l’investissement », explique Yohann Floc’h, président de la commission. Le Family Officer doit « combiner la rentabilité attractive du placement immobilier, l’impact conséquent de la fiscalité immobilière ainsi que la nécessaire diversification de son patrimoine », ajoute-t-il.

Créée en 2001 et présidée par Jean-Marie Paluel-Marmont depuis 2012, l’AFFO est une association à but non lucratif. Elle soutient le développement et la reconnaissance du métier de Family Office en France et en Europe. L’AFFO fédère les acteurs de ce métier et offre un lieu d’échanges, d’expertises et de connaissances pour renforcer leurs liens et créer une interactivité forte. Objectif, accompagner les familles dans la préservation de leur capital financier, humain et social sur plusieurs générations.

Lire (3 min.)

Le groupe Inter Invest recrute quatre nouveaux collaborateurs

Le groupe Inter Invest — société de financement et entreprise d’investissement agréée par l’ACPR — annonce ce lundi 30 mars quatre recrutements pour soutenir ses ambitions de croissance, notamment sur ses activités de capital investissement et d’immobilier Objectif, renforcer ses équipes au niveau du groupe et structurer ses lignes métiers. Inter Invest se positionne aujourd'hui sur trois métiers :

  • la défiscalisation outre-mer avec une gamme de solutions Girardin (Industriel plein droit ou agrément, logement social) ;
  • le capital investissement avec des produits fiscaux ou non-fiscaux en métropole et en outre-mer (FIP Outre-mer, FPCI, solutions en apport cession, etc.) ;
  • et l’investissement en immobilier patrimonial premium (démembrement de propriété).

Stratégie de diversification des métiers

« Lancée fin 2015, notre stratégie de diversification de nos métiers historiques porte ses fruits. Pour accompagner cette croissance, nous développons des expertises pointues et devons être en capacité d’apporter un conseil averti par des équipes de spécialistes »explique Jérôme DEVAUD, Directeur Général Délégué d’Inter Invest.

Le groupe Inter Invest accueille ainsi Caroline Steil, Directrice juridique du groupe Inter Invest ; Guillaume Donnedieu de Vabres, Directeur gérant d’Inter Invest Capital ; Sylvain Laporte, chargé d’affaires senior d’Inter Invest Capital ; et Ümit YILMAZER, Directeur du développement d’Inter Invest Immobilier.

Focus sur le parcours de Caroline Steil

Inter Invest recrute quatre collaborateurs
Caroline Steil

Titulaire d’une licence de droit de l’université de Strasbourg, d’un master 1 en droit des affaires et des marchés financiers de l’université du Luxembourg et d’un master 2 Juriste d’affaires international de l’université Paris Descartes, Caroline Steil dispose également du diplôme d’avocate au Barreau de Paris, dont elle sort formée en 2010.

Jusqu’en 2017, Caroline est avocate spécialisée en structuration juridique et fiscale de fonds d’investissement au sein de plusieurs cabinets (DFI Avocat et Jones Day). En mars 2017, elle rejoint la société de capital investissement Idinvest Partners en tant que Senior Legal Advisor. Depuis novembre 2019, Caroline Steil a pris ses fonctions de Directrice juridique du groupe Inter Invest.

Focus sur le parcours de Guillaume Donnedieu de Vabres

Inter Invest recrute quatre collaborateurs
Guillaume Donnedieu de Vabres

Diplômé de l’EM Lyon Business School (2007), Guillaume Donnedieu de Vabres a également bénéficié de l’Associates Programme de la Deutsche Bank et a obtenu un certificate in Business Excellence de la Columbia Business School (NY, USA). De 2006 à 2011, il acquiert une expérience fine en fusion-acquisitions au sein de grandes banques internationales (Merrill Lynch, Deutsche Bank).

Il rejoint EDF en septembre 2011 au poste de Senior M&A Manager, qu’il occupe 5 ans. Guillaume Donnedieu de Vabres intègre ensuite en août 2016 la société de capital-investissement Idinvest Partners en tant que Principal spécialisé en venture capital. Il est membre du conseil d’administration de plusieurs sociétés (Techniwood International, Agregio, Allthings), fonctions qu’il quitte en octobre 2019 pour rejoindre Inter Invest Capital au poste de Directeur — gérant. Il doit notamment développer les fonds d’investissement en immobilier.

Focus sur le parcours de Sylvain Laporte

Le groupe Inter Invest recrute quatre nouveaux collaborateurs
Sylvain Laporte

Sylvain Laporte est diplômé de l’Ecole Supérieure de Commerce d’Amiens et diplômé du Master II de Gestion de Patrimoine de Clermont-Ferrand. Il débute sa carrière en 2009 en tant que conseiller chez BNP Paribas Banque Privée auprès des dirigeants d’entreprise pendant plus de 6 ans puis en qualité de chargé d’affaires Entreprises chez BNP Paribas pendant 4 ans. Depuis octobre 2019, Sylvain Laporte renforce les équipes d’Inter Invest Capital, en qualité de chargé d’affaires senior.

Focus sur le parcours de Ümit Yilmazer

Inter Invest recrute quatre collaborateurs
Ümit Yilmazer

En 2009, Ümit Yilmazer débute sa carrière au Crédit Foncier Immobilier pour y exercer successivement les fonctions de Responsable des programmes et de Responsable Développement et Synergies pour le groupe BPCE. 7 ans plus tard, il rejoint le Groupe Izimmo en tant que Responsable Développement Immobilier. En janvier 2020, Ümit Yilmazer est nommé Directeur du Développement au sein d’Inter Invest Immobilier.

Lire (5 min.)

Coronavirus : l’épicentre de l’épidémie se déplace aux Etats-Unis

Vincent Boy
Avec le plus grand nombre de cas de contaminations au coronavirus dans le monde, les Etats-Unis ont raflé une première place dont ils se seraient bien passés. Comment les marchés financiers vont-ils réagir à l'évolution de la crise sanitaire ? Le plan de relance de la Fed suffira-t-il à les rassurer ? Vincent Boy, Analyste chez IG France.
Lire (4 min.)

Nos Partenaires